WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Analyse des conséquences de l'endettement public extérieur sur la croissance économique de la RDC (1991-2010)

( Télécharger le fichier original )
par Sulutani AMANI MAISHA
Institut supérieur pédagogique de Bukavu - Licence en pédagogie appliquée 2011
  

précédent sommaire suivant

I.2.6. La dynamique économique de l'endettement public27

Dans ce point, nous verrons comment un pays peut financer sa dette par un solde budgétaire positif.

En effet, la dette publique de l'année est égale à la dette de l'année passée à laquelle on a soustrait le solde budgétaire. En effet, d'une année sur l'autre, la dette diminue si le solde budgétaire est en excédent. Au contraire, si le solde budgétaire est en déficit, la dette augmente : le déficit budgétaire de l'année en cours s'ajoute à la dette publique du passée. La dette est ainsi le produit de l'accumulation des déficits budgétaires du passé.

Or, le solde budgétaire se décompose en deux éléments :

1. le solde primaire, c'est-à-dire la différence entre les recettes de l'année et les dépenses de l'année hors paiement des intérêts de la dette. Si ce solde est négatif, on parle de déficit primaire, s'il est en excédent, d'excédent primaire.

2. le paiement des intérêts dus sur la dette publique passée et que l'État doit rembourser l'année en cours.

Au final on a donc :

Solde budgétaire = solde primaire - intérêts de la dette et

Dette de l'année = dette passée - solde budgétaire

D' où l'on déduit : solde budgétaire < 0 dette de l'année > dette passée.

En notant SPt le solde primaire de l'année t, r le taux d'intérêt et Dt - 1 et Dt les dettes respectivement de l'année t - 1 et de l'année t :

Solde budgétaire = SPt - r * Dt-1

Dt= Dt-1 - solde budgétaire

Dt = (1+r)*Dt-1-SPt

Cette équation nous permet de voir que la dette dépend :

· de l'importance de la dette passée ;

· des taux d'intérêt ;

· du solde primaire.

Comme on le voit sur la page précédente, le solde budgétaire est fonction :

27 http://fr.wikipedia.org/wiki/Fichier:Dette_publique2011.jpg, le 20/2/2012 à 23h 45min

1. du solde primaire, qui résulte directement des décisions prises par les pouvoirs publics durant l'année en cours,

2. du paiement des intérêts de la dette, qui découle des engagements financiers passés. Pour un gouvernement, il est donc pertinent de connaître quel type de solde primaire il doit dégager pour maintenir ou diminuer son taux d'endettement.

Ce solde primaire dépend de la différence entre taux d'intérêt et taux de croissance nominale (ou taux de progression du PIB en valeur, autrement dit la somme du taux de croissance réelle et du taux d'inflation).

En effet, à partir de l'équation à laquelle on avait abouti dans la page précédente, on peut montrer qu'un État qui souhaite stabiliser son taux d'endettement doit avoir un solde primaire rapporté au PIB égal à :

.

Avec spt, le solde primaire par rapport au PIB (égal à SPt / PIB) ; dt - 1, le taux d'endettement de l'année t-1 (égal à Dt - 1 / PIB) ; r le taux d'intérêt réel et g le taux de croissance nominal (i.e., inflation incluse, car l'inflation a sur le poids de la dette publique, le même effet que la croissance réelle).

La dynamique de la dette peut être déduite de la manière suivante :

On a: Dt = (1+r) * Dt -1-SPt (1)

Pour obtenir ces grandeur en proportion du PIB, il suffit de les diviser par le PIB

(Yt):

Dt/Yt = (1+r) *Dt-1/Yt-SPt/Yt (2)

Puisque Yt=(1+g)Yt-1 (2) ;

On peut donc écrire que:

Dt/Yt = (1 + r) /(1 + g)* Dt-1/Yt-1-SPt/Yt (3) d t= (1 + r)/(1 + g)* dt-1-spt (4)

spt=(1 + r)/(1+ g) * dt -1-dt (4')

Pour que la dette publique soit stable, on doit avoir dt = dt - 1.

Par conséquent:

spt = (1 + r) / (1 + g) * dt - 1 - dt - 1 (5) spt = (r - g) / (1 + g) * dt - 1 (6)

Dans la mesure où g est petit par rapport à 1, on peut simplifier (6) en: spt = dt - 1(r - g)

Cette relation signifie que le solde primaire qui stabilise l'endettement dépend de la différence entre le taux d'intérêt et le taux de croissance. Plus précisément, on peut distinguer trois situations :

1. si les taux d'intérêt sont égaux au taux de croissance nominale (r = g), un solde primaire en équilibre (spt = 0) maintient la dette publique stable.

2. si les taux d'intérêt sont supérieurs au taux de croissance nominale (r> g), le solde primaire doit être en excédent (spt > 0) pour maintenir la dette stable. Si le solde primaire est simplement à l'équilibre, alors la dette s'accroît. C'est ce qu'on appelle l'effet « boule de neige » de l'endettement : d'année en année, l'endettement va augmenter de plus en plus. Dans la situation où les taux d'intérêt sont supérieurs à la somme des taux de croissance réelle et d'inflation, un État qui souhaite stabiliser son taux d'endettement est donc contraint d'avoir un excédent de son solde primaire d'autant plus important que l'écart entre taux d'intérêt et taux de croissance nominale est fort.

3. si les taux d'intérêt sont inférieurs au taux de croissance nominale (r<g), le solde primaire peut être en déficit (spt < 0), sans que la dette ne croisse. Si le solde primaire est simplement à l'équilibre, le taux d'endettement diminue même d'année en année.

Au final, deux relations sont importantes dans la dynamique de l'endettement :

1. L'endettement peut être maintenue stable avec des déficits budgétaires d'autant plus élevés que la croissance du PIB en valeur est forte.

2. L'endettement peut être maintenu stable même si les administrations publiques maintiennent en permanence des déficits primaires, pour autant que le taux de croissance soit supérieur au taux d'intérêt. Par conséquent, les variations de l'endettement dépendent très fortement de l'écart entre les taux d'intérêt et le taux de croissance. Les taux d'intérêt élevés ont donc un impact négatif sur l'endettement : s'ils sont supérieurs à la croissance nominale, ils accroissent mécaniquement la dette publique, même avec un solde primaire en équilibre. Si l'écart entre les deux est très grand, cela peut aller jusqu'à un effet « boule de neige », où l'endettement n'est plus maîtrisable, sauf à dégager de très importants excédents budgétaires. Au contraire, la croissance économique réelle et l'inflation ont un impact positif sur le taux d'endettement : si leur somme est supérieure au taux d'intérêt, cela permet de diminuer le taux d'endettement, même avec un solde primaire en déficit.28

28 http://fr.wikipedia.org/wiki/Fichier:Dette_publique2011.jpg, le 21/2/2012 à 20h 50min

précédent sommaire suivant







9Impact, le film from Onalukusu Luambo on Vimeo.



Appel aux couturier(e)s volontaires

Hack the pandemiuc !

Moins de 5 interactions sociales par jour



BOSKELYWOOD from Ona Luambo on Vimeo.