WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Impact du risque politique sur les investissements directs étrangers en Afrique subsaharienne

( Télécharger le fichier original )
par Didier Jol Kama N'GBESSO
Université d'Auvergne Clermont- Ferrand1, centre d'études et de recherches sur le développement international - Master 2 2010
  

précédent sommaire suivant

Aidez l'hopital de Montfermeil

ii.5.4 test d'independance serielle : Durbin-Watson

Ce test repose sur l'hypothèse d'indépendance sérielle des écarts aléatoires. Il se présente comme suit :

Ho : indépendance sérielle des écarts aléatoires

Ha : l'écart aléatoire est autocorrélé dans le temps (autocorrélation de type 1)

Si les écarts aléatoires sont corrélés, l'hypothèse d'indépendance sérielle est violée et la matrice de variance -covariance devient non scalaire.

Durbin et Watson proposent la statistique calculée à partir des résidus de l'équation estimée en MCO. Cette statistique est comprise entre 0 et 4. Plus la statistique est proche de 2, plus l'hypothèse Ho doit être préférée.

Ainsi au seuil alpha 5% la statistique de DW calculé est de 0.19, il est comprise entre [0 et DL], par conséquent on rejette Ho : l'écart aléatoire est autocorrélé dans le temps.

Ii.5.5 Test d'endogeneite : Nakamura Nakamura

Ce test est important dans la mesure où le rejet de l'hypothèse d'orthogonalité constitue une erreur de spécification sévère qui est source d'un biais dans l'estimation. Le biais peut avoir plusieurs origines : biais de simultanéité, biais d'atténuation et biais d'omission.

Dans le cas de notre étude nous soupçonnons la variable polrisk d'endogèneité. En effet en tenant compte des facteurs contribuant au risque politique, il est possible que certains déterminants inobservés contribuant au risque politique qui sont dans le terme d'erreur soient corrélés avec la variable de test. L'estimateur MCO est alors biaisé et non convergent. Deux variables instrumentales sont retenues : la densité de la population (densit)et la démocratie (polity2). Le choix de la variable instrumentale polity2 est dû au fait que cette variable représente en partie les politiques publiques dans un pays. En effet cette variable qui représente la compétitivité de la participation politique et l'ouverture du système de désignation de l'exécutif et le système de contrôle dans un pays donné. On peut donc la considérer comme une variable de politique publique telle que préconisée par Araujo, Brun & Combes (2008). Le choix de la variable densité de la population (density) répond au fait que cette variable est difficilement contrôlable par les économistes. Ces deux instruments sont significatifs au seuil alpha de 5%. Ils répondent parfaitement aux critères suivants :

- ils sont corrélés avec polrisk (mais pas trop)

- ils ne sont pas corrélés avec le terme d'erreur

- ils n'agissent pas directement sur la variable expliquée (IDE)

Pour administrer ce test nous avons ainsi régressé la variable douteuse à savoir polrisk sur l'ensemble des variables explicatives y compris les instruments. On retient le résidu de l'équation qu'on introduit comme variable de test dans le modèle de base. La p-value du coefficient associé aux résidus est de 0.0205. Il est significatif au seuil de 5%. L'hypothèse nulle d'exogénéité de la variable suspectée est donc rejetée.

précédent sommaire suivant






Aidez l'hopital de Montfermeil

Appel aux couturier(e)s volontaires

Hack the pandemiuc !

Moins de 5 interactions sociales par jour