WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Analyse des conséquences de l'endettement public extérieur sur la croissance économique de la RDC (1991-2010)

( Télécharger le fichier original )
par Sulutani AMANI MAISHA
Institut supérieur pédagogique de Bukavu - Licence en pédagogie appliquée 2011
  

précédent sommaire suivant

I.2. ANALYSE MACROECONOMIQUE DE LA DETTE PUBLIQUE

Les débats autour de la question d?endettement ont depuis longtemps divisé les théoriciens économiques, notamment sur la nécessité du recours à la dette publique et l?efficacité de la politique d?endettement. La présente partie replace cette problématique dans sa dimension théorique en exposant, tour à tour les points de vue de keynésien, de classique, l?approche de l?endettement optimal après nous aborderons autres idées relatives en l?endettement public pour finir la partie avec la dynamique économique de l'endettement public.

I.2.1. Approche keynésienne de l'endettement public

L?approche keynésienne considère que la politique gouvernementale

d?endettement a une influence importante sur l?économie aussi bien à court qu?à long terme. A court terme, le recours à l?endettement public stimule la demande agrégée et la croissance économique par les effets multiplicateurs et accélérateurs. Cela s?expliquerait par la rigidité des salaires et prix ou des imperfections temporaires qui existent dans la courte période et qui font que des changements dans la demande agrégée affecte l?utilisation des facteurs de production de l?économie. Par contre, à long terme, il entraîne, au regard de cette approche, une hausse de l?épargne privée moins importante que la baisse de l?épargne publique, provoquant de ce fait une diminution de l?épargne nationale. Dans ce cas, l?investissement domestique déclinera, de même que le revenu national. Avec moins de capitaux disponibles, la productivité marginale du facteur capital sera élevée, le taux d?intérêt augmentera ainsi que le revenu procuré par chaque unité du capital.17

Par ailleurs, cette approche consacre l?implication de l?Etat dans la vie économique et sociale comme une nécessité d?efficience globale étant donné que :

1. le marché n?est pas toujours capable d?atteindre le plein emploi ou de promouvoir une croissance équilibrée et équitable ;

2. le coüt marginal social d?une activité est souvent supérieur à son coüt privé ;

3. la myopie inter temporelle dont les agents économiques sont victimes les conduit à avoir une préférence pour le présent et partant à sous-investir dans les domaines de la santé, de l?éducation, des infrastructures,...

4. tous les biens collectifs ne sont pas productibles par le marché, y compris certains services collectifs comme la défense nationale.

Des lors, le budget public devient, pour l?économie nationale, un stabilisateur conjoncturel qui permet d?intervenir sur la demande effective : si cette dernière est insuffisante pour assurer le plein emploi et que l?on se retrouve en récession, l?Etat devra la relever en augmentant ses dépenses et/ou en prélevant moins d?impôt. Le déficit qui en résulte pourra etre financé par le recours à l?emprunt qui devient alors un moyen qui mène à l?équilibre macroéconomique.

précédent sommaire suivant







9Impact, le film from Onalukusu Luambo on Vimeo.



BOSKELYWOOD from Ona Luambo on Vimeo.