WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Les rébellions sous le régime d'Idriss Déby (1990-2008)

( Télécharger le fichier original )
par Eugène Le-yotha NGARTEBAYE
Université Jean Moulin Lyon 3 -  Master 2 sciences politiques, option: sécurité et défense 2008
  

précédent sommaire suivant

Appel aux couturier(e)s volontaires

§2- La figure des chefs rebelles.

Une chose que l'on peut retenir des différentes formations rebelles est qu'elles sont conduites par des personnalités qui ont été plus ou moins proches du pouvoir d'Idriss Déby. Contrairement à la première vague de rebellions qui tentent de trouver leur légitimation dans le partage du pouvoir entre associés, la seconde tient sa logique dans la volonté de nombreux collaborateurs de s'affranchir de leur « parrain ».

Ces collaborateurs devenus rebelles sont nombreux et nous ne pourrions pas tous les énumérer ici. En outre, dans les développements qui suivent, ce sont quelques indications sommaires de certains leaders qui peuvent faciliter la compréhension qui seront écrits.

1- Mahamat Nour  Abdelkerim.

Mahamat Nour  Abdelkerim appartient au groupe ouaddaïen des Tama et est le petit fils de leur sultanat. Il fait partie des héros de l'ombre de la victoire de décembre 1990 et devient préfet de Biltine. Lors du retour de Garfa à la rébellion, il suit son oncle Mahamat Garfa. Lors de la rébellion de ce dernier, Nour fait partie de ses hommes clés.

Après l'accord intervenu entre Déby et son oncle Garfa, Nour décide de faire cavalier seul compte tenu de son antipathie vis à vis des zaghawa. Soutenu par Khartoum, Nour a failli prendre le pouvoir en avril 2006 avant de signer un accord avec Déby.

Affaibli politiquement après l'attaque d'avril 2006, il signe l'accord en décembre 2006 et prend le poste de ministre de la défense. Mais très vite, l'accord tourne court ; Nour échappe à un assassinat et se réfugie à l'Ambassade de la Libye au Tchad d'où il apprendra son limogeage le 1er décembre 2007.

2-Mahamat Allatchi Nouri dirigeant de l'UFFD

Originaire de Faya Largeau, Nouri est d'ethnie Gorane du sous clan des Anakaza comme Hisseine Habré. Agent de poste de profession, il s'engage en 1969 dans le FROLINAT. Après plusieurs scissions intervenues dans le Frolinat, il fonde avec Habré les forces armées du nord (FAN). A la suite des accords de Khartoum de 1978 ayant conduit Habré à entrer dans le gouvernement d'union nationale du Tchad, Nouri occupe le poste de ministre de l'intérieur. En 1982, à la victoire des forces conduites par Habré, il occupe le poste du ministère des transports et de l'aviation civile.

Evoluant toujours du côté des gagnants, Nouri prête ses services à Idriss Déby lorsque celui-ci s'empare du pouvoir au détriment de Habré. Ce revirement permit à Nouri d'être préfet du Borkou Ennedi Tibesti, et d'occuper plusieurs fonctions ministérielles notamment celui de la défense. Il finit par être nommé ambassadeur du Tchad en Arabie Saoudite. C'est ce poste qu'il quitte en 2006 pour reprendre les armes. Il fonde l'UFDP qui deviendra l'UFFD à la suite de l'union éphémère avec le CDR.

Mais suite aux nombreuses querelles entre Nouri et d'autres groupes rebelles, notamment les Timan, Nouri maintient toujours ses forces et sa rébellion.

précédent sommaire suivant






Aidez l'hopital de Montfermeil




Moins de 5 interactions sociales par jour