WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

L'analyse financière d'une institution sanitaire, cas de l'hôpital Heal Africa, de 2008 à  2010

( Télécharger le fichier original )
par Lydie KASOKI MUHATIKANI
Université libre des pays des grands lacs - Licence en gestion financière 2011
  

sommaire suivant

DEDICACE

A

- nos très chers parents Marie-Louise MUMBERE, Virginie MUMBERE et Achille MATHE ;

- notre mari, Daddy KAMBALE KINYOMA ;

- notre fils, Daniel MUISSA KINYOMA et notre futur bébé ;

- notre très belle-famille, KINYOMA.

Lydie KASOKI MUHATIKANI

REMERCIEMENTS.

Au terme de ce travail sanctionnant la fin de notre deuxième cycle académique, nos remerciements s'adressent tout droit à l'Eternel Dieu, Créateur de l'univers, pour le souffle de vie qu'il nous a donné et son fils Jésus-Christ, le Sauveur de l'humanité.

Nous remercions également la Faculté des Sciences Economiques et de Gestion de l'Université Libre des Pays des Grands-Lacs, pour l'enseignement de qualité qu'elle a mis à notre disposition et grâce auquel nous avons produit ce travail.

Nous remercions encore le professeur Seblon MPEREBOYE pour la direction de ce travail, et le Chef des Travaux Joël NEKA MBASA de pour l'encadrement.

Nous remercions aussi nos parents Marie-Louise MUMBERE et Achille MUMBERE MATHE pour avoir accompli leur devoir parental.

Nous ne pouvons clore cette page, sans remercier notre mari KAMBALE KINYOMA Daddy, notre belle-famille KINYOMA, nos frères, nos soeurs, nos cousins, nos tantes, nos oncles et tous nos amis et toutes nos connaissances.

Que tous ceux qui ont contribué, de près ou de loin, à la réalisation de ce mémoire et dont les noms ne sont pas repris ici, ne considèrent pas cette omission comme une négligence de notre part. Nous les portons dans notre coeur.

Lydie KASOKI MUHATIKANI

RESUME

Ce travail porte sur l'analyse financière d'une institution sanitaire, cas de l'hôpital Heal Africa, de 2008 à 2010.

Hormis l'introduction et la conclusion, ce modeste travail comprend trois chapitres :

ü Le premier est consacré aux considérations théoriques sur l'analyse financière ;

ü le deuxième est axé sur la présentation de l'hôpital Heal Africa ;

ü et le troisième présente et traite les données, et interprète les résultats.

Dans cette étude, il a été question de répondre aux préoccupations suivantes :

- L'Hôpital Heal Africa parvient-il à maintenir son équilibre financier ?

- L'Hôpital Heal Africa parvient-il à assurer son autofinancement ?

- Quel est le niveau de la rentabilité de l'Hôpital Heal Africa ?

L'objectif primordial était d'examiner la santé financière de l'Hôpital Heal Africa en vue d'en proposer des solutions pour son bon fonctionnement.

Ainsi, après traitement des données et analyses de résultats, nous avons abouti aux résultats suivants :

Le fonds de roulement a été positif pour toute la période en étude. Ainsi, l'hôpital Heal Africa maintient son équilibre financier, ce qui confirme notre première hypothèse.

Le besoin en fonds de roulement a été positif pour toute la période. Ce qui veut dire que l'hôpital éprouve le besoin de financement, durant cette période, pour son exploitation.

La trésorerie nette a été positive pour les trois années. Cela montre qu'il y a eu des liquidités. Le ratio de solvabilité a été très supérieur à 1, c'est-à-dire que l'hôpital peut faire face à toutes ses dettes en cas de liquidation. Les ratios de liquidité réduite et immédiate sont supérieurs à 1 pour les années 2008 et 2009, et inférieurs à 1 pour l'année 2010.

Dans la démarche de la vérification des hypothèques du travail, nous avons utilisé la méthode analytique qui nous a permis de dégager certains indicateurs de la structure et de la performance financière, laquelle méthode a été appuyée par la technique documentaire qui a conduit à consulter les états de synthèse de l'Hôpital Heal Africa.

Toutes ces considérations nous poussent à confirmer nos hypothèques.

sommaire suivant