WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Redéploiement industriel et grands projets structurants dans la métropole de Chennai: quelle place pour les quartiers Nord ?

( Télécharger le fichier original )
par Paul BERTIN
Université Bordeaux III - Master 2 territoires développement et cultures 2011
  

sommaire suivant

Redéploiement industriel et grands projets

structurants dans la métropole de Chennai:

Quelle place pour les quartiers Nord ?

Paul Bertin

Master 2 Territoires, Développement et Cultures

Sous la co-direction de Loraine Kennedy

Chargée de recherche CNRS et Directrice adjointe du CEIAS

Et de Kamala Marius-Gnanou

Ma»tresse de conférence - Université Bordeaux III

Université Bordeaux III
UFR Sciences des Territoires et de la Communication
Septembre 2011

Ce travail a été réalisé en partenariat avec le programme de recherche européen Chance 2 Sustain - www.chance2sustain.eu -

SOMMAIRE

Introduction 5

1ère partie : Une métropole complexe

1-1 De Madras la coloniale à Chennai, ville indienne du XXIème siècle 8

1-2 Les enjeux d'une ville duale 13

2ème partie : Modalités d'une enquête de terrain originale

2-1 Une cartographie participative, explications 20

2-2 Quels ajustements pour notre étude? 23

3ème partie : North Chennai de l'intérieur

3-1 Du Spatial au mental 29

3-2 De la donnée au spatial 38

4ème partie: Grands projets à venir : un rééquilibrage?

4-1 A l'échelle de l'agglomération 47

4-2 Au Nord, un remodelage qui pose problème 52

Conclusion 58

Remerciements 59

Bibliographie 60

Annexes 62

Introduction

Madras, devenue Chennai en 1996, est aujourd'hui la quatrième aire métropolitaine indienne en terme de population, avec ses 9 millions d'habitants. Capitale du Tamil Nadu, état le plus urbanisé du pays et 3ème puissance fédérale, elle est à l'heure actuelle l'un des hauts lieux du nouvel ordre mondial en Inde, et se place en première position des villes attractives en terme d'IDE au cours des 5 dernières années. Cette situation a impulsé de profonds changements dans les dynamiques urbaines de Chennai, et on tend aujourd'hui à une spécialisation croissante des espaces métropolitains, sous la forme de ce que l'on a appelé des ÇcorridorsÈ de développement. Cette stratégie ressemble étroitement à celle adoptée par les pays occidentaux depuis les années 80, et s'accompagne bien souvent de grands projets dans le domaine des infrastructures, visant à réduire l'espace-temps et à maximiser la productivité des entreprises installées autour de ces nouveaux nÏuds économiques.

Chennai, ville réputée traditionnelle et vieux centre industriel textile, s'est ainsi transformée en une métropole plurielle, à l'économie diversifiée. Profitant d'une main d'oeuvre qualifiée et d'un environnement urbain qui la place au premier rang des villes les plus agréables à vivre, devant Delhi et Bangalore, elle a su en tirer les bénéfices pour devenir un centre économique majeur, dont l'influence dépasse aujourd'hui les frontières nationales. En l'espace de dix ans, elle est devenue un centre incontournable dans le domaine de la programmation et du software, avec l'arrivée de géants du secteur tels qu' HP, IBM, Infosys ou Sun Microsystems, menacant sérieusement le leadership établi depuis longue date par sa grande rivale, Bangalore. L'IT corridor, au Sud de la ville, permettra à terme la création de 300.000 emplois dans ce secteur d'ici à 2020. Plus récemment, par la création de vastes Zones Economiques Spéciales dans sa partie Ouest, Chennai a étendu son emprise sur l'économie high-tech en développant un ambitieux parc de production électronique, regroupant à la fois les activités d'assemblage et de R&D. Dell, Nokia, Samsung ou Motorola fabriquent désormais une partie de leurs circuits électroniques et assemblent leurs téléphones portables et leurs ordinateurs dans la banlieue de Chennai. La ville non seulement concoit, fabrique mais aussi exporte elle-même tous ces produits à forte valeur ajoutée.

Mais la liste de ses spécialités ne s'arrête pas là, et il faut savoir qu'elle participe également à
hauteur de 60% des exportations indiennes dans le domaine de l'automobile. A ce titre, on la

surnomme aujourd'hui la Ç Détroit asiatique È, tant son importance atteint aujourd'hui des sommets dans ce secteur. Carrosseries, moteurs, pneumatiques, accessoires: la cha»ne complète de production est assurée, et la ville produit même les pièces détachées nécessaires au reste du pays. L'engouement économique est tel qu'on prévoit d'étendre la liste des savoirs-faire industriels au domaine de l'aéronautique au cours des prochaines années, à travers la création du Chennai Aero Park, le plus ambitieux projet dans ce secteur à l'échelle mondiale. Plus de 100.000 emplois répartis sur 16km2 regrouperont les activités de design, de production et de maintenance de systèmes civils et militaires.

La ville reste par ailleurs un centre majeur dans les domaines de la banque et de la finance, des industries pétrochimiques, du tourisme médical, du cinéma1 et de la mode.

Mais Chennai, c'est avant tout un port, par lequel transitent chaque jour 170.000 tonnes de marchandises, issues en partie de sa propre production, mais aussi de celle de sa voisine Bangalore et de tout le Sud de la péninsule. Dans le même temps, il confère à la ville un rTMle de poumon énergétique, puisque c'est par ses docks que les matières premières nécessaires à l'activité économique d'une partie du pays font leur entrée sur le territoire national. Le port de Chennai a connu une telle explosion de son activité qu'au cours des années 2000 a été décidée la construction d'un nouveau nÏud portuaire, à la périphérie Nord de la ville: le port d'Ennore. Celui-ci viendra prendre place dans une zone jusque là délaissée par les aménageurs, en marge des étincelants corridors concentrés dans les périphéries Sud et Ouest de Chennai. En effet, les dynamiques d'étalement et de redéploiement industriel massif qu'a connu la ville au cours des dernières années n'ont pas recouvert l'agglomération dans son ensemble, et n'ont fait qu'amplifier une fragmentation et une dualité historique entre un Sud dynamique et attractif, et des quartiers Nord plus pauvres et moins bien fournis en infrastructures. Cet espace, North Chennai, semble avoir conservé les stigmates des temps passés, et appara»t comme le reflet d'un certain laxisme de la part des politiques qui ont eu tendance à laisser la ville se constituer par elle-même, au gré des interventions et des intérêts d'un secteur privé tout puissant. En a résulté la constitution d'un espace mutant et original, mi-urbain, mi-rural, et en apparence totalement livré à lui-même.

Pourtant, avec la création du port d'Ennore et de ses installations annexes, on peut supposer que la
donne est en train de changer. Le Nord, quasi invisible jusqu'à une période récente, pourrait être au

1 Kollywood, en référence au quartier Kodambakkam oü sont rassemblés les studios de cinema et de television, produit d'avantage de films qu'Hollywood en Californie, et se place en deuxième position au niveau mondial derrière l'énorme machine de Bollywood (Mumbai)

cÏur de nouveaux enjeux, d'autant que l'espace disponible devenant rare et cher au Sud, il serait naturel que l'agglomération cherche à poursuivre sa croissance, vers le Nord. Qu'en est-il réellement? Quels projets sont achevés et quel impact ont-ils pu avoir jusqu'à présent sur le Nord de Chennai? Quels en ont sont les acteurs : publics ou privés ? L'Etat est-il à la hauteur du défi, ou préfère-t-il déléguer ses responsabilités ? Et puis, quelles sont les priorités à l'heure actuelle, et quelle place est accordée aux habitants de la zone? Car c'est bien là le cÏ ur des enjeux. Peuvent-il aspirer à une meilleure prise en compte de leurs aspirations ? Et peuvent-ils espérer de nouveaux débouchés? Assistera-t-on à un rééquilibrage, ou au contraire à un creusement des inégalités? La question des infrastructures et d e l'accessibilité sera véritablement au cÏur de nos questionnements, puisqu'il s'agit là du problème majeur duquel dépendra la réussite de l'intégration du North Chennai.

La suite de l'exposé se déroulera en 4 parties:

Une première partie nous permettra de mieux comprendre les enjeux actuels, en retracant l'historique des dynamiques qui ont amené la ville de Chennai à devenir ce qu'elle est aujourd'hui: une ville duale. Nous ferons le point sur la mise en place des projets déjà réalisés. (Quel est le visage de Chennai aujourd'hui ? Comment en est-on arrivé là?)

Dans une seconde partie, nous détaillerons les outils et les méthodes qui vont nous servir au cours de l'enquête de terrain, et qui vont nous permettre de dresser le portrait du Nord de Chennai et des problèmes qui lui sont propres (Comment mettre en avant les particularités et les enjeux propres au Nord de Chennai?)

Dans une troisième partie, nous détaillerons et analyserons les résultats de cette enquête, construite autour d'une cartographie participative réalisée auprès des habitants. Nous serons amenés à mettre en avant ses défauts, et ses atouts. (De quelle facon les populations du North Chennai percoivent-elles leur ville? Quels sont les problèmes qui émergent de ce ressenti ? Le Nord de Chennai possède-t-il vraiment une identité propre?)

Enfin, dans une quatrième et dernière partie, nous ferons le point sur les grands projets à venir, et sur les évolutions que devrait conna»tre notre zone d'étude. Avec un regard critique, nous évalueront les impacts probables de ces aménagements. (Dans quelle mesure les futurs aménagements répondront-il au déséquilibre actuel?)

sommaire suivant











9Impact, le film from Onalukusu Luambo on Vimeo.



Bitcoin - Magic internet money - Join us !