WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Mémoire, identité et dynamique des générations au sein et autour de la communauté harkie. Une analyse des logiques sociales et politiques de la stigmatisation.


par Emmanuel BRILLET
Université Paris IX Dauphine - Doctorat de sciences politiques 2007
  

précédent sommaire suivant

- 2. La « politique du pire » ou l'exposition délibérée des civils musulmans aux représailles de l'armée française

Outre le ciblage systématique des musulmans non inféodés au FLN (ou "politique de la terreur"), et dans une même logique de subordination des fins aux moyens, le FLN eut fréquemment recours à la politique dite du pire, en exposant délibérément les populations civiles musulmanes aux représailles de l'armée française. Des "coups" étaient montés par le FLN à proximité des villages ou impliquant directement les populations civiles, laissant accroire à l'appui spontané desdites populations, aux seules fins de susciter en retour des représailles aveugles de la part de l'armée française. Cette stratégie visait, par la violence de la répression, à accentuer le sentiment de césure entre les populations et l'armée d'une part, entre les communautés musulmane et européenne d'autre part. D'après Mohand Hamoumou et Jean-Jacques Jordi, la violence est ici « stratégie délibérée visant à creuser un fossé entre les communautés, à supprimer tous les hésitants, tous les hommes de dialogue, tous ceux qui rêvaient d'une indépendance avec la France et non contre elle ». « Dans ces conditions, ajoutent-ils, entre l'armée et les moudjahidin, il n'y avait guère de place pour la neutralité, il n'y avait pas de troisième voie, il ne restait qu'un chemin pour la survie, étroit comme une meurtrière »801(*).

A cet égard, il faut à nouveau mentionner l'exemple paradigmatique des émeutes du 20 août 1955, dans le Nord-Constantinois, où hommes, femmes et enfants furent "mobilisés" par l'organisation et lancés - le plus souvent désarmés ou sommairement armés d'outils agricoles802(*) - à l'assaut des bourgades et des villes contre d'autres populations civiles. Dans un premier temps, l'effet de surprise joue à plein en faveur des insurgés qui, fanatisés par les slogans mensongers des quelques djounouds qui les encadrent (voir supra), se livrent au massacre de quiconque se trouve sur leur chemin803(*) ; dans un second temps, conformément aux attentes des chefs locaux de l'insurrection (et de Zighout Youcef en particulier) qui ont tout fait pour la susciter, la répression - brutale, collective, aveugle - s'organise et broie les émeutiers désarmés, dépourvus de toute science de la guerre et livrés à leur sort par les maquisards qui, plutôt que de les protéger ou faire face aux troupes d'intervention, se sont repliés sur leurs positions804(*)

D'après Charles-Robert Ageron, qui cite une de ses directives, Zighout Youcef, considérant que « la Révolution n'est pas suffisamment aidée par la population », était fermement décidé à « déclencher une série d'opérations où il engagerait [celle-ci] », afin que cesse toute « ambiguïté » au sujet de « la fraternisation entre les populations algérienne et française ». Et, ce, quel qu'en fût le prix : « Il y aura des pertes très fortes, mais même si la moitié de la population est décimée, la Révolution y gagnera car l'Algérie bougera »805(*).

Quelque temps auparavant, déjà, Zighout Youcef, « visant le PC du colonel Ducournau à El-Arrouch, entreprit de mêler la population civile à ses soldats. Ceux-ci avaient ouvert le feu, puis s'étaient aussitôt retirés quand les parachutistes français intervinrent. Face à une foule en furie, le colonel Ducournau interdit à ses hommes de tirer sur des villageois sans armes déjouant ainsi le piège de Zighout »806(*). Il n'en fut rien, on le sait, à la suite des émeutes du 20 août qui, il est vrai, avaient visé des civils. En dépit - ou, plutôt, grâce - aux milliers de victimes probables de la répression parmi la population civile, Charles-Robert Ageron peut certes écrire que « la stratégie de Zighout, qui visait essentiellement à creuser le fossé entre les populations européenne et algérienne et à obliger les hésitants à se rallier au FLN, fut politiquement payante »807(*).

Au-delà de cet épisode marquant, les exemples abondent pour témoigner de ce que la politique du pire fut un moyen communément utilisé par le FLN pour impliquer les populations civiles dans la guerre et aviver le sentiment de césure entre les communautés. Mouloud Feraoun, en mars 1956 : « Ces gens là qui tuent froidement des innocents sont-ils des libérateurs ? Si oui, songent-ils une seconde que leur violence appellera l'autre "violence", la légitimera, hâtera sa terrible manifestation. Ils savent les populations désarmées, tassées dans leurs villages, excessivement vulnérables. Préparent-ils sciemment le massacre de "leurs frères" ? En admettant même qu'ils soient des brutes sanguinaires - ce qui d'ailleurs ne les excuse pas mais au contraire plaide contre eux, contre nous, contre l'idéal qu'ils prétendent défendre - ils doivent songer à nous épargner, donc à ne pas provoquer la répression »808(*).

L'emploi de ces deux stratégies complémentaires - l'une dirigée contre les "traîtres" (politique de la terreur), l'autre contre les "attentistes" (politique du pire) - est la conséquence logique de l'effacement de la frontière entre "opposition" et "subversion" et de la subordination des fins aux moyens. L'une et l'autre de ces stratégies procédaient d'une "conscientisation" à marche forcée des populations civiles musulmanes, dont témoignaient initialement les menaces proférées dans la proclamation du 1er novembre 1954 à l'adresse de ceux qui « contrecarreraient » la lutte ou qui, simplement, s'en « désintéresseraient » (voir supra). La première par l'exercice direct de la violence à l'encontre de ceux qui réprouvaient et/ou combattaient l'entreprise du FLN. La seconde par la provocation délibérée de représailles aveugles, disproportionnées de la part d'un adversaire qui, dans les faits, s'avérait lui-même souvent peu soucieux (principe de la responsabilité collective) de faire la différence entre les populations civiles et les combattants de l'ALN.

Entre le 1er novembre 1954 et le 19 mars 1962, moins d'une victime civile sur 9 des actes de terrorisme du FLN fut d'origine européenne809(*). Ce bilan brouille le tableau idéel d'une guerre de « libération » tournée prioritairement contre l' « occupant » et mobilisant spontanément et uniment les masses musulmanes aux côtés du FLN. Guy Pervillé : « La lutte contre les «traîtres» et les réfractaires prit les proportions d'une guerre civile qui démentit l'unanimité nationale présumée »810(*). A cet égard, le vernis de la propagande unanimiste achève de s'écailler après le 19 mars 1962. À compter de cette date, mais plus encore à partir de l'accession à l'indépendance de l'Algérie le 3 juillet 1962, et lors même que l'objectif de « libération nationale » serait formellement atteint, les exactions à l'encontre des civils musulmans et des civils européens encore présents en Algérie non seulement se poursuivent, mais redoublent. Dans un climat d'impunité totale, bientôt aggravé par les luttes de factions entre l'armée des frontières et les maquis de l'intérieur, des dizaines de milliers d'anciens supplétifs rendus à la vie civile - ainsi que d'autres catégories de musulmans pro-français - seront en proie à des représailles vengeresses, tandis qu'au même moment des milliers de civils européens seront tués ou enlevés sans que des mesures énergiques fussent prises par les autorités françaises pour leur porter secours et faire appliquer la clause de non-représailles contenue dans les accords d'Evian. Au 30 avril 1963, le « Bilan des exactions contre les personnes civiles » dressé par l'ambassade de France en Algérie faisait état de 3.098 civils européens enlevés après le 19 mars 1962, parmi lesquels 969 avaient été retrouvés vivants, 306 retrouvés morts, et 1.818 restaient disparus811(*). Pour sa part, l'Association de solidarité des familles et enfants de disparus (ASFED) dit tenir à jour un fichier de 2.500 noms et évalue le nombre des victimes à plus de 6.000812(*).

Quoiqu'il en soit, si l'on s'en tient au seul bilan officiel, on constate que le nombre des victimes européennes tuées ou disparues au 30 avril 1963 (soit 2.124 personnes sur une période de 13 mois) est égal aux deux tiers du nombre des civils européens tués et disparus entre le 1er novembre 1954 et le 19 mars 1962 (soit 3.163 personnes sur une période de près de 89 mois). D'autre part, le nombre des civils musulmans tués ou disparus dans l'année qui suit le 19 mars 1962 (de 30.000 à plus de 90.000 personnes selon les estimations, voir supra) est au minimum égal - et au maximum le triple - de celui des civils musulmans tués ou disparus entre le 1er novembre 1954 et le 19 mars 1962 (soit 29.674 personnes). Ceci témoigne - sans équivoque possible - de ce que la guerre d'Algérie ne s'est pas terminée au soir de la conclusion des accords d'Évian, ni même au soir de l'accession à l'indépendance de l'Algérie. Ceci témoigne surtout de ce que la lutte pour l'indépendance ne pouvait être détachée, dans l'esprit de ses promoteurs, d'une lutte implacable pour l'hégémonie politique : une politique de la table rase, en somme.

Les convulsions liées à la prise de pouvoir du FLN et à la fondation d'un Etat à sa mesure furent symptomatiques d'une ère de « massification » et de « brutalisation » des moeurs politiques (via le réinvestissement par le Sud de l'antienne révolutionnaire). Entre messianisme et populisme, de la déification du Peuple (« Un seul héros, le Peuple ») à sa réification (le Parti unique ou Parti-Etat), la subjugation des populations civiles, on l'a vu, passait par l'effacement de la frontière entre opposition et subversion, et l'invocation autoritaire de l'Un.

D'une réification l'autre, en France aussi - où ce sont non les conditions de fondation mais de stabilisation de l'ordre politique qui étaient en jeu - l'on choisit de taire le différend plutôt que de vivre avec. A leur arrivée en métropole, les ex-supplétifs, témoins gênants d'une décolonisation ratée, furent rendus à leur condition d'indigènes : population administrée, ségrégée, réduite au silence. Ainsi, la logique d'exclusion d'Evian et les événements associés s'est prolongée, sur l'autre rive de la Méditerranée, dans les dispositifs d'accueil et de (non-)intégration auxquels furent assujettis les rescapés.

* 801 Jordi (Jean-Jacques), Hamoumou (Mohand), Les harkis, une mémoire enfouie, Paris, Éditions Autrement, n°112, février 1999, p.32-33.

* 802 D'après Charles-Robert Ageron, « tous les témoins français civils ou militaires ont confirmé que participèrent aux attaques dans des proportions variées des paysans sans armes, hommes, femmes et enfants ». Il ajoute : « Ceux qui étaient pourvus d'armes de guerre et souvent d'uniformes ne représentaient pas plus de 5% des assaillants, d'autres plus nombreux, disposaient de fusils de chasse (mais étaient-ils 45% ?). La majorité, semble-t-il, était composée de civils, munis de pioches, de serpes et de couteaux » ; cf. Charles-Robert Ageron, « L'insurrection du 20 août 1955 dans le Nord-Constantinois. De la résistance armée à la guerre du peuple », in Charles-Robert Ageron (dir.), La guerre d'Algérie et les Algériens, Paris, Armand Colin, 1997, p.38.

* 803 Le Gouvernement général de l'Algérie établira comme suit - pour les journées des 20 et 21 août - le bilan des victimes des émeutiers : 123 tués (dont 71 civils européens, 21 civils musulmans et 31 membres des forces de l'ordre) et 223 blessés (dont 51 civils européens, 47 civils musulmans et 125 membres des forces de l'ordre).

* 804 D'après Charles-Robert Ageron, « les militaires français constatèrent que très peu parmi les hors-la-loi, cadres et réguliers, furent tués [au cours de la répression] » ; cf. Charles-Robert Ageron, « L'insurrection du 20 août 1955 dans le Nord-Constantinois. De la résistance armée à la guerre du peuple », in Charles-Robert Ageron (dir.), La guerre d'Algérie et les Algériens, Paris, Armand Colin, 1997, p.38.

* 805 Charles-Robert Ageron, « L'insurrection du 20 août 1955 dans le Nord-Constantinois. De la résistance armée à la guerre du peuple », in Charles-Robert Ageron (dir.), La guerre d'Algérie et les Algériens, Paris, Armand Colin, 1997, p.32. Voir aussi Yves Courrière, La guerre d'Algérie - II : Le Temps des Léopards, Paris, Librairie Arthème Fayard, 1969, p.112.

* 806 Charles-Robert Ageron, « L'insurrection du 20 août 1955 dans le Nord-Constantinois. De la résistance armée à la guerre du peuple », in Charles-Robert Ageron (dir.), La guerre d'Algérie et les Algériens, Paris, Armand Colin, 1997, p.31.

* 807 Ibid, p.45.

* 808 Mouloud Feraoun, Journal 1955-1962, Paris, Le Seuil, 1963, p.91 ; cité in Mohand Hamoumou, Archives orales de Français-musulmans ou les conditions d'une immigration de guerre, rapport à l'attention du ministère de la Culture, Direction du Patrimoine ethnologique, juin 1988, p.168-169.

* 809 Pour un rappel précis du bilan officiel, voir supra la section III-A-1. : « Le «traître» imaginé ou l'effacement de la frontière entre opposition et subversion ».

* 810 Guy Pervillé, Pour une histoire de la guerre d'Algérie, Paris, Picard, 2002, p.258.

* 811 Ibid, p.243.

* 812 Capitaine Marc-Louis Leclair, Disparus en Algérie, 3000 Français en possibilité de survie, Jacques Grancher, 1986. Pour sa part, l'association Jeune Pied-Noir évoque le chiffre extravagant de 25.000 Européens disparus après le 19 mars 1962. Ce chiffre est à considérer pour ce qu'il est aux yeux mêmes de ceux qui le véhiculent : non une estimation, mais un instrument de pression et de lobbying en direction des pouvoirs publics, des médias et de l'opinion. L'association Jeune Pied-Noir véhicule également, sans plus de souci d'exactitude, l'estimation-slogan de 150.000 harkis massacrés après le 19 mars 1962 (voir supra la section II-B-2. : « Sur le nombre de musulmans pro-français massacrés par le FLN »).

précédent sommaire suivant