WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Genre & mobilisations sociales: étude de genre des mobilisations féministes radicales et LGBT à  Istanbul

( Télécharger le fichier original )
par Adèle PRUVOST
Université Rennes 1 - Master 2 Sciences Politiques 2011
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

Section 3 : ANALYSER DEUX ORGANISATIONS DE REMISE EN CAUSE DES NORMES SOCIALES DE GENRE PAR LE GENRE

I) AMARGI et LAMBDA : deux organisations militantes critiques du genre

A) Naissances des organisations dans leurs contextes et revendications

Amargi une association féministe « radicale ))

Amargi est une coopérative (au sens association) de femmes, c'est aussi une librairie féministe, et un Café. Elle a été créée en 2001 par un groupe de féministe activiste. Elle cherche à défendre les droits des femmes et des personnes LGBT, et à lutter contre toute forme de violence et de discriminations et se décrit comme une organisation féministe, anti-hiérachique, anti-nationaliste, et anti-militariste. L'un de ses objectifs premiers, est d'aider a émanciper les femmes des normes de genre dans la vie de tous les jours, et de vivre selon ses choix propres et non selon les normes sociales. Et c'est en cela que l'on peut qualifier Amargi d'organisation féministe radicale, car remettant en cause l'ordre social établi sur cette hiérarchie des normes de genre. Cette émancipation individuelle et collective passe d'abord par une « prise de conscience )) au cours de lectures personnelles, de discussions, de débats, d'ateliers. Le combat de cette organisation est aussi politique, et elle dénonce principalement le système même du patriarcat présent dans les familles, l'économie, l'armée, l'Etat, et la religion. Les militantes mènent aussi divers projets, et font parti de réseaux associatifs, de partenariats, et de coalitions nationales et internationales. L'un des principaux combats menés par Amargi en termes d'amélioration des Droits des femmes, en partenariat avec d'autres associations est la lutte contre la violence faite aux femmes, au sein notamment de la « Coalition des femmes contre la violence sexuelle faite aux femmes )). Il y a 28 groupes de femmes au sein de cette coalition. Cette coalition veut forcer le gouvernement a mettre en place des centres d'accueil pour les femmes ayant subies des agressions sexuelles. Ce combat mené par Amargi et les autres associations est révélateur d'une situation grave de violence domestique dans lesquelles encore trop de femmes se trouvent en Turquie.

Amargi dans le contexte de la « 3ème vague féministe »

C'est dans ce contexte d'oppression des femmes, que les organisations féministes et de soutiens sont nés, dans les années 1990, 2000. Chaque organisation défend une politique, une philosophie, une identité collective singulière et différente, mais elles se rejoignent en plateforme ou en coalition sur des enjeux aussi urgent que celui de la violence faîte aux femmes. Cette périodes qui débute dans les années 90 est appelée par certains chercheurs la « troisième vague )) du mouvement féministe. Quelque soit le pays elle se différencie des mouvements des années 60-70-80 appelés « deuxième vague ))et caractérisé par la lutte contre la patriarcat, c'est-à-dire domination des hommes dans toutes les sphères de la société, sphère privées comme publiques. Les mouvements des années 90-2000 reprennent les concepts de la « deuxième vague )), notamment l'anti-patriarcat dans toutes les sphères, mais diversifient aussi leur combat et accordent notamment de l'importance à la diversité au sein des groupes, par exemple une meilleure visibilité des femmes considérées comme « doublement marginalisées )) (de couleurs, autochtones, lesbiennes, transsexuelles, handicapées). Dans cette optique Amargi est ouvert a toutes personnes quelque soit sa couleur, sa religion, sa classe sociale, notamment les trans et lesbiennes et elle soutient les minorités, comme les kurdes, les réfugiés. Amargi est donc sur plusieurs combats, et a un double objectif ; émanciper les femmes des normes de genre, et de manière plus pragmatique faire en sorte que les institutions turques et l'Etat turc protègent les femmes contre les violences domestiques de manière efficace. Cette polyvalence du mouvement, qui ne défend pas une idéologie unique, et dont les causes sont diverses et variées, caractérise aussi la plupart des organisations féministes de la troisième vague, et peut être critiqué comme « dispersant le mouvement )). Un autre aspect qui les caractérise est la manière dont ces associations investissent le champ des médias, publient des magazines et développent des sites internet, diffusant ainsi leurs idées, et des informations permettant la diffusion de la prise de conscience de la situation des femmes dans la société turque. Depuis les années 90, le mouvement féministe s'est donc diversifié dans le monde, mais aussi et surtout a l'échelle d'un pays comme la Turquie. Les différentes branches du mouvement féministe y sont désormais très nombreuses et variées. Les féministes sont radicales comme Amargi, socialistes, islamiques, kémalistes, kurdes ou encore arméniennes, et se construisent avec une identité collective différente. Ainsi il y aurait environ 250 groupes de femmes et féministes en Turquie, revêtant diverses formes, idéologies, structures allant de l'association féministe au centre d'accueil des femmes ayant subies un viol.

Lambda une organisation LGBT (Lesbiennes Gays Bisexuels Transexuels)

Lambda est une association crée en juillet 1993 après que le jour de la gay pride (Cristopher Street day sexual Liberation activities) soit interdit. Cette association est comme Amargi non hérarchique et fonctionne avec des bénévoles. L'essence même de l'organisation est la défense du droit premier de s'associer, car le gouvernement a interdit a plusieurs reprises aux LGBT ce droit là, les accusant d'être « un outrage à la morale publique » et (( d'encourager un mauvais comportement ». Lambda a depuis porté plainte à la Cour européenne, et a obtenu un statut légal, qui reste cependant menacé. Un des objectifs fondamentaux de Lambda est la défense les droits LGBT, et le changement de la Constitution turque qui contient notamment des discriminations à leur égard. Les militants organisent aussi des campagnes nationales et internationales contre l'homophobie, la transphobie, les crimes d'honneurs les meurtres et agressions des personnes LGBT. Lambda se positionne aussi sur les problématiques féministes, anti-militariste, et les concepts alternifs aux normes de genre comme ceux de la mouvance transgenre ou de la mouvance Queer. Lambda est avant tout un lieu de rencontres, d'échanges, de discussions, de prise d'informations. C'est aussi une bibliothèque, une terrasse, un café. De nombreux workshops (ateliers) ainsi que la (( Pride March ~ sont organisés en partenariat avec Amargi. Lambda n'est pas une organisation féministe comme Amargi dans le sens ou elle défend prioritairement les droits LGBT, mais aussi dans le sens où certains cadres d'identités collectives militants diffusées au sein de l'association vont plus loin que le cadre féministe en refusant de s'inscrire dans l'une ou l'autre des catégories de genre, comme c'est le cas pour l'identité transgenre.

Le contexte turc de discrimination et de violences faîtes a l'égard des personnes LGBT

L'homosexualité n'est pas un crime en Turquie. Mais le code pénal contient des interdictions contre (( outrage à la morale publique », qui sont utilisées pour harceler les personnes LGBT. Les crimes contre les personnes LGBT sont fréquents, ainsi que les crimes d'honneur, commis par des membres de la famille. Les harcèlements, agressions physiques, verbales et les discriminations sont courantes. Il n'existe pas en Turquie de lois de protection des personnes LGBT contre les discriminations à l'embauche, au logement, au soin... Les sujets de l'homosexualité et de la transsexualité provoquent des crispations, des rejets, de la censure et de la violence. L'Armée interdit le service militaire aux personnes LGBT, et fait faire des examens humiliant pour prouver l'homosexualité, Human Rights Watch. Enfin, il y a en Turquie une grande disparité dans l'acceptation et la visibilité des personnes LGBT suivant les différentes régions, et les différents milieux sociaux.

précédent sommaire suivant






La Quadrature du Net