WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Occlusions intestinales néonatales dans le service de chirurgie pédiatrique du CHU- Tokoin de Lomé: aspects épidémiologique, diagnostique et thérapeutique

( Télécharger le fichier original )
par Else Ingrid MONNEY DEIDO EPESSE
Université de Lomé Togo - Doctorat 2011
  

précédent sommaire suivant

CONCLUSION

ET

SUGGESTIONS

Occlusions intestinales néonatales dans le service de chirurgie pédiatrique du CHU-Tokoin de Lomé : Aspects épidémiologique, diagnostique et thérapeutique

Conclusion

> Sur le plan épidémiologique : en 7 ans, la fréquence annuelle hospitalière était de 4 cas par an, moins élevée que celle de Tekou qui avait trouvé une fréquence annuelle de 7 cas sur 4 ans. L'âge moyen a l'admission de 10,8 jours était nettement plus grand que celui de Tekou qui était de 4,5 jours. La durée d'évolution avant l'admission était de 7,4 jours, plus grande que celle de Tekou. Les conditions économiques actuelles sont a l'origine du retard a la consultation et du faible taux de fréquentation de l'hôpital, les parents préférant les pratiques traditionnelles apparemment moins coûteuses.

> Sur le plan diagnostique : les OINN basses étaient les plus fréquentes comme dans l'étude de Tekou mais moins que dans les siennes. Les étiologies les plus fréquemment rencontrées étaient les M.A.R. et la MH alors que dans la série de Tekou les malformations duodénale et du grêle étaient les plus fréquentes.

> Sur le plan thérapeutique : 7 traitements définitifs dont 5 traitements étaient effectués au CHU-Tokoin et 2 en Espagne sous le couvert d'une ONG et 24 traitements d'attente ont été effectués. Pour Tekou, 22 cas d'OINN ont été traités chirurgicalement de façon radicale ou palliative.

> Sur le plan évolutif : sur les 7 traitements définitifs effectués, 4 patients étaient vivants. Le traitement de la sténose était satisfaisant et celui de la M.A.R. s'était compliqué de sténose cicatricielle de l'anus de même que les 2 cas de M.A.R. opérés en Espagne. Tekou avait eu 2 complications à type de troubles sphinctériens et d'occlusion sur bride. La mortalité était de 19,3%, nettement inférieur à celle de Tekou qui était de 51,8%.

Au terme de notre étude, les objectifs fixés n'ont pas tous été atteints.

- L'évaluation de la fréquence a été biaisée, à cause des dossiers des patients que

nous avons exclus de notre étude.

Occlusions intestinales néonatales dans le service de chirurgie pédiatrique du CHU-Tokoin de Lomé : Aspects épidémiologique, diagnostique et thérapeutique

- Le diagnostic de certitude n'avait pas été confirmé dans 13 cas de MH parce que la biopsie n'était pas faite.

- L'évolution des OINN n'a pas pu être appréciée chez tous les patients.

Suggestions

Aux autorités politiques :

La mise en oeuvre d'une politique de santé orientée vers la pédiatrie en générale et la néonatologie en particulier :

· La création d'un hôpital pédiatrique avec tous les services nécessaires à la prise en charge de toutes les pathologies de l'enfant, et avec un service de réanimation néonatale et pédiatrique polyvalent.

· La subvention et l'encouragement de la spécialisation des médecins dans les disciplines relatives a l'enfant (pédiatrie, chirurgie pédiatrique, réanimation pédiatrique, néonatologie, radiologie pédiatrique...).

· La vulgarisation de l'échographie obstétricale en installant les échographes dans tous les hôpitaux, et en ramenant le coût de cet examen à la portée du togolais moyen.

· La Création d'une unité d'anatomopathologie permanente pour réaliser des examens extemporanés de biopsies.

Aux personnels sanitaires :

· Procéder a l'examen clinique minutieux du nouveau-né à la naissance pour permettre la détection rapide de certaines malformations congénitales et les référer vers les centres spécialisés.

Occlusions intestinales néonatales dans le service de chirurgie pédiatrique du CHU-Tokoin de Lomé : Aspects épidémiologique, diagnostique et thérapeutique

· Devant tout vomissement chez un nouveau-né, penser à une pathologie chirurgicale digestive jusqu'à preuve du contraire.

· Assurer une bonne prise en charge des nouveau-nés présentant une OINN.

· Etablir une bonne collaboration entre les différents spécialistes : obstétricien, pédiatre, chirurgien pédiatre, anesthésiste-réanimateur pédiatre, radiologue pédiatre pour une meilleure prise en charge des OINN.

· Encourager la formation des médecins dans les différentes spécialités pédiatriques. Aux parents des nouveau-nés :

· Prêter attention a l'émission du méconium chez le nouveau-né et consulter rapidement en cas d'anomalie a type de retard (>48heures) ou d'absence.

· Consulter rapidement en cas de vomissements associés ou non à un ballonnement abdominal chez le nouveau-né.

· Effectuer les consultations prénatales et les bilans prénataux notamment l'échographie foetale.

· Se fier à la médecine moderne

Occlusions intestinales néonatales dans le service de chirurgie pédiatrique du CHU-Tokoin de Lomé : Aspects épidémiologique, diagnostique et thérapeutique

précédent sommaire suivant











9Impact, le film from Onalukusu Luambo on Vimeo.



La Vita e Bella - Gite - Livinhac le haut