WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

L'impact des foires d'art contemporain dans le marché de l'Art aujourd'hui à  travers la semaine de l'Art contemporain à  Paris

( Télécharger le fichier original )
par Elise GUILLOU
Institut d'études supérieures des arts  - Titre homologué niveau II spécialiste - conseil en biens et services culturels 2010
  

précédent sommaire suivant

III- Tout le marchÉ en symbiose

A- Les prix d'Art Contemporain

Crée en 1994, l'Adiaf, Association pour la Diffusion Internationale de l'Art Français, présidée par Gilles Fuchs, regroupe plus de deux cent cinquante collectionneurs privés et amateurs d'Art Contemporain en France. Ses membres souhaitent agir aux côtés des institutions pour contribuer à la promotion de la scène française. L'ambition de l'Adiaf est avant tout de soutenir l'Art Contemporain français et de contribuer à son rayonnement international en faisant mieux connaître la jeune scène artistique française, à l'étranger. Ils souhaitent aussi sensibiliser un large public à l'esprit de collectionnisme. Afin de promouvoir les artistes français, l'Adiaf organise des expositions d'oeuvres issues des collections privées françaises et une collection triennale constituant un panorama des derniers achats dans les collections françaises.

Le Prix Marcel Duchamp a été créé en 2000 par l'Adiaf. Son ambition est de distinguer un artiste français ou résidant en France, représentatif de sa génération (en général entre 35 et 45 ans) et travaillant dans le domaine des arts plastiques et visuels : installation, vidéo, peinture, photographie, sculpture ...

A l'image de Marcel Duchamp, ce prix souhaite rassembler les artistes les plus novateurs dans leur génération et encourager toutes les formes artistiques nouvelles qui stimulent la création. Unique en son genre, ce prix de collectionneurs permet à une nouvelle génération d'artistes de bénéficier d'une structure qui favorise leur reconnaissance, donne une plus grande visibilité à leurs propositions artistiques, et les aide dans leur parcours international.

Le prix est organisé en partenariat avec le Centre Pompidou, Musée national d'Art Moderne, qui a choisi d'ouvrir son mode de sélection d'artistes exposés par le biais du regard des collectionneurs. Depuis 2005, la Fiac, Foire internationale d'Art Contemporain de Paris, s'est associée aux organisateurs et offre une large vitrine aux artistes sélectionnés, leur apportant une visibilité supplémentaire auprès des collectionneurs français et étrangers. Fruit d'une initiative privée relayée par une institution publique, le Prix Marcel Duchamp mobilise un réseau du monde de l'art : artistes sélectionnés selon les critères les plus rigoureux, conservateurs de grandes institutions, collectionneurs français et étrangers, critiques et experts.

Ce sont les membres du comité de sélection de l'Adiaf, c'est à dire des collectionneurs, qui établissent la liste des artistes nommés. Une fois quatre noms sélectionnés, ceux-ci sont soumis à un jury international réunissant des experts, conservateurs, critiques, collectionneurs français et étrangers. Comité de sélection et jury international sont renouvelés pour chaque édition.

Les quatre nommés sont exposés à la Cour Carrée du Louvre lors de la Fiac et disposent d'une publication par l'Adiaf consacrée à leur travail. Pour l'année 2009 le jury a réuni des collectionneurs ; James Cottrell (Etats-Unis), Dakis Joannou (Grèce), des directeurs de musées ; Kasper König, Ludwig Museum, Cologne (Allemagne), Charlotte Laubard, CAPC Bordeaux (France), Alfred Pacquement, Musée national d'Art Moderne, Centre Pompidou (France), une artiste Jacqueline Matisse-Monnier, (France, Etat-Unis) et Gilles Fuchs, le Président de l'ADIAF (France). La pluralité de ce jury permet d'avoir différents points de vue sur ce qui fait l'exception d'une oeuvre d'art.

Le lauréat va être exposé pendant deux mois au Centre Pompidou dans l'espace 315, il va être doté financièrement de 35 000 euros offert par l'Adiaf. De même l'Adiaf produit une de ses oeuvres et le Centre Pompidou publie un catalogue consacré à l'artiste.

Pour l'édition 2009, les quatre nommés étaient Saâdane Afif, Damien Deroubaix, Nicolas Moulin et Philippe Perrot.

Le prix Marcel Duchamp a été rendu à Saâdane Afif, artiste plasticien français, lauréat en 2005 du prix international d'Art Contemporain de la fondation Prince Pierre de Monaco. Il a créé des installations sensorielles où se mêlent sculptures, vidéo, musique et jeux de lumière.

L'artiste travaille sur l'exploration des langages plastiques pour représenter la complexité du monde. Son oeuvre est marquée par une logique coopérative et la création de ponts entre disciplines.

Représenté par la Galerie Michel Rein, avec son oeuvre Vice de Forme, Saâdane Afif renoue avec ses interrogations du champ musical en ayant fait mettre en musique douze chansons par le compositeur Louis-Philippe Scoufaras.

Exceptionnellement, cette année, les quatre nommés vont être exposés une seconde fois tous ensemble au pavillon de la France de l'exposition universelle de Shanghai en juin 2010. De même, de novembre à avril 2011 aura lieu une exposition « De leur temps (3) » au Musée d'art moderne et contemporain de Strasbourg. La triennale des collectionneurs de l'ADIAF sera dédiée à l'ensemble des artistes, lauréats et nommés, du Prix Marcel Duchamp depuis sa création par l'ADIAF en 2000. Elle présentera une sélection de 150 oeuvres des 43 artistes du Prix Marcel Duchamp acquises par 70 collectionneurs privés. Au cours de l'année 2011, une exposition au musée Mori de Tokyo réunira une trentaine d'artistes du prix Marcel Duchamp. Par le biais de ces expositions, les membres de l' Adiaf souhaitent mettre en avant, internationalement, les artistes représentatifs des enjeux de la scène artistique française. Le dixième anniversaire du prix sera l'occasion de faire rayonner l'art contenporain français en France et dans le monde à travers ces nombreux évènements programmés pour les années 2010 et 2011.

Le 11 février dernier, les quatre artistes nommés pour l'édition 2010 ont été révélés : Céleste Boursier-Nougenot (installation) galerie Xippas, Cyprien Galliard (vidéo) galerie Bugada ans Cargnel, Camille Henrot (installation) galerie Kamel Mennour et Anne-Marie Schneider (peinture) galerie Nelson Freeman. Quant au jury, il sera composé de Gilles Fuchs, Président de l'ADIAF, Nicolas Bourriaud, curateur et critique d'art (France),?Carolyn Christov Bakargiev, commissaire et critique, directrice artistique de la Documenta 13 de Kassel (Etats-Unis, Italie),?Rosa de La Cruz, collectionneur (Etats-Unis)?, Toshio Hara, collectionneur (Japon),?Jacqueline Matisse-Monnier, artiste (France, Etats-Unis) et d'Alfred Pacquement, Directeur du Musée national d'art moderne, Centre Pompidou (France).

Pour l'édition 2009 de la Fiac, un nouveau prix a vu le jour : le prix Lafayette. Cette récompense est attribuée à l'un des artistes des quatorze galeries sélectionnées pour profiter d'un soutient financier lors de la Fiac. Le lauréat bénéficiera de l'acquisition d'une oeuvre par le groupe Galeries Lafayette, de la présentation d'une exposition, ainsi qu'une dotation pour une production nouvelle dans une grande institution parisienne. Le Prix Lafayette, pour sa première édition, a été attribué à l'artiste américaine Carol Bove, présentée par la galerie londonienne Hotel. Elle exposera ses oeuvres au Palais de Tokyo lors de la Fiac 2010. Son travail consiste à la collecte et l'assemblage des livres qui traitent des idéologies utopiques dans les années soixante et soixante-dix. Ses morceaux d'étagère personnels lui permettent en utilisant des pages de texte ou des images issues d'ouvrages sur la sexualité, la méditation, l'architecture expérimentale, et d'autres livres cultes de cette période qu'elle combine souvent avec des objets symboliques, de former un millésime "paradisiaque" des mouvements politiques, sociaux et artistiques.

En même temps que cette semaine de l'art contemporain, le collectionneur Guillaume Houzé organise à la galerie des Galeries Lafayette une exposition « Antidote ». Celle-ci regroupe des jeunes artistes français encore méconnus et tend à mettre en valeur la puissance créative de la France, et par là, contribue à son rayonnement dans le monde. « Antidote 5 » a réuni les oeuvres de dix artistes français : Dove Allouche, Pierre Olivier Arnaud, Sophie Bueno-Boutellier, Étienne Chambaud, Isabelle Cornaro, Aurélien Froment, Mark Geffriaud, Laurent Montaron, Jimmy Robert et Clément Rodzielski. Cette exposition propose un renouveau dans sa sélection et insiste sur sa vocation première : révéler et soutenir la jeune scène artistique contemporaine française. Cette année, l'exposition donne la parole à de jeunes artistes issus d'une même génération, traversée par des réflexions communes : le temps, la mémoire et l'absence, l'image, sa condition d'apparition et de perception. Elle met ainsi en regard un ensemble de pièces qui interroge la conceptualisation d'une oeuvre où l'idée du projet prime sur la matière.

Guillaume Houzé apporte un grand soutien à la fois aux galeries et aux artistes de la scène émergente, autre fois apanage de Frieze Art Fair. Ce prix, créé tout de même sous l'influence de son ainé, le prix Marcel Duchamp, tend à aider la jeune création française à être vue sur la scène internationale.

Ces prix destinés à mettre en avant la création contemporaine se limitent à un niveau national voir européen. Chaque pays, en effet, organise ses propres titres.

Ainsi, en Angleterre le prix Turner16(*) récompense chaque année un artiste contemporain, généralement britannique, de moins de cinquante ans. Il est organisé depuis 1984 par la Tate Britain. Bien qu'associé à l'art conceptuel, le prix est décerné aux artistes utilisant les nouveaux médias, tels que l'art vidéo, l'installation et la sculpture non conventionnelle, mais aussi aux artistes peintres. La nomination se fait par vote du public et l'événement est couvert médiatiquement, le prix est retransmis à la télévision. Ainsi on compte dans les lauréats Gilbert & George, Damien Hirst ou Richard Wright. En France, nous sommes loin de cet engouement populaire pour un prix artistique, le prix le plus reconnu demeure le Marcel Duchamp. Comme l'explique Gilles Fuchs, président de l'Adiaf « Sa particularité est d'être décerné par des collectionneurs, français et étrangers, qui veulent s'engager pour défendre les artistes français ». Il y a une réelle volonté de la part de ces collectionneurs d'être actifs auprès de la jeune création française.

Ces récompenses permettent d'intéresser les médias aux artistes français. Cela ne va pas changer la carrière de l'artiste du jour au lendemain mais c'est un tremplin. Tout dépend du moment où cela arrive dans sa carrière. Comme l'explique Michel Rein « Quand Raphaël Zarka a eu le prix Ricard (en 2008), il était encore très peu connu, et cela lui a été très utile. Beaucoup de ses oeuvres ont été vendues cette année là. Pour d'autres, plus confirmés, comme Didier Marcel, élu par Monaco (en 2008), c'est d'avantage une caution. Quant au prix Duchamp d'Afif, qui coïncide avec une oeuvre sublime, il lui permettra d'avoir un impact plus international. » 17(*)

Pour la galerie, la seule nomination d'un de ses artistes au prix Marcel Duchamp lui permet de gagner en visibilité et de connaître une reconnaissance de son travail de découvreur de talent.

Le prix Marcel Duchamp et le prix Lafayette profitent de l'impact international de la Fiac. La foire offre à ce prix une grande visibilité sur la scène de l'Art Contemporain. Elle participe à la volonté des collectionneurs de mettre en avant la création française.

Ces organisations conjuguent leurs efforts pour valoriser nos artistes au sein d'un événement à renommée internationale.

* 16 Turner Prize

* 17 LEQUEUX Emmanuelle, « En France, l'Art Contemporain se prend au jeu des prix », Le Monde, 25.12.09

précédent sommaire suivant







9Impact, le film from Onalukusu Luambo on Vimeo.



BOSKELYWOOD from Ona Luambo on Vimeo.