WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Analyse des conséquences de l'endettement public extérieur sur la croissance économique de la RDC (1991-2010)

( Télécharger le fichier original )
par Sulutani AMANI MAISHA
Institut supérieur pédagogique de Bukavu - Licence en pédagogie appliquée 2011
  

précédent sommaire suivant

IV.2. EVALUATION ET INTERPRETATION DES RESULTATS

Dans cette partie nous allons évaluer et interpréter les résultats obtenus. Le schéma d?endettement public extérieur de la RDC est bien expliqué par le modèle, avec un degré de confiance de 95%. Les pouvoirs explicatifs sont satisfaisants pour le modèle avec 93,14% pour le taux de croissance du FIB. Il est question de présenter chaque variable explicative, voir si elle est significative dans l?équation spécifiée. En suite nous aurons à apprécier son signe, ce qui nous amènera à la confrontation des hypothèses annoncées au début du présent travail.

IV.2.1. Le ratio stock dette extérieure sur le PIB

Celle-ci constitue la première variable d?intérêt de notre étude car c?est à partir de

cette variable que nous aurons à apprécier ou non le poids de l?endettement extérieur sur la performance économique de la République Démocratique du Congo. Le signe espéré est plus (+).

Le résultat de l?équation nous laisse dire que cette variable est en relation négative avec la variable endogène (expliquée ou dépendante) car son signe est négatif. L?amélioration de cette variable tend donc à encourager la relance économique de la RDC.

De ce fait, le coefficient de cette variable est -1,605 lorsque le stock de la dette est reporté au FIB. Ce ci indique qu?un accroissement d?un (1) pourcent du stock de la dette

sur le PIB conduit à la baisse de 1,605 % du taux de croissance économique de la RD Congo. Les performances économiques de la RDC amélioreraient la liquidité en rapport avec ses obligations de remboursement des dettes extérieures contractées.

Ces résultats confirment ceux trouvés par Christian NDO (2008) qui a trouvé également un impact négatif de l?endettement public extérieur sur les performances économiques du Benin.

Ainsi, la lecture des résultats ci-dessus trouvés dans l?équation, montre que notre variable stock dette sur PIB (STDPIB) a influencé négativement la croissance économique de la RDC pendant les 20 ans d?études. Ce qui nous amène à dire que le recours à l?endettement extérieur excessif de la RDC durant le 20 ans d?analyse a lésé sa performance ou sa croissance économique.

IV.2.2. Le ratio stock dette extérieure sur les exportations de biens et de services

Le ratio stock dette extérieure sur les exportations de biens et de services est la deuxième variable constituant l?intérêt de notre étude pour la validation ou la non validation notre première hypothèse. Cette variable est aussi en relation négative avec la variable dépendante (TCPIB). Ainsi, avec comme coefficient de -0,1989; ceci signifie qu?une augmentation d?un point du stock de la dette sur les exportations de biens et de services induit la décroissance 0,1989 point de la croissance économique de la RDC. Un ratio moindre du stock de la dette sur les exportations semblerait donc élever le taux de croissance économique de la RDC.

Lorsque les ressources issues des exportations sont insuffisantes pour faire face au remboursement des emprunts contractés alors le pays accumule des arriérés de payement jusqu'à une certaine période.

En effet, l?entrée des devises en RDC est essentiellement basées sur les exportations des produits bruts tels que : le cuivre, le diamant, café, or,... Les cours mondiaux défavorable de ces produits se traduit par la baisse des recettes en devises qui a permis la dégradation des exportations par rapport aux importation traduisant ainsi la baisse de la capacité de remboursement de la dette contractées par la RDC au prés de ses bailleurs.

Ainsi, l?on arrive à la conclusion selon laquelle le recourt aux emprunts extérieurs excessifs restreint la possibilité de la croissance économique de la RDC pendant les deux dernières décennies de notre étude.

Les conclusions de ces deux variables nous amène à infirmer notre première hypothèse annoncée au début du présent travail.

précédent sommaire suivant











9Impact, le film from Onalukusu Luambo on Vimeo.



Visitez Arcy sur Cure

Camping du Saucil a(Villeneuve sur Yonne)