WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Dynamique des réseaux et des systèmes de communication des migrants sénégalais en France

( Télécharger le fichier original )
par Moda GUEYE
Université Michel de Montaigne Bordeaux 3 - Doctorat de géographie 2010
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

7.3 Les mouvements associatifs pour le développement

Dans leurs pays de migration, un segment important de la communauté des Sénégalais de l'extérieur se réunit au sein des mouvements associatifs pour mettre en oeuvre des actions d'utilité sociale et économique en faveur de l'amélioration des conditions de vie dans leurs villages ou régions d'origine. Nombreux sont en effet les regroupements associatifs de migrants sénégalais ayant joué et qui continuent encore de jouer un rôle considérable dans la lutte contre la pauvreté, la dégradation des conditions d'existence et le délitement social de leurs concitoyens restés dans les localités d'origine. Aujourd'hui, les associations de migrants oeuvrant dans le développement local au Sénégal sont de plus en plus nombreuses. Les expériences et les connaissances acquises durant de longues années de migration sont généralement mobilisées et valorisées à travers notamment la mise en place d'équipements sociaux collectifs, mais aussi à travers la participation à des activités économiques dans le pays d'origine. C'est ainsi que bon nombre de terroirs sénégalais ont été d'ailleurs dotés en infrastructures et équipements de base, telles que centres de santé, écoles, forages, bureaux de poste, etc.

Leur participation à la vie sociale et économique ainsi que leur défense et leur promotion des valeurs culturelles du milieu d'origine tendent d'ailleurs à imposer aujourd'hui certains de ces regroupements de migrants comme de véritables partenaires auprès des pouvoirs publics locaux et nationaux, et aussi de plus en plus auprès des autres acteurs de développement tels que les organisations non gouvernementales, les mouvements associatifs d'ici et de là-bas, les bailleurs de fonds, etc. Les associations de migrants sont devenues à présent des acteurs majeurs dans le développement des espaces d'origine. D'une manière générale, elles contribuent à fournir à leurs membres un cadre

324

leur permettant d'exercer pleinement leur citoyenneté. Certaines d'entre elles ont acquis au fil du temps un poids économique et social indéniable. L'enjeu essentiel, c'est que cette nouvelle forme de citoyenneté participative permet aujourd'hui à ces nostalgiques d'être beaucoup plus présents à ce qui se passe là-bas, et aussi de s'impliquer davantage dans les décisions et les initiatives allant dans le sens de la défense de l'intérêt collectif mais également de l'amélioration des conditions de vie.

Les regroupements de migrants, oeuvrant pour le développement, peuvent, dans bien des cas, apporter des réponses concrètes et des solutions efficaces aux besoins de base nécessaires à la subsistance et à l'entretien des communautés d'origine. Force est de reconnaître que les investissements communautaires effectués au profit des villages d'origine permettent à ces derniers, dans bien des cas, de disposer d'un minimum de services publics que l'Etat est incapable de leur assurer.

Nous reviendrons de façon plus approfondie, dans la troisième partie, sur le rôle et la participation des migrants sénégalais dans le développement national à travers l'utilisation des technologies de l'information et de la communication. La mobilisation de l'expertise et des moyens financiers colossaux des Sénégalais de l'extérieur reste un des grands défis pour le développement du Sénégal. Pour accomplir leurs missions et agir avec une plus grande efficacité dans le développement économique et social des localités d'origine, certaines associations de migrants se servent désormais des nombreuses potentialités d'Internet. C'est dans cette logique qu'il faut comprendre la présence sur le web de certaines associations rassemblant des ressortissants d'une même localité de la vallée du fleuve Sénégal ou celle des associations réunissant des cadres sénégalais vivant et travaillant en France.

7.3.1 Les associations des ressortissants de la vallée du fleuve Sénégal

On remarque d'abord qu'il existe en France de nombreuses associations réunissant des ressortissants de la vallée du fleuve Sénégal et tournées essentiellement vers le développement des lieux d'origine. Cette migration se caractérise généralement par le regroupement des gens en fonction de leurs localités d'origine. Le plus souvent, c'est en effet avec les individus issus du même village que l'on se regroupe en association. Pour

325

leurs membres, ces associations représentent non seulement des cadres de solidarité et d'entraide efficaces, mais aussi elles apparaissent très nettement comme des vecteurs de développement des communautés d'origine. En France, la plupart de ces associations sont localisées dans la région Ile-de-France. Guillaume Lanly (1998) rappelle que « les premières organisations sont apparues au début des années 80 en réponse à l'aggravation des conditions vie et de travail des immigrés en France et à l'accentuation de la dépendance des communautés d'origines aux envois de fonds ». Il ajoute que « à partir de 1985, le phénomène s'est rapidement répandu à l'ensemble de la communauté des immigrés originaires de la vallée du fleuve Sénégal témoignant d'un véritable phénomène d'entraînement ». Toutefois, malgré cette évolution quantitative et qualitative, peu d'entre elles sont présentes pour le moment sur le web.

A titre d'exemple, nous tenterons d'examiner les contenus des sites web produits par les membres des villages de Waoundé, Danthiady et Agnam-Civol résidant en France. On constate, d'une manière générale, que ces sites web ont été créés surtout afin de permettre à toutes les personnes qui le souhaitent, de découvrir et connaître ces localités caractérisées par une migration séculaire des populations, mais aussi dans le but de donner une plus grande notoriété à leurs associations. Ce sont des espaces d'information et de communication qui permettent à toutes les personnes soucieuses du bien-être des populations de ces localités situées dans les confins déshérités du nord-est du Sénégal de mieux se connaître et d'oeuvrer ensemble pour le développement de cette partie du Sahel durement éprouvée par les effets de la sécheresse et souvent laissée pour compte dans les politiques publiques. Ainsi, à travers ces sites, les membres des associations tentent d'une part de démontrer leur attachement profond à leurs lieux d'origine, et d'autre part d'attirer toutes les bonnes volontés désirant apporter leurs contributions et aider à améliorer les difficiles conditions de vie des populations restées sur les lieux. On peut dire aussi que ces sites résultent d'une volonté de mettre à la disposition des membres des associations des informations et aussi de leur permettre de mener à bien leurs tâches. Ce sont des espaces permettant non seulement aux ressortissants de ces villages disséminés en France en particulier et dans le monde en général de se rencontrer et d'établir des relations, mais aussi ils permettent à leurs sympathisants d'échanger et de confronter leurs points de vue. De même, ces sites web constituent des lieux d'information sur les activités et les différentes réalisations effectuées dans le cadre des relations de jumelage.

326

Conscients de la nécessité de rassembler leurs efforts et prendre à bras le corps les problèmes, relatifs notamment à l'éducation, à la santé et au développement, auxquels sont confrontés leur localité d'origine, les ressortissants de Waoundé (les Waoundankos) vivant en Europe et plus particulièrement ceux résidant en France prennent l'initiative de créer en 1987 l'Association pour l'Education, la Santé et le Développement de Waoundé (AESDW). L'association compte 12 sections réparties en France pour la plupart, sections de Paris - Ile de France, Marseille, Rouen, Le Havre, Orléans, Dunkerque, Grenoble, Lyon, en Allemagne et au Sénégal, sections de Waoundé et de Dakar.

Ce qui fait l'originalité du site de l'AESDW, c'est son utilisation par les ressortissants de l'association en France et en Europe à la fois comme lieu de commande de marchandises destinées à l'approvisionnement et l'entretien des familles restées à Waoundé et aussi comme lieu d'échanges d'idées en vue d'améliorer la gestion de la boutique alimentaire. En effet, pour permettre aux membres de l'association vivant en Europe d'assurer le ravitaillement en produits alimentaires des familles restées dans la commune, l'association a mis en place une boutique alimentaire. Ajoutons que cette boutique a été ouverte dans la commune de Waoundé. Le magasin propose à des prix intéressants un large assortiment de marchandises. Son approvisionnement en marchandises achetées à Dakar est assuré par les fonds collectés au niveau de chaque section. Pour assurer l'approvisionnement de la famille au pays, il suffit seulement aux migrants d'envoyer des bons de commande. Les discussions liées à la gestion de la boutique alimentaire animent le site. Elles tournent essentiellement autour des problèmes qui perturbent le bon fonctionnement de la boutique. Les internautes font des propositions pour améliorer son fonctionnement. On voit ainsi dans quelle mesure, les ressortissants de Waoundé en France se sont appropriés Internet, en vue de mettre en place des stratégies et des actions efficaces pour un meilleur fonctionnement de la boutique destinée à assurer l'alimentation des familles à Waoundé. Le forum est ainsi un espace où les gens se rassemblent pour exprimer leurs convergences et leurs divergences.

327

Site web 35. Site web de l'AESDW

Nous avons également observé le site de l'Association des Ressortissants de Danthiady en France (ARDF). D'abord, cette association a vu le jour en 1971 à Saint-Etienne du Rouvray dans le département de la Seine maritime en Normandie. Elle regroupe tous les Danthiadynabés vivant dans l'Hexagone. En France, les Danthiadynabés sont essentiellement implantés dans la ville du Havre et dans la commune des Mureaux dans le département des Yvelines en Ile-de-France. Les raisons de cette forte implantation sont principalement économiques, avec surtout la présence jadis des usines Renault et Peugeot dans ces deux localités. Parallèlement à l'ARDF, les Danthiadynabés ont également mis en place des structures identiques aussi bien dans certaines grandes villes du Sénégal que dans les autres pays regroupant des ressortissants de Danthiady, en Afrique centrale, en Europe, aux Etats-Unis et même en Asie. En France, l'ARDF a installé son siège au Val-de-Reuil dans l'Eure en Haute-Normandie, et au Sénégal à Dakar.

Initialement créée pour mener des activités culturelles et sociales, l'ARDF a, au fil du temps, orienté ses objectifs vers la recherche de moyens permettant d'accroître le bien-être et d'améliorer le cadre et les conditions de vie de la population restée au village. Grâce à l'ARDF, le village dispose maintenant d'une mosquée équipée d'un panneau solaire pour l'éclairage et de matériel sonore pour l'appel à la prière. Afin de trouver des solutions inhérentes à la crise économique et aux effets néfastes de la sécheresse, l'ARDF

328

a noué des relations de partenariat avec d'autres structures intervenant dans le domaine du développement. Parmi celles-ci, on trouve la Fédération des Associations du Fouta pour le Développement (FAFD), le réseau des associations de la vallée du fleuve Sénégal, PS Eau vive, etc.

Cependant, les relations de partenariat les plus importantes ont été nouées surtout avec la commune de Val-de-Reuil, à travers notamment un protocole signé en février 1998. Ce partenariat a ainsi permis la mise en place et l'aménagement d'un jardin maraîcher équipé d'un puits et d'une pompe pour permettre aux femmes qui en détiennent la gestion de pouvoir cultiver des fruits et des légumes en toutes les saisons, et non plus seulement durant la saison des pluies. Les objectifs visés à travers ce partenariat sont d'augmenter la production, de diversifier les cultures et aussi de réduire la dépendance des familles vis-à-vis des envois effectués par les parents migrants, en créant progressivement des emplois et en assurant des revenus corrects et réguliers, en particulier aux femmes. En outre, la collaboration des jeunes français de Val-de-Reuil a aussi permis la construction d'une case de santé et son approvisionnement en médicaments, la construction de deux classes supplémentaires ainsi que d'une maison d'accueil, la réhabilitation des puits et du cimetière. Ces relations de partenariat se manifestent également à travers la réalisation d'importantes infrastructures comme le forage et le château d'eau grâce à la coopération du Japon, et aussi à travers des échanges sportifs entre les jeunes de l'ARDF et d'autres jeunes des villages situés aux alentours de Danthiady tels que Ndouloumadji-Dembé, Sinthiou-Bamambi, etc.

Le site constitue un lieu d'information sur les activités et les différentes réalisations effectuées dans le cadre du jumelage entre le village de Danthiady et la commune de Val-de-Reuil. Les photos sont d'ailleurs là pour en témoigner également. Comme l'indiquent aussi les responsables de l'association, ce site est un espace de rencontres et d'échanges avec d'autres associations oeuvrant dans le domaine du développement. Autrement dit, ce site web constitue pour l'ARDF une porte ouverte vers l'extérieur, dont la vocation est de servir de soubassement à toute forme d'aide et d'intervention à des opérations de développement et également en même temps favoriser et stimuler la participation à la réalisation de divers projets en faveur du développement du village de Danthiady. Le site web de l'ARDF est par conséquent un lieu particulier où entrent en contact et

329

s'échangent des idées pouvant contribuer à l'amélioration du niveau et des conditions de vie matérielles des populations de Danthiady.

Site web 36. Site web de l'ARDF

On peut aussi faire référence au site web de l'Association de Développement et de Solidarité du village d'Agnam-Civol en France, (ADSACF). Ce village, situé au nord-est du Sénégal, est jumelé à Vouziers, une commune française située également au nord-est de la France, dans le département des Ardennes. Il y a aussi les sites des Soninkés de France ( Soninkara.com), des ressortissants de Bakel en France (Bakel.fr) et de l'Association des Ressortissants de Kanel en France ( arkf-kanel.com).

précédent sommaire suivant






La Quadrature du Net