WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Mémoire, identité et dynamique des générations au sein et autour de la communauté harkie. Une analyse des logiques sociales et politiques de la stigmatisation.


par Emmanuel BRILLET
Université Paris IX Dauphine - Doctorat de sciences politiques 2007
  

précédent sommaire suivant

- 2. Entre Charybde et Scylla : une figure décomposée (depuis 1988)

Nous l'avons dit, dans un pays où prévalent les modes démagogiques d'objectivation du politique (notamment ceux fondés sur la violence ou le chantage à la violence), la figure du harki a fait office - et continue de faire office - de bouc émissaire "commode" pour tous les maux qui touchent l'Algérie indépendante. Et Mohamed Benrabah de dénoncer « une classe [politique] qui fait dans le nationalisme de bas étage, dont l'essence même est de voir le complot partout et d'exclure l'Autre. Désormais, il n'y a plus qu'Eux, les véritables «Algériens», et les Autres, moins ou pas algériens du tout, voire des traîtres à la nation »958(*). S'interrogeant sur les origines de cette vision obsidionale du politique, Mohammed Harbi, s'il dit se méfier d' « une vision déterministe qui consisterait à dire : ce qui se passe aujourd'hui, c'est ce qui est arrivé hier », vision qui « évacuerait totalement le rôle et la responsabilité des acteurs », admet cependant qu'« on ne peut pas ne pas s'interroger sur le rapport entre les méthodes employées pendant la guerre de libération et celles qu'utilisent aujourd'hui les islamistes ou l'armée »959(*). Et il ajoute : « Les gens sont conscients que la gestation du pouvoir algérien et de ses pratiques s'est faite au cours de la révolution même. Et que, pour n'avoir pas suffisamment réfléchi sur ce qui est arrivé à l'époque, les mêmes faits ont fini par se reproduire ». Benjamin Stora, s'il rejette lui aussi une notion de « récidive » qui laisserait accroire à une sorte de « malédiction » ou de « fatalité » de la violence en Algérie960(*) (tout en reconnaissant cependant qu'il existe « des tendance lourdes qui se retrouvent d'un conflit à l'autre »961(*), s'agissant notamment de l' « extraordinaire déferlement de violence » dont sont victimes les civils962(*)), note que « les acteurs eux-mêmes vivent dans la répétition » et « ont véhiculé cette idée de la répétition du conflit »963(*). Ce qui témoigne, nous semble-t-il, des effets à long terme sur les imaginaires politiques de la "fabrique" d'une culture de la violence pendant la guerre d'indépendance. Pour sa part, Guy Pervillé préfère d'ailleurs « insister davantage sur les ressemblances que sur les différences » entre les deux guerres d'Algérie, « parce que, dit-il, les premières ne sont pas de simples faux semblants : elles traduisent une réelle continuité, un véritable rapport de cause à effet entre la violence de la «guerre de libération» et celle de la récente guerre civile (ou «guerre contre les civils») » et, en particulier, un « rapport de cause à effet entre le système politique algérien instauré par le FLN et la perpétuation de la violence comme moyen privilégié de traiter les conflits politiques »964(*). Guy Pervillé de préciser : « On peut soutenir (et je ne suis pas le seul à le faire) que l'extrême violence de ce nouveau conflit est explicable par la culture politique algérienne issue de la guerre de libération nationale, et en particulier par la vision de l'histoire nationale et de la guerre de libération qui a été inculquée aux jeunes algériens par l'enseignement public et par la commémoration officielle »965(*). Un constat qu'établissait déjà Mohammed Harbi en 1993, à l'entame de la seconde guerre d'Algérie : « L'idéalisation de la violence requiert un travail de démystification. Parce que ce travail a été frappé d'interdit, que le culte de la violence en soi a été entretenu dans le cadre d'un régime arbitraire, l'Algérie voit resurgir avec l'islamisme les fantômes du passé »966(*).

Et c'est ainsi que l'interruption du processus électoral en décembre 1991, puis le déclenchement de la guerre civile en janvier 1992, n'ont eu pour résultat que d'intensifier et de diversifier les usages politiques de la figure du harki. Déjà les prémices de vacillement de l'État-FLN, à la suite des émeutes d'octobre 1988, avaient revivifié les usages attentatoires de la figure de l' "ennemi intérieur", comme en témoigne la lecture des événements opérée sur le moment par le colonel Amar Benaouda, l'un des 22 chefs historiques de la Révolution : « Durant les événements, certains éléments traîtres, nostalgiques de la période coloniale, se sont glissés dans les rangs des manifestants pour crier le slogan « Vive la France » et brûler les drapeaux algériens. (...) Ils ont tenté d'inciter à la guerre civile sur ordre de la France, qui a cru que c'était une occasion pour revenir »967(*). Depuis lors, l'arène politique, partagée entre "éradicateurs" et "prédicateurs", n'est plus qu'un vaste champ de manoeuvres attentatoires, où la dénonciation des « traîtres » et des « renégats » sert de langage commun d'expression du dissensus. « Paradoxalement, constate Benjamin Stora, c'est au moment où s'épuisent les légitimations du pouvoir algérien par recours à la guerre d'indépendance que s'affirme la nécessité de s'adosser à la tradition du fondement guerrier de la nation. Dans le «camp islamiste» comme dans le «camp démocrate», la volonté de répéter la séquence belliqueuse s'exprime dans le vocabulaire »968(*). Luis Martinez relève ainsi que « sur le plan symbolique, les «émirs» essaient de s'approprier le prestige des figures historiques qui jalonnent l'histoire sociale de l'Algérie : raïs, insurgé, seigneur rural, moudjahid ». Et il ajoute : « Ils puisent dans ces références leur modèle de combattant façonné par la violence et revendiquent la primauté des qualités guerrières sur les compétences religieuses ou politiques. Chérif Gousmi, responsable du GIA en 1994, président de la «commission politique et de la législation religieuse», mentionne dans une interview à la presse les critères du choix des «personnalités dirigeantes» : «Outre certaines qualités de commandement, il faut que la personnalité en question ait pris part au djihâd à travers des opérations militaires et qu'elle ait également tué un nombre suffisant d'ennemis de Dieu» [El Wasat, 29 janvier 1994]. (...) L'institutionnalisation de la violence comme mode d'accès à la direction politique incite par conséquent au crime »969(*). De même, Guy Pervillé observe-t-il qu' « aucune force politique organisée ne peut ni ne veut prendre le risque d'abandonner le patrimoine moral des combattants de la guerre de libération, arme idéologique décisive, à ses concurrents et adversaires »970(*). Dans cette arène, la figure du harki occupe "naturellement" une place de choix, comme le constatait Hocine Aït-Ahmed au cours de la campagne présidentielle de 1999 (avant de choisir de se retirer de la course - selon lui jouée d'avance - à l'investiture) : « Quelle amélioration espérer quand ceux qui prétendent nous gouverner s'acharnent à dresser les Algériens les uns contre les autres alors qu'il est plus que temps de panser nos blessures ? Depuis 7 ans, on a distillé la haine en traitant les uns ou les autres de harkis »971(*).

Ainsi, dans ce pays, la rhétorique de l'ennemi intérieur est à la fois un ferment inépuisable de haine et une ressource opportunément utilisée par les acteurs engagés dans la course au pouvoir pour décrédibiliser leur(s) adversaire(s). Une ressource dont l'usage est réversible et mutuellement contradictoire : à l'assertion grossière formulée par certains hiérarques, selon laquelle les islamistes armés seraient pour beaucoup des enfants de harkis, répond la stigmatisation par la mouvance islamiste et/ou arabisante972(*) de la qualité d'anciens déserteurs de l'armée française (« D.A.F. ») de certains généraux au pouvoir ; chacune des parties étant pour l'autre l'expression de cette "cinquième colonne" qui, au service de l'ex-colonisateur depuis toujours, ne s'est jamais complètement résolue à se défaire de l'uniforme français. Guy Pervillé, qui, dans un ouvrage collectif publié en 1997, avait déjà écrit un chapitre consacré à « la manipulation des mythes du «parti de la France» et des «anciens et nouveaux harkis» comme armes de propagande et de guerre civile »973(*), réaffirme dans un ouvrage publié en 2002 que, par mimétisme avec la première guerre d'Algérie, « chacun des deux protagonistes de la deuxième guerre d'Algérie, prétend se réserver le beau rôle du moudjahid et imposer à son ennemi celui du traître à la patrie ou à l'islam »974(*). Et dans une communication récente, il précise : « Les islamistes armés (...) identifiaient leurs adversaires (partisans de l'interruption des élections par le coup de force civil et militaire de janvier 1992) au «parti de la France» (Hizb França), à des «nouveaux pieds-noirs» ou à des «généraux harkis» (ayant déserté l'armée française avant 1962 pour noyauter l'armée algérienne). [De leur côté,] les adversaires des islamistes (...) dénonçaient les terroristes islamistes comme d'anciens «harkis» ou des fils de harkis désireux de venger leurs pères massacrés en 1962. Accusation formulée notamment par le ministre de l'Intérieur Abderrahmane Méziane le 1er novembre 1994 («des fils de harkis que l'histoire a jugés et condamnés à jamais») »975(*).

Ainsi, d'un côté, les hiérarques du régime et autres partisans du statu quo ont-ils, dès les premiers mois du conflit (et sous l'impulsion notable dudit ministre de l'Intérieur, Abderrahmane Méziane-Chérif), identifié les islamistes armés à « des forces rétrogrades inféodées aux harkis »976(*). La presse, semble-t-il, s'est fait complaisamment l'écho de ces rumeurs, jusque et y compris la presse réputée "indépendante". On peut lire dans l'édition du 31 octobre 1993 du journal El Watan que « c'est dans certaines mosquées de la capitale française et dans d'autres situées dans les concentrations de harkis du sud de la France (Aix-en-Provence par exemple) que le prosélytisme de l'ex-FIS agit le plus »977(*). Puis à la une de l'édition du 6 janvier 1994 : « Assassinat des Croates : encore des harkis ! »978(*). A nouveau, dans son édition du 1er mars 1994, ce même journal présente Djaffar el Afghani, émir du GIA de septembre 1993 à février 1994, comme un fils de harki qui aurait vécu à Nice jusqu'en 1977, de même que l'émir de l'Ouest, Kada Benchiha979(*). Le 28 août 1994, un nouvel article publié dans El Watan donne une liste de personnes interpellées et précise que l'une d'entre elles, « ayant demeuré à Laghouat, fils d'Harki, est toujours recherchée »980(*). Dans une interview donnée - sous couvert d'anonymat - à la revue Politique internationale au printemps 1998, un officier algérien de haut rang (le « général X ») assimilait formellement les membres des Groupes islamistes armés (GIA) à « des enfants de harkis [qui] viennent de France pour tuer des moudjahidin au nom du GIA et [qui] cherchent à venger leurs traîtres de pères »981(*). Et il ajoute : « Ce qui est intéressant, c'est que bien souvent les villages qui soutiennent les GIA sont ceux où habitent encore des harkis, qui ont trahi l'Algérie au profit de la France. Il arrive même que des enfants de harkis tuent d'anciens moudjahidin de la guerre de libération par pure vengeance ». Plus loin, à nouveau : « Nous avons identifié des éléments égyptiens, soudanais, tunisiens, libyens et marocains. Mais la plupart des terroristes étrangers viennent de France. Il s'agit de beurs et d'enfants de harkis devenus citoyens français ». Déjà, au cours de la campagne électorale précédent les élections présidentielles du 16 novembre 1995, le général-candidat Liamine Zéroual, faisant référence aux violences qui meurtrissent encore aujourd'hui l'Algérie (mais sans étayer le moins du monde ses allégations), avait déclaré que « la plupart des criminels et des mercenaires sont des harkis ou des fils de harkis, soutenus et financés par des puissances étrangères, et qui ont choisi la destruction de leur pays »982(*).

Pour Guy Pervillé, « la présence de harkis ou de fils de harkis parmi les islamistes peut être admise provisoirement en tant qu'hypothèse, sous réserve de procéder à un inventaire minutieux des cas individuels et de leur représentativité ; mais elle ne saurait fournir une explication globale de l'apparition de l'islamisme et du terrorisme islamiste en Algérie ». Et il ajoute, prenant à revers la lecture des cartes faites par le « général X » : « D'ailleurs, le premier groupe islamiste armé a été fondé en 1982 par un ancien maquisard de la wilaya IV, Mustapha Bouyali. Les cartes de l'implantation des GIA, héritiers de Bouyali, recouvrement exactement l'ancien territoire de cette wilaya. Ainsi, l'identification des terroristes islamistes aux harkis et fils de harkis détourne l'attention des véritables responsabilités »983(*).

D'un autre côté, la mouvance islamiste radicale accuse les élites en place d'être « des fourbes ou des harkis qui raffolent du pain trempé dans l'humiliation imposée par certains cercles français »984(*). Benjamin Stora note que « les islamistes «rejouent» eux aussi la guerre ancienne en voulant capter son héritage de mémoires. L'éditorial d'El Mounqid, le journal du FIS, en avril 1994, insiste sur la continuité entre les deux séquences (guerre d'indépendance, et période ouverte par l'interruption du processus électoral en janvier 1992) »985(*). Dans une lettre de l'AIS aux «anciens moudjahidin», cette organisation affirme aux intéressés : « Nous ne sommes pas contre vous comme veulent vous faire croire les médias, à la solde du pouvoir, qui sont mus et animés par les communistes, les fils de harkis et caïds. (...) Notre devoir islamique de conseil nous impose de vous ouvrir les yeux sur l'énorme complot qui se trame contre vous, parce que vous êtes le symbole d'une révolution bénie qui représente toujours un exemple aux révoltés contre l'oppression et l'orgueil... Notre djihâd est la suite logique du vôtre. Notre sang qui coule est la continuation du vôtre »986(*). Ainsi, comme le souligne Luis Martinez, « la stratégie de mobilisation du GIA tient aussi à l'utilisation remarquable du sentiment, très vivace en Algérie, d'être persécuté par la communauté internationale. Loin d'enfermer son combat dans le cadre du territoire, il élabore une construction de l'ennemi éminemment efficace : la France, le «juif», l' «apostat» constituent les principaux responsables des malheurs de l'Algérie »987(*). En 1995, l'instance exécutive du FIS à l'étranger n'hésitait d'ailleurs pas à présenter les islamistes armés comme les nouveaux hérauts du tiers-mondisme : « Nous avertissons toutes les associations et personnes qui ont choisi de s'opposer au peuple dans son djihâd contre les forces de spoliation et d'occidentalisation mues par une bande de militaires francomanes. Sachez qu'ils ont misé sur un cheval boiteux car le mouvement de l'histoire est toujours en phase avec les peuples opprimés »988(*).

De même, les tenants de la mouvance arabisante, mouvance conservatrice qui se situe en lisière de la mouvance islamiste radicale, attribuent-ils - tel Si Othmane989(*) - l'origine de la crise en Algérie aux « déserteurs de l'armée française qui gouvernent [ce pays] depuis 1962 », mais encore à « la troisième force «gaullienne» qui gouverne l'Algérie depuis 1962 et [à] son corollaire, la langue française »990(*). Il désigne nommément « les généraux Lamari, Touati et Nezzar », « «collaborateurs» algériens de la France formés dans les écoles de Lacoste et de Gaulle, les SFJA991(*) et l'armée française »992(*). Et il ajoute, à propos de son ouvrage intitulé L'Algérie, l'origine de la crise, publié en 1996 : « Ce livre tente de montrer comment la France a, durant la première guerre d'Algérie (1954/1962), préparé cette masse de collaborateurs de plus de 300.000 hommes afin qu'ils servent, dans l'Algérie indépendante, ses intérêts et maintiennent une présence permanente de la France en Algérie et toute l'Afrique francophone »993(*).

Il n'est pas jusqu'à Benyoucef Ben Khedda, dernier président en exercice du Gouvernement provisoire de la République algérienne (GPRA), et figure de la mouvance « arabo-islamisante » modérée (il a créé en 1989 un éphémère parti intitulé El Oumma), de reprocher à ses successeurs d'avoir favorisé l'emprise des Algériens francophones sur l'appareil d'État algérien. Et l'intéressé d'assimiler ceux qui ont soutenu le coup de force de janvier 1992 à des « ennemis de la culture arabo-islamique »994(*). Et il ajoute : « des Algériens francophones, et surtout francophiles, occupent des postes-clefs dans les secteurs stratégiques de l'État. C'est une minorité qui cherche à défendre ses privilèges face au courant islamique majoritaire, à l'image des Pieds-noirs sous la colonisation française »995(*).

Quant à l'esprit de fronde dont se réclament les officiers dissidents du M.A.O.L. (Mouvement Algérien des Officiers Libres), il semble peu à même d'inaugurer une ère de plus grande transparence qui verrait, en même temps que la redéfinition des rapports entre l'institution militaire et les instances politiques, une interrogation lucide du passé. En effet, pour virulents que soient les termes de la polémique, ils participent d'une homologie structurale flagrante (et non d'une rupture épistémologique) avec les canons de la propagande d'État. Ainsi, quoiqu'il préconise « la convocation d'une conférence nationale pour la vérité et la réconciliation [sur le modèle sud-africain ?] » et qu'il considère que « la crise [ouverte en 1992] ne peut trouver une solution par des "semblants" d'accords mais par la recherche de compromis »996(*), le M.A.O.L. n'use, pour fustiger les caciques de l'A.N.P., d'autre registre polémique que celui de la thématique « harkie » : les principaux chefs de l'A.N.P. seraient des « nouveaux harkis » dont l'avènement « reconduit [l'Algérie] à l'heure de l'occupation »997(*), des « généraux harkis » ou des « traîtres harkis » qui ne représentent que « le retour rampant au colonisateur d'hier »998(*) et que l' « on n'ose même pas associer à la race humaine »999(*), ou encore « des harkis algériens [qui] ont utilisé la solution finale contre de braves Algériens, hommes et femmes »1000(*). Usant des mêmes schèmes attentatoires que les caciques de l'A.N.P. (« parti de la France », « anciens et nouveaux harkis », etc.), mais aux dépends de ces derniers, les officiers du M.A.O.L. considèrent qu'il n'est besoin, pour discerner l'origine des maux dont souffre actuellement l'Algérie, que de scruter l'horizon outre-Méditerranée tout en jetant un oeil dans le "rétroviseur" : « Actuellement, à tous les niveaux sensibles du commandement de l'armée nationale populaire, on retrouve obligatoirement un ou plusieurs militaires français qui dirigent et guident les généraux sur le sentier de la trahison, comme le faisaient d'ailleurs leurs pères trente-cinq ans auparavant »1001(*).

De même, quoiqu'en des termes moins virulents, l'auteur de La sale guerre Habib Souaïdia - pourtant réfugié en France - pointe lui aussi la main de l'étranger (et de la France en particulier) dans les malheurs actuels de l'Algérie. L'ancien officier des forces spéciales de l'ANP croit savoir pourquoi les élites militaires de son pays s'y comportent en « assassins » et en « mafieux » : « Les responsables [du drame de l'Algérie], ce sont les généraux à la tête de notre Armée nationale populaire, qui ont toujours violé sa devise : «La nation : devoir et sacrifice». Plusieurs d'entre eux sont des ex-officiers de l'armée française, qui n'ont déserté que dans les derniers mois de la guerre de libération et qui n'ont apporté à l'armée et à l'Algérie que la destruction et le malheur »1002(*). Et il ajoute : « La France les a toujours aidés discrètement, en leur vendant des armes, en formant des éléments du DRS, sans parler du blanchiment des centaines de millions de dollars détournés par les généraux avec la complicité de banques françaises (mais aussi suisses et autres). Il faut dire que les liens avec la France des généraux criminels sont nombreux et anciens. Certains d'entre eux, comme Mohamed Lamari et Fodhil Chérif, ont fait l'école de guerre à Paris. Il n'est pas surprenant qu'ils utilisent les mêmes sales méthodes (tortures, massacres, napalm, manipulations et intoxications en tout genre...) que celle de l'armée française contre le peuple algérien pendant la guerre de libération »1003(*). Il est noter que la publication de ce livre avait amené le général Nezzar à porter plainte en diffamation, en France, contre Habib Souaïdia et son éditeur, démarche dont il avait été débouté au début de l'automne 2002. Dans son livre-plaidoyer, Un procès pour la vérité, l'armée algérienne face à la désinformation (Éditions ANEP, Alger, 2002), Khaled Nezzar justifia sa démarche par son refus de « continuer à subir les accusations et les anathèmes à partir du territoire français sans oser apparaître là-bas pour aller une bonne fois pour toutes au fond des choses », tout en regrettant de ne pouvoir « tenir un procès en Algérie contre Souaïdia pour éviter de prêter le flanc aux gardiens vigilants du dogme, ces faux dévots de la révolution pure et dure qui, quarante ans après, débusquent le harki derrière chaque buisson ». Du reste, le "contre-feu" véhiculé par certains médias algériens consistera simplement - sous caution "d'expertise" clinique - à renverser les termes de l'accusation en assimilant à son tour Habib Souaïdia à un « fils de harki ». Une dépêche d'Algérie Presse Service en date du 25 février 2002 rapporte ainsi que « le journal Horizons [qui entend « s'inscrire résolument dans une ligne qui oeuvre à la pérennité de la République et de l'Etat algérien »1004(*)] est allé interroger un psychologue qui déclare que Habib Souaïdia a une personnalité «tourmentée» et souffre d'un «trouble de la généalogie», car paraît-il fils de harki, héritant de la "tare du père», c'est-à-dire de «la transgression des règles tacites de la communauté d'appartenance» et donc de «la culpabilité qui en découle» »1005(*).

Dans tous les cas, la clé de voûte de ces « étiquettes infamantes, employées comme des armes polémiques et sans souci de la vérité historique »1006(*), est la dénonciation du « parti de la France » (Hizb França). Autrement dit, cette idée déjà évoquée, et si largement ancrée et partagée, que les ruptures politiques en Algérie ne peuvent être le fruit de contradictions internes à la société algérienne, mais nécessairement la résultante d'un complot ourdi de l'extérieur : (1) cette idée, donc, s'agissant des cercles dirigeants en Algérie, que toute remise en cause fondamentale du système politique tel qu'il a été configuré en 1962 et qui ne serait pas la résultante d'une réforme impulsée par le pouvoir lui-même1007(*) doit être "naturellement" considérée non comme le fruit du jeu normal des institutions démocratiques mais comme un acte de guerre. Et traitée en conséquence1008(*) ; et (2) s'agissant de la mouvance islamiste, qui entend non pas se poser contre mais mener à son terme la guerre de "libération" entreprise en 1954 (les intéressés se décrivent d'ailleurs comme les « nouveaux moudjahidin »), cette idée que les impasses du système politique en place ne peuvent être des impasses proprement algériennes, liées notamment à la politique de "table rase" opérée par rapport à la période coloniale, mais, à l'inverse, l'indice de ce que les élites en place seraient encore profondément inféodées à la culture occidentale et au « parti de la France ». Ali Benhadj, ancien leader du FIS et lui-même fils de moudjahid (aujourd'hui libéré mais sous le coup d'une interdiction d'exercer toute activité politique) : « Si mon père et ses frères ont expulsé physiquement la France oppressive de l'Algérie, moi, je me consacre avec mes frères, avec les armes de la foi, à la bannir intellectuellement et idéologiquement, et à en finir avec ses partisans qui en ont tété le lait vénéneux »1009(*).

Ainsi, comme le souligne Henry Rousso, « la position que l'on a par rapport à la France est l'un des éléments cruciaux du débat politique en Algérie »1010(*). Nous l'avons vu, ces cadres de pensée, qui découlent du dogme de l'Unité, donc de l'exclusivisme politique, identitaire et confessionnel du FLN/ALN pendant la guerre de « libération », ne sont ni nouveaux ni spécifiques de l'affrontement entre le pouvoir et les islamistes armés puisque ces mêmes qualificatifs avaient précédemment servi - en dépit de l'incommensurabilité relative des enjeux - de clefs de lecture des événements survenus en 1980 au cours du « Printemps kabyle ». A cette occasion, en effet, le ministre de l'enseignement supérieur alors en place, Abdelhak Brerhi, dénonça « les harkis qui ont brûlé le drapeau national à Oued Amizour »1011(*). De même, quelques années plus tard, à la suite de la création de la Ligue algérienne des droits de l'homme par des militants du mouvement culturel berbère, en juin 1985, le président Chadli déclara que « le recours à la tromperie sous le couvert des droits de l'homme n'est en fait qu'un prétexte pour la création d'un parti politique servant les intérêts des ennemis de l'Algérie »1012(*). Il ajouta : « D'autres groupes se font les champions du berbérisme et là, je me demande qui est berbère et qui ne l'est pas dans ce pays. Nous rejetons catégoriquement ce terme qui nous a été accolé autrefois. Cette rengaine procède en réalité de mentalités rétrogrades, exacerbées par le colonialisme, au moyen de la politique du «diviser pour régner». L'Algérie est une, et il m'a déjà été donné de dire que je suis un Algérien que l'islam a arabisé. J'y crois et j'en suis fier. (...) L'objectif recherché est donc de tenter de diviser la Nation »1013(*). Signe tangible du caractère structurant de l'antienne de la trahison dans le débat politique algérien, les mêmes schèmes de lecture et d'accusation seront mobilisés par le pouvoir pour rendre compte du Printemps noir (2001), vingt et un ans après le Printemps berbère. D'un président (Chadli Bendjedid) l'autre (Abdelaziz Bouteflika), l'on continue à dénoncer « un complot extérieur et intérieur visant à diviser le peuple algérien » (Abdelaziz Bouteflika, cité par El Moudjahid du 20 juin 2001). C'est également ainsi que sont interprétés les événements aux échelons subalternes puisque, selon l'édition du quotidien Liberté du même jour, « les gendarmes ont même insulté en termes très vulgaires (sic) les citoyens de Tizi-Ouzou : «Ouled França, ouled el harka, makache el amazighia» (fils de la France, fils de harkis, pas de Tamazight) ».

Sans surprise, ces anathèmes participent également des luttes d'influence au sein même du système. Ainsi en va-t-il des accusations lancées par Ali Kafi, qui avait été désigné président du Haut Comité d'État (HCE), conseil exécutif ad hoc mis en place après l'interruption du processus électoral en 1992, à l'encontre du général Khaled Nezzar, aujourd'hui en retraite et alors principal orchestrateur de ladite interruption. Ali Kafi - dont Mohammed Harbi dit qu'il est de « formation arabophone » et qu'il considère l'Algérie comme étant « de formation arabe et musulmane »1014(*) - avait accusé le général Nezzar de conduire un double jeu depuis qu'il avait déserté l'armée française au moment de la guerre d'indépendance : selon Ali Kafi, Nezzar aurait en fait servi à infiltrer l'ALN puis l'ANP pour le compte de la France. Ce genre d'anathèmes, qui visent à expliquer les difficultés actuelles de l'Algérie par la qualité d'anciens déserteurs de l'armée française (« D.A.F. ») d'une grande partie des élites militaires actuelles (dont le chef d'État-major, Mohamed Lamari), ont valeur de sens commun - nous l'avons vu - au sein de la mouvance arabisante/islamisante. Tout aussi intéressante, en l'occurrence, fut la réaction du général Nezzar, au cours d'une conférence de presse expressément convoquée en réponse à ces attaques. De fait, plutôt que d'en souligner le caractère démagogique, Khaled Nezzar s'est ému qu'on ait pu l'assimiler à un « harki », ce qu'il considère être « une grave accusation et une insulte » : « Il [Ali Kafi] a touché à ma dignité en tant que responsable politique et en tant que citoyen. Ali Kafi a voulu dire au peuple algérien qu'un de ses dirigeants était un harki. Ce qui est une grave manipulation » 1015(*). En somme, loin de remettre en cause l'existence d'une "cinquième colonne" pro-française, khaled Nezzar, cautionnant l'idée, se défend simplement d'y être lié.

Plus loin dans le temps, Ahmed Rouadjia rappelle que « le président Houari Boumediene n'hésitait pas à dresser les anciens moudjahidin contre les officiers démissionnaires de l'armée française qui pouvaient se montrer irrévérencieux ou récalcitrants, ou à exhumer lui-même leur passé de «collaborateurs» »1016(*). De même, Guy Pervillé rapporte qu'en mars 1988, à l'occasion du 4ème séminaire des Anciens moudjahidin sur l'écriture de l'histoire, trois anciens officiers de l'ALN - dont le colonel Amar Benaouda, déjà cité, qui a notamment pris part aux négociations d'Evian, puis a présidé la commission chargée d'instruire les accusations de prévarication portées à l'encontre d'Abdelaziz Bouteflika au moment où débutait sa courte période de disgrâce (1981-1987) - « ont appelé les «anciens moudjahidin» à se mobiliser contre «l'ennemi séculaire de notre peuple qui, vingt-cinq ans après l'indépendance, n'a pas encore abandonné l'espoir de nous soumettre à nouveau par Algériens interposés», «la France qui ne renoncera jamais à regagner une guerre qu'elle n'a perdu que militairement» (sic), «par l'intermédiaire d'anciens ou de nouveaux harkis, présents dans les rangs de l'Etat», car il existerait encore des Algériens «profondément français dans leur tête» »1017(*).

Plus récemment, au cours de la campagne présidentielle de 2004, le député FLN pro-Bouteflika, Abdelwahid Bouabdallah, soucieux de décrédibiliser Ali Benflis, secrétaire général de ce même parti et "concurrent" d'Abdelaziz Bouteflika dans la course à l'investiture suprême, avait affirmé au journal El Youm avoir identifié au comité central du FLN, du fait de la gestion d'Ali Benflis, des « fils de harki et de caïd ». Quant au chef du petit parti ultranationaliste "Ahd-54", Ali Fawzi Rebaïne, membre Fondateur de l'Association des fils et fille de Chahid de la wilaya d'Alger, il prônait, durant cette même campagne, le « retour aux sources » de la guerre d'Algérie et la chasse aux « traîtres » et aux « corrompus », appelant à « sanctionner les harkis ou fils de harkis ayant accédé au pouvoir depuis 1962 », mais encore à « débusquer et chasser les harkis «squattant» des postes de responsabilité au sein des institutions », martelant qu' « aucun harki ou fils de harki ne peut en aucun cas avoir droit à des postes de responsabilité sensibles au niveau de l'État »1018(*).

A ces intrigues touchant les élites politiques nationales, il faut ajouter les luttes d'influences locales, à des niveaux parfois très subalternes du système politico-administratif. Le cas d'espèce rapporté ci-dessous est illustratif de cette imprégnation des jeux d'influence, à quelque niveau que ce soit, par les usages de la figure de l'ennemi intérieur, mais encore du rôle de "caisse de résonance" joué par la grand presse, y compris celle qui se définit - et est généralement considérée - comme "indépendante" en Algérie. Ainsi, le quotidien El Watan, dans son édition du 9 janvier 2006, se fait le relais d'une campagne de dénigrement prenant des allures de "chasse aux sorcières" à l'encontre de l'un des candidats à la chambre de commerce Seybouse-Annaba. Le ton est inquisiteur et sans appel, comme en témoigne ce long extrait :

« Dans le lot des candidats de la CCI Seybouse-Annaba figure l'ancien président Zekri Brahim. Il avait été limogé de ce poste à la suite de nombreux scandales dont celui de l'établissement de visas au profit de faux commerçants moyennant contrepartie financière. Egalement parce qu'il a été prouvé qu'il s'agit d'un ancien supplétif de l'armée française : Service d'action sociale (SAS) [NDA : entendre "sections administratives spécialisées"] durant la guerre de libération et agent des services de renseignements français en Algérie. Ce qu'indique du reste l'attestation de travail établie et signée le 23 août 1960 par le sinistre lieutenant colonel Gabriel Bigeard (sic). Durant la guerre de libération, Bigeart (sic) était un tortionnaire auteur de nombreux assassinats de moudjahidin dont celui du martyr de la révolution Larbi Ben M'hidi. Ayant qualité d'attaché médico-social, Zekri Brahim assistait les tortionnaires de l'armée française d'occupation (il l'avait lui-même reconnu devant les magistrats lors d'une audience du tribunal correctionnel de Annaba où il s'était présenté en victime de diffamation contre un journaliste). Au lendemain de l'indépendance, il avait réussi à tromper ou à corrompre les différents services chargés des enquêtes d'habilitation. Elu président de l'union des commerçants de Annaba, ce harki noyauta les organisations et associations civiles. Ce qui lui avait permis de côtoyer les responsables locaux et nationaux dont des walis et des ministres. Ce dont il profita pour se faire désigner membre de la direction exécutive de wilaya. Cette situation donna un plus à son arrogance en tout lieu et à tout moment, y compris devant de hautes personnalités de l'Etat lors des visites officielles. « Considérez Monsieur l'ambassadeur que vous avez en moi, président de la CCI Seybouse, un compatriote », avait-il affirmé publiquement, toute honte bue, à un ancien ambassadeur de France en Algérie lors d'une réunion de travail tenue au siège de la CCI Seybouse. La longue investigation du journaliste qu'il avait poursuivi en justice mettra fin à ses agissements. La mission réelle en Algérie de ce triste sire fut ainsi dévoilée à l'opinion publique lors du procès. (...) La présentation par le journaliste au magistrat de la carte d'assurance sociale précisant sa fonction de supplétif SAS durant la guerre de libération, son attestation de travail signée par le Lt colonel Gabriel Bigeard (sic) et la liste des collaborateurs de l'armée française établie par le ministère algérien de la Justice soulignant que Zekri Brahim et son frère Abdallah avaient porté atteinte à la lutte de Libération nationale mirent fin à ses gesticulations. Le journaliste exhiba également deux lettres adressées en 1996 par Mustafa Benmansour (wali de Annaba à l'époque) au ministre de la Défense nationale et au ministère de l'Intérieur. Dans ces deux correspondances, le wali signalait que Zekri Brahim membre de la DEW avait volé des documents confidentiels du cabinet de la wilaya pour les remettre aux services de renseignements d'une puissance étrangère. Entre autres preuves accablantes quant à la collaboration de Zekri Brahim avec l'armée coloniale, le même journaliste présenta la décision du ministère algérien et une correspondance des services de l'APC datée du 13 octobre 2002 de Annaba soulignant toutes deux que Zekri Brahim et son frère Abdallah sont déchus de leurs droits civiques »1019(*).

Ainsi, en Algérie, la figure du harki est une figure de rhétorique dont l'usage - on ne peut plus commun et diffus - revêt à la fois une vertu dilatoire - reliant à des ramifications extérieures les difficultés qui trouvent leur source en interne - et attentatoire, visant à assimiler toute opposition, d'où qu'elle vienne, à une trahison (l'adversaire comme "cinquième colonne"). Cette rémanence et cette réversibilité des usages de la figure du harki montrent combien, dans ce pays, le politique se nourrit, encore et toujours, de « l'illusion de rejouer la guerre de libération »1020(*). Pour autant, nous verrons que s'expriment - par différents canaux - des gestes anticonformistes en Algérie, à la fois s'agissant de la «morale» à tirer de l'histoire de la guerre d'indépendance en général, et des jugements à porter sur les supplétifs musulmans de l'armée française en particulier.

* 958 Mohamed Benrabah, « Le désespoir algérien », Libération, 2 mai 2001.

* 959 « L'heure de la vérité », interview de Mohammed Harbi et Benjamin Stora par Agathe Logeart et Claude Weill, in Le Nouvel Observateur, n°2085, du 21 au 27 octobre 2004, p. 42-44.

* 960 Benjamin Stora, « L'Algérie d'une guerre à l'autre », Enseigner la guerre d'Algérie et le Maghreb contemporain, actes de la DESCO, université d'été, Ministère de l'Education nationale-CRDP de l'Académie de Versailles, octobre 2001, p.64.

* 961 Ibid, p.60.

* 962 Ibid, p.62.

* 963 Ibid, p.58.

* 964 Guy Pervillé, « La «première» et la «deuxième guerre d'Algérie» : similitudes et différences », communication présentée à la journée d'étude sur « France-Algérie : mémoire et oublis », organisée à l'Institut für Romanische Sprachen und Literaturen de l'Université Johan-Wolfgang Goethe de Francfort-sur-le Main, le 14 mai 2004 ; article consultable sur le site de Guy Pervillé à cette adresse : http://guy.perville.free.fr/spip/article.php3?id_article=55#nh13.

* 965 Ibid.

* 966 Mohammed Harbi, L'Algérie et son destin, croyants ou citoyens, Paris, Arcantère, 1993, p.155.

* 967 Interview à L'Unité ; cité in Guy Pervillé, Pour une histoire de la guerre d'Algérie, Paris, Picard, 2002, p.293.

* 968 Benjamin Stora, « L'Algérie d'une guerre à l'autre », Enseigner la guerre d'Algérie et le Maghreb contemporain, actes de la DESCO, université d'été, Ministère de l'Education nationale-CRDP de l'Académie de Versailles, octobre 2001, p.60.

* 969 Luis Martinez, La guerre civile en Algérie, Paris, Karthala, 1998, p.320-321.

* 970 Guy Pervillé, « La «première» et la «deuxième guerre d'Algérie» : similitudes et différences », communication présentée à la journée d'étude sur « France-Algérie : mémoire et oublis », organisée à l'Institut für Romanische Sprachen und Literaturen de l'Université Johan-Wolfgang Goethe de Francfort-sur-le Main, le 14 mai 2004 ; article consultable sur le site de Guy Pervillé à cette adresse : http://guy.perville.free.fr/spip/article.php3?id_article=55#nh13.

* 971 Discours de Hocine Aït-Ahmed, salle Harcha, Alger, 4 février 1999 ; texte consultable à cette adresse : http://www.algeria-watch.org/farticle/presid/presid2.htm.

* 972 Cf. Si Othmane, L'Algérie, l'origine de la crise, Paris, Dialogues Editions, 1996 (voir infra).

* 973 Guy Pervillé, « Histoire de l'Algérie et mythes politiques algériens : du «parti de la France» aux «anciens et nouveaux harkis» », in Charles-Robert Ageron (dir.), La guerre d'Algérie et les Algériens (1954-1962), Paris Armand Colin, 1997, p.323 à 331.

* 974 Guy Pervillé, Pour une histoire de la guerre d'Algérie, Paris, Picard, 2002, p.278.

* 975 Guy Pervillé, « La «première» et la «deuxième guerre d'Algérie» : similitudes et différences », communication présentée à la journée d'étude sur « France-Algérie : mémoire et oublis », organisée à l'Institut für Romanische Sprachen und Literaturen de l'Université Johan-Wolfgang Goethe de Francfort-sur-le Main, le 14 mai 2004 ; article consultable sur le site de Guy Pervillé à cette adresse : http://guy.perville.free.fr/spip/article.php3?id_article=55#nh13.

* 976 Abderrahmane Méziane-Chérif, ministre algérien de l'Intérieur, cité par El Watan du 1er novembre 1994.

* 977 Passage cité in Kara (Mohamed), Les Tentations du repli communautaire. Le cas des Franco-Maghrébins et des enfants de Harkis, Paris, L'Harmattan, 1997, p.119.

* 978 D'après Emmanuelle Gilles, Les évènements de l'été 1991 : un début de règlement de la question harkie ou la poursuite de l'interminable exception ?, Rennes 1, IEP, 2003, p.89.

* 979 D'après Luis Martinez, La guerre civile en Algérie, Paris, Karthala, 1998, p.164.

* 980 Cité in Benjamin Stora, « L'Algérie d'une guerre à l'autre », Enseigner la guerre d'Algérie et le Maghreb contemporain, actes de la DESCO, université d'été, Ministère de l'Education nationale-CRDP de l'Académie de Versailles, octobre 2001.

* 981 « Algérie : les grands cimeterres sous la lune », entretien conduit par Amir Taheri auprès d'un officier algérien de haut rang sous couvert d'anonymat, Politique internationale, printemps 1998.

* 982 cité in El Watan du 15 novembre 1995.

* 983 Guy Pervillé, « La «première» et la «deuxième guerre d'Algérie» : similitudes et différences », communication présentée à la journée d'étude sur « France-Algérie : mémoire et oublis », organisée à l'Institut für Romanische Sprachen und Literaturen de l'Université Johan-Wolfgang Goethe de Francfort-sur-le Main, le 14 mai 2004 ; article consultable sur le site de Guy Pervillé à cette adresse : http://guy.perville.free.fr/spip/article.php3?id_article=55#nh13.

* 984 Extrait d'un recueil de lettres de l'AIS-FIS, intitulé : Mots de vérité à ceux qui se sentent concernés, rédigées par l'instance exécutive du FIS à l'étranger, avril 1995 ; cité par Luis Martinez, La guerre civile en Algérie, Paris, Karthala, 1998, p.307.

* 985 Benjamin Stora, « L'Algérie d'une guerre à l'autre », Enseigner la guerre d'Algérie et le Maghreb contemporain, actes de la DESCO, université d'été, Ministère de l'Education nationale-CRDP de l'Académie de Versailles, octobre 2001.

* 986 Extrait d'un recueil de lettres de l'AIS-FIS, intitulé : Mots de vérité à ceux qui se sentent concernés, rédigées par l'instance exécutive du FIS à l'étranger, avril 1995, p.9 ; cité par Luis Martinez, La guerre civile en Algérie, Paris, Karthala, 1998, p.140.

* 987 Luis Martinez, La guerre civile en Algérie, Paris, Karthala, 1998, p.318. C'est nous qui soulignons.

* 988 Extrait d'un recueil de lettres de l'AIS-FIS, intitulé : Mots de vérité à ceux qui se sentent concernés, rédigées par l'instance exécutive du FIS à l'étranger, avril 1995 ; cité par Luis Martinez, La guerre civile en Algérie, Paris, Karthala, 1998, p.332.

* 989 Si Othmane, L'Algérie, l'origine de la crise, Paris, Dialogues Editions, 1996.

* 990 Si Othmane, L'Algérie, l'origine de la crise, Paris, Dialogues Editions, 1996, p.24-25.

* 991 Service de formation de la jeunesse algérienne, structure encadrante mise en place par l'armée en Algérie à partir du 1er décembre 1958, et visant, selon le général de Segonzac (qui la dirigea), à « donner une éducation à la fraction de la jeunesse musulmane qui lui [était] confiée, en vue de lui permettre de devenir maîtresse de son destin dans un cadre français » (cité in Maurice Faivre, « L'action de l'armée en faveur des jeunes et des femmes en Algérie », Le Casoar, n°167 ; article consultable à cette adresse : http://www.saint-cyr.org/cyr-2100.php?ArtID=106&SID=281eb98ebadf5de25cd2db692c7bb8c9)

* 992 Si Othmane, L'Algérie, l'origine de la crise, Paris, Dialogues Editions, 1996, p.26.

* 993 Ibid, p.28. Plus loin, encore : « Ce livre tente aussi de répondre à une question que tous les Algériens se posent : qu'est-ce que Hizb França (le parti de la France) ?Comment s'est-il formé ? Quel est le nombre de ses adhérents ? (...) Le Hizb França est devenu comme un fantôme dont tous les Algériens ressentent les méfaits, mais dont personne n'a pu saisir la réalité » (Ibid, p.30-31).

* 994 Benyoucef Ben Khedda, L'Algérie à l'indépendance : la crise de 1962, Alger, Dahlab, 1997, p.48-49 ; cité in Guy Pervillé, Pour une histoire de la guerre d'Algérie, p.279.

* 995 Benyoucef Ben Khedda, L'Algérie à l'indépendance : la crise de 1962, Alger, Dahlab, 1997 ; cité in Benjamin Stora, « L'Algérie d'une guerre à l'autre », Enseigner la guerre d'Algérie et le Maghreb contemporain, actes de la DESCO, université d'été, Ministère de l'Education nationale-CRDP de l'Académie de Versailles, octobre 2001.

* 996 Communiqué du mardi 11 janvier 2000 : http://www.anp.org.

* 997 « Le serment » du M.A.O.L. ; ce texte, ainsi que ceux dont sont extraits les citations à suivre, est consultable dans son intégralité sur le site Internet du M.A.O.L. : http://www.anp.org.

* 998 « Le nouvel appel du 1er novembre » : http://www.anp.org.

* 999 « Au peuple algérien : ici commence la vérité » : http://www.anp.org.

* 1000 « L'Armée Nationale Populaire : Vérités » : http://www.anp.org.

* 1001 « Au peuple algérien : ici commence la vérité » : http://www.anp.org.

* 1002 Habib Souaïdia, La sale guerre. Le témoignage d'un ancien officier des forces spéciales de l'armée algérienne, Paris, La Découverte, 2001, p.325.

* 1003 Ibid, p.326.

* 1004 Jaquette de présentation du journal consultable en ligne à cette adresse : http://www.horizons-dz.com/Services/qui%20somme%20nous.htm.

* 1005 Dépêche APS du 25 février 2002.

* 1006 Guy Pervillé, Pour une histoire de la guerre d'Algérie, Paris, Picard, 2002, p.280.

* 1007 Comme cela a pu être le cas en février 1989, suite à l'adoption d'une Constitution rompant - au moins formellement - avec le système de parti unique.

* 1008 Nous l'avons vu, c'est au nom de ces antiennes du « parti de la France » et de « la main de l'étranger » que le colonel Amar Benaouda, l'un des 22 chefs historiques de la Révolution, justifiera la répression des émeutes d'octobre 1988. Selon Guy Pervillé, le colonel Amar Benaouda « accusa la France d'avoir provoqué les émeutes d'octobre 1988 à Alger pour punir le président Chadli d'avoir ordonné la fermeture aux élèves algériens des lycées de la mission culturelle française, en infiltrant parmi les jeunes manifestants des «éléments traîtres» qui auraient crié « Vive la France » et brûlé des drapeaux algériens » (Guy Pervillé, « Histoire de l'Algérie et mythes politiques algériens : du "parti de la France" aux "anciens et nouveaux harkis" », in Ageron (C.-R.), dir., La guerre d'Algérie et les Algériens 1954-1962, Paris, Armand Colin / Institut d'histoire du temps présent (CNRS), 1997, p.325).

* 1009 Propos cités in Le Monde du 14 octobre 1994 et repris in Guy Pervillé, Pour une histoire de la guerre d'Algérie, Paris, Picard, 2002, p.279.

* 1010 Henry Rousso, « La guerre d'Algérie dans la mémoire des Français », allocution prononcée dans le cadre de l'Université de tous les savoirs au mois de mars 2002 ; intervention en écoute sur le site du Monde à cette adresse : http://www.lemonde.fr/web/article/0,1-0@2-3328,36-267206,0.html.

* 1011 Propos cités sur www.tamurt-imazighen.com.

* 1012 Ibid.

* 1013 Ibid.

* 1014 Intervention donnée dans le cadre du colloque « La guerre d'Algérie dans la mémoire et l'imaginaire », qui s'est tenu les jeudi 14 et vendredi 15 novembre 2002 sur le campus de Jussieu. Les actes du colloque sont parus aux Editions Bouchene ; cf. Lucette Valensi et Annie Dayan, La guerre d'Algérie dans la mémoire et l'imaginaire, Saint-Denis, Editions Bouchene, 2004.

* 1015 Propos rapportés par El Watan du 20 mars 2000 et repris sur www.pourinfo.ouvaton.org/actualites/nezzar/nezzarkafiwatan.htm.

* 1016 Ahmed Rouadjia, « L'Etat algérien et le problème du droit », Politique étrangère, IFRI, été 1995, p.355.

* 1017 Intervention des colonels Amar Benaouda, Salah Boubnider et Lamine Khane, rapportée in Guy Pervillé, « Histoire de l'Algérie et mythes politiques algériens : du "parti de la France" aux "anciens et nouveaux harkis" », in Ageron (C.-R.), dir., La guerre d'Algérie et les Algériens 1954-1962, Paris, Armand Colin / Institut d'histoire du temps présent (CNRS), 1997, p.324-325.

* 1018 AFP, 7 avril 2004.

* 1019 A. Djabali, « Election à la chambre de commerce - Une candidature controversée », El Watan, édition du 9 janvier 2006. C'est nous qui soulignons.

* 1020 Luis Martinez, op.cit., p.330.

précédent sommaire suivant