WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Analyse des conséquences de l'endettement public extérieur sur la croissance économique de la RDC (1991-2010)

( Télécharger le fichier original )
par Sulutani AMANI MAISHA
Institut supérieur pédagogique de Bukavu - Licence en pédagogie appliquée 2011
  

précédent sommaire suivant

I.2.2. Approche classique de l'endettement public

Selon la tradition classique du 19éme siècle dont représentée par Adam SMITH, David Ricardo et John Stuart MILL. Pour le classique, L?Etat a un rôle limité et doit etre tenu à l?écart des activités économiques privées ; il ne doit pas intervenir sur le marché car les déséquilibres se résorbent automatiquement par les forces du marché. En conséquence, l?Etat n?a qu?un rôle : préserver la stabilité de l?environnement économique et garantir le respect des droits de propriété afin d?assurer les conditions nécessaires au fonctionnement du marché.18 L?emprunt n?est pas vertueux pour les classiques et est à proscrire (bannir) parce qu?il permet à l?Etat de dépenser plus que ce qui lui est nécessaire pour assurer sa fonction (NOVARESI, 2001 cité par NDUGU MUKASA).

Pour BARRO (1974), si le gouvernement finance un accroissement des dépenses publiques en ayant recours à l?emprunt, le public va anticiper les augmentations d?impôt nécessaires ultérieurement pour payer les intérêts de la dette accrue et pour rembourser le principal. De ce fait, les agents qui développent des anticipations rationnelles vont se préparer à une augmentation fiscale future en épargnant une part accrue de leur revenu disponible et ne vont pas se considérer plus après la mise en oeuvre de la politique de relance19

Il faut donc remarquer que BARRO expose sa théorie grâce à un outil appelé fonctions d'utilités inter temporelles à générations imbriquées, appelé principe d'équivalence ricardienne. La paternité revient à Ricardo mais le principe est attribué à BARRO (1974). Il approfondit la thèse de Ricardo en combinant les thèmes d'évictions et d'anticipations rationnelles.

La logique de base de l107uiIalencIRiHICieQne20 étant le principe général est que la dette publique équivaut à des impôts futurs et que, si les consommateurs sont suffisamment fournis vers l?avenir, les impôts futurs équivalent à des impôts actuels. Financer L?Etat par l?endettement revient donc au même que financer par les impôts. On appelle cette

18 SEMEDO G., « Economie des finances publiques » Ellipse, Paris, 2001

19 VAROUDAKIS, « La politique macroéconomique », Dunod, Paris, 1999

20 GREGORY N.MANKIW, Macroéconomique 7e éd.,Boeck, Bruxelles, 2010. p.596.

interprétation l?équivalence ricardienne, d?après le nom de célèbre économiste du 19eme siècles, David Ricardo, qui en a le premier développé l?argumentation théorique. L?implication de l?équivalence ricardienne est qu?une reduction fiscale financee par l?emprunt laisse échangée la consommation. Les ménages épargnent une part accrue de leur revenu disponible pour payer l?impôt qui leur sera demandé demain. L?approche ricardienne de la dette publique applique la logique du consommateur tourne vers l?avenir et l?analyse de l?impact des politique budgétaire.

précédent sommaire suivant











9Impact, le film from Onalukusu Luambo on Vimeo.