WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Le chemin de fer dans l'économie ivoirienne 1960-1980


par Konan Alain BROU
Université de Cocody Abidjan - Maitrise 2007
  

précédent sommaire suivant

INTRODUCTION

Dans le cadre de notre mémoire de maîtrise, le choix du sujet~ Le chemin de fer dans l'économie ivoirienne de 1960-1980" n'est pas fortuit.

En effet, si nous avons décidé de travailler sur ce thème, c'est parce que nous croyons que le chemin de fer en Côte-d'Ivoire a une histoire qui mérite que l'on s'imprègne dans le vaste mouvement de développement des infrastructures économiques de notre pays entamé à l'indépendance.

Beaucoup de chose a été dite et écrite sur ce thème cependant, nous pensons sincèrement que l'étendue de la question à traiter nous laisse assez d'opportunités afin de montrer l'importance qu'a occupé ce moyen de transport et de communication dans l'économie ivoirienne à partir de 1960.

Il faut savoir que depuis sa mise en place par le colonisateur, le chemin de fer n'a cessé d'apporter sa petite pierre à l'édifice dans la construction d'une Côte-d'Ivoire moderne et développée.

C'est dans cette optique que montrer la place et le rôle du chemin de fer dans l'économie ivoirienne de 1960-1980, reviendrait à démontrer que ce moyen de transport et de communication devait être un outil indispensable pour l'écoulement des richesses naturelles et productions agricoles de la Côte- d'Ivoire mais aussi pour le transport des personnes.

Cette préoccupation expliquait pourquoi l'Etat dès les indépendances va accorder une certaine importance à la voie ferrée dans sa politique de développement de notre pays.

Par ailleurs, persuader que l'histoire a pour but d'éclairer et d'expliquer le passé, il nous a paru non seulement intéressant mais utile de nous pencher sur ce que le chemin de fer a fait dans notre économie.

Ainsi, il apparaît nécessaire voir indispensable pour nous de mener une étude sur le réseau ferroviaire ivoirien et le travail qu'il a abattu pour permettre à la Côte-d'Ivoire d'atteindre ce niveau de développement.

6

Au total, si notre choix s'est porté sur ce sujet, c'est parce qu'il nous interpelle sur l'importance des infrastructures économiques en général et le chemin de fer en particulier en tant que puissant moyen de développement d'une nation. Donner une définition du chemin de fer parait un peu complexe mais nous allons nous efforcer de le définir de la manière la plus simple afin de mieux le cerner.

En effet, si nous nous referons au Grand Larousse c'est un « moyen de transport dont les véhicules roulent sur une voie ferrée constituée de rail ».1

Et comme tel, ce moyen de transport et de communication va être à l'instar des autres moyens de transport utilisé par les autorités de la Côte- d'Ivoire pour parvenir à un développement harmonieux de la nation ivoirienne.

Parlant du chemin de fer, s'il y a lieu de le localiser géographiquement, il serait important de signifier qu'il débute au sud de la Côte-d'Ivoire plus précisément à Abidjan.En effet, la voie ferrée assure la communication de l'intérieur de la Côte- d'Ivoire et de la Haute-Volta avec la mer.

Il part comme nous l'avons indiqué d'Abidjan, traverse la forêt dense, dessert Agboville au Km 182 qui est le centre producteur du café et du cacao, puis Dimbokro où commence la savane, plus au nord Bouaké centre commercial très important est atteint au Km 316 pour prendre fin à Ouagadougou en Haute-Volta.

Il faut dire que son histoire coïncide pratiquement avec celle de la colonie de Côte-d'Ivoire dans la mesure où sa construction ne débute que onze ans après que le territoire ne soit décrété " colonie française " le 10 Mars 1893.

Ceci étant, il convient de noter que la construction des chemins de fer en Afrique est étroitement liée à l'âge d'or du chemin de fer en Europe.Dans le cas de la Côte-d'Ivoire, cette construction est influencée par la mise en valeur du territoire par le colonisateur qui voyait en ce moyen de transport et de

1 Grand Larousse, Paris, Larousse 1987, p 613

communication un instrument efficace pour l'acheminement des produits d'importation et d'exportation.

C'est fort de ce constat qu'il convient de souligner que durant des années, rien n'a trop changé dans les rôles à lui assigner.

Dès lors, de 1960-1980, le chemin de fer va offrir à l'Etat ivoirien de réelles possibilités pour son développement économique et social.

Dans notre souci de rester en phase avec la période de notre étude, il faut noter que ces deux dates sont des tournants décisifs dans l'histoire de la Côted'Ivoire. La période chronologique 1960-1980 décrivant 20 années de gestion à l'ivoirienne va être riche en actes politiques, économiques, sociaux et culturels dont les conséquences socio-économiques furent très importants tant pour la Côte-d'Ivoire mais aussi pour ses voisins.

Il s'opère dans l'ensemble de l'Afrique Occidentale Française (AOF) et particulièrement en Côte-d'Ivoire un vaste processus de décolonisation des territoires.Cette date 1960 marque la fin de la présence française dans la plupart des colonies d'Afrique noire en général et en Côte-d'Ivoire tout singulièrement.

De ce fait, le pays devient maître de son destin et doit dès cet instant penser à son développement économique, social, politique et culturel.

Dès lors, les autorités ivoiriennes vont miser sur le chemin de fer afin que celui-ci participe à sa manière, au développement de cette jeune nation en construction.

Quant à 1980, elle marque un coup d'arrêt aux années glorieuses de la Côted'Ivoire.En effet cette date est le point de départ d'une crise économique sans précédent que va traverser le pays.

En somme, la période de notre étude à savoir 1960-1980 est une période qui nous plonge d'abord dans le temps du miracle ivoirien pour enfin déboucher sur une crise économique qui a entre autres ses origines dans les différents chocs pétroliers de 1973 et 1979 sans oublier les sécheresses que le pays a connu.

8

Le chemin de fer dans l'économie ivoirienne n'est pas un sujet nouveau pour les chercheurs en général et les chercheurs ivoiriens en particulier. En effet, il y a beaucoup d'écrits sur le thème c'est pourquoi dans la recherche et l'étude de ce sujet, nous nous sommes intéressé de prime abord au fond d'archives des Archives Nationales de la Côte-d'Ivoire (ANCI) et de la Sitarail qui nous ont été d'un apport très précieux dans la compréhension de notre sujet mais aussi la manière de l'aborder.

Les différents rapports du trafic de la Régie Abidjan Niger (RAN) de 1960-1980 nous ont permis d'avoir les informations sur le service des voyageurs et des marchandises, les recettes accumulées et les investissements pour améliorer le réseau.

Après ces fonds d'archives, c'est autour des instruments de travail, L'Encyclopedia universalis, corpus 3, Paris 1984, 1238 p, le Grand Larousse, Paris, Larousse 1987, p 613, et l'Atlas de Côte-d'Ivoire, Abidjan, IGT, Université d'Abidjan 1979 nous ont été aussi d'un apport très appréciable dans la définition du thème et de son appréciation du point de vue général.

Par ailleurs, la recherche d'information nous a conduit à des ouvrages généraux, à des mémoires, thèses et à des revues.

Au niveau des ouvrages généraux, notons l'oeuvre écrite sous la direction de Catherine Coquery-Vidrovitch intitulée l'Afrique occidentale au temps des français, colonisateurs et colonisés 1860-1960, Paris, la Découverte 1992, 460 p retrace 100 ans de présence française en Afrique.

Elle nous a permis de voir les investissements français dans les colonies en matière d'infrastructures.

L'Encyclopédie générale de la Côte-d'Ivoire, tome 3, la vie de la nation, Abidjan, NEA 1978, 1187 p présente une Côte-d'Ivoire en pleine expansion sans oublier le chemin de fer qui nous intéresse.

Henri Bourgoin et Philippe Guilhaume, Côte-d'Ivoire économie et société, France, Stock 1979 333 p donne des apperçu de la société ivoirienne

dans toute sa composante avec en toile de fond le chemin de fer en tant qu'infrastructure de développement.

L'Etat et le processus de développement en Côte-d'Ivoire de Louis Edouard Settie nous a permis de nous plonger dans les actions de l'Etat pour la mise en place d'une nation prospère et développée. Il évoque aussi le chemin de fer, ses problèmes et ses actions sur l'économie.

De 1960 jusqu'en 1980, le pays était dirigé par le PDCI-RDA, ainsi donc, les différents congrès à savoir le IVème et le VIème congrès nous ont permis d'avoir l'état des lieux du développement de la Côte-d'Ivoire. Le chemin de fer a été abordé parce qu'il fallait penser à sa modernisation.

Par ailleurs les différents plans quinquennaux nous ont été aussi d'un apport très appréciable car ils nous ont permis de comprendre l'évolution économique de la Côte-d'Ivoire et les différents secteurs d'activité qui ont bénéficiés de financement de la part de l'Etat ivoirien.

En dehors de ces ouvrages, nous nous sommes intéressé au mémoire de Maîtrise de Coulibaly Namlamban intitulé la place des infrastructures de communication dans la politique française des investissements 1946-1960 fait à l'Université d'Abidjan en 1985, nous a permis d'aborder plus aisément notre thème même si la période qu'il traite n'est pas en rapport avec notre fourchette chronologique.

La thèse de Maestri Edmond : Le chemin de fer en Côte-d'Ivoire, histoire, problèmes techniques, influences sociales, économiques et culturelles, Aix en Provence, thèse de 3eme cycle d'histoire nous a été utile pour comprendre l'influence que peut avoir un moyen de transport et de communication sur l'économie d'une nation.

Pour finir, les revues que nous avons pu consulter avaient pour but de nous permettre de mieux connaître le chemin de fer.

10

Ainsi, les revues générales des chemins de fer : Le rail et le monde, l'Afrique subsaharienne, nous ont ouvert la voie pour appréhender le fonctionnement des chemins de fer en Afrique.

La Voie n°9 et la Voie édition spéciale de la régie du chemin de fer Abidjan- Niger sont des revues qui font le point des activités de la RAN.

C'est en ce sens qu'après consultation de tous ces documents sommes nous amené à nous poser la question de savoir quels ont été la place et le rôle du chemin de fer dans l'économie ivoirienne de 1960-1980 et quel a été son impact sur cette économie.

Ce qui convient de noter ici c'est que tous ces documents nous ont permis d'avoir des informations utiles capitales sur le chemin de fer en Côte-d'Ivoire de 1960-1980, sa création, sa place, son rôle, les différentes activités et bien entendu son impact sur notre économie.

Cependant, comme tout travail de recherche, nous avons été confrontés à des difficultés de tous ordres pour rassembler et consulter une documentation fiable traitant de notre thème parce que dans la plupart des documents le chemin de fer en Côte-d'Ivoire de 1960-1980 est traité superficiellement, or pour un mémoire de maîtrise, il nous fallait des documents avec des informations fiables.

Par ailleurs, le retard dans l'obtention d'une autorisation de recherche pour les fonds d'archives de la Sitarail a retardé notre progression dans le travail.Aux archives nationales, l'autorité exacerbée des forces de défenses à l'entrée de la primature a des fois ralentit notre volonté de recherche.

Cependant, après analyse de ces documents et des informations qui s'y rapportent nous nous proposons d'organiser notre travail en deux grandes parties subdivisées en deux chapitres chacune. Tout ceci se fera dans le cadre d'un plan thématique afin de mieux apprécier les différentes parties du sujet.

Ainsi dans la première partie, il sera question pour nous d'évoquer l'aperçu général du chemin de fer en 1960 avec en toile de fond la présentation du réseau ferroviaire qui prend en compte les activités du chemin de fer en 1960,

son évolution de 1960-1980, sa place par rapport aux autres moyens de transport et de communication et enfin son rôle dans le développement de la Côted'Ivoire.

Dans la seconde partie, il sera question du chemin de fer dans le développement économique de la Côte-d'Ivoire à travers son impact sur les zones traversées, sur l'économie ivoirienne et enfin ses limites et les résultats des solutions qui lui ont été apportées.

12

PREMIERE PARTIE :

APERCU GENERAL SUR LE CHEMIN DE FER EN 1960

En 1960, un vent nouveau souffle sur les territoires de l'Afrique Occidentale Française (AOF) en général et sur la Côte-d'Ivoire en particulier. Il s'agit des indépendances qui arrivent comme un soulagement pour notre pays qui était sous l'emprise du colonisateur français depuis 1893.

Dès lors, après la joie de la libération passée, il fallait penser maintenant à construire un Etat moderne doté d'une économie forte. Les nouvelles autorités ivoiriennes vont miser sur tous les moyens nécessaires dont le chemin de fer pour essayer de hisser la Côte-d'Ivoire sur les sillons du développement.

Dès cet instant, il apparaît impérieux pour nous de présenter ce moyens de transport et de communication du point de vue de ses activités, de son évolution à partir de 1960 jusqu'en 1980 sans oublier d'aborder la place et le rôle qu'il se prépare à jouer dans l'économie de la Côte-d'ivoire durant la période de notre étude.

précédent sommaire suivant