WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Rapport de stage effectué à  la Banque Commerciale du Congo

( Télécharger le fichier original )
par Yannick MBO
Université catholique du Congo - Gradué 2011
  

sommaire suivant

AVANT PROPOS

Au terme notre stage à la Banque Commerciale du Congo, nous présentons nos remerciements à tous ceux qui nous ont aidé à effectuer notre stage dans des bonnes conditions.

Nous remercions particulièrement nos parents Louis MBU EBUTA et Marie Madeleine IBUNI ALAMANDE, nos frères et soeurs FAME, Arnold, Serge, Stella, Marlène et Diana Larissa MBO.

Nos remerciements vont aussi à l'endroit de tout le corps académique et scientifique de l'Université Catholique du Congo, de la Faculté d'Economie et Développement en général et aux responsables du Bureau de professionnalisation de la faculté en particulier.

Nous exprimons notre sincère gratitude à nos encadreurs à savoir : Désiré NYAMASOMBWA, Sandra TSHITA, Steve NTSHIAMA, Fanny MBILO, Nous ne saurions oublier nos compagnons MBOMBO KOJI, KOLA, DOINOF, VALDANY, Christ MUTOMBO, Gervais BONDOKO, ILUNGA KANDA, Lydie MULANGA, Kevinash ; KAZADI The cent, Glove NGWANGA et Lydie NDEKE.

Nous témoignons notre reconnaissance à maman MBOYO des Ressources Humaines, ainsi qu'à Genitha MULANGA KANJINGA et Elysée BINTI pour l'attention particulière qu'ils nous ont accordée lors de notre stage.

A tous et à chacun, nous disons merci.

Yannick MBO TUANIZO.

INTRODUCTION GENERALE

Il est de coutume à l'Université Catholique du Congo qu'au mois de février de chaque année académique, les finalistes d'un cycle d'études effectuent un stage d'un mois, dans une entreprise publique ou privée, les Ong, les organismes internationaux, pour concilier la théorie reçue à la pratique sur terrain.

En effet, nous avons porté notre choix sur la Banque Commerciale du Congo, qui est un établissement privé qui s'occupe des tâches multiples notamment la mobilisation de l'épargne auprès de ses clients, de la redistribution sous forme de crédits moyennant une commission,...

En ce qui nous concerne, nous avons effectué notre stage dans le Département de Trésorerie et plus précisément au Financial Institutional and Banque (FIB) du 01 février au 01 mars 2011.

Au terme de ce stage, nous avons élaboré le présent rapport de stage qui comprend trois chapitres, en plus de l'introduction générale et la conclusion générale.

- Le premier chapitre porte sur la présentation de la BCDC

- Le deuxième décrit le déroulement du stage

- Le troisième et le dernier portent sur le rapprochement entre la formation théorique et la pratique professionnelle. Cas de certains cours pris comme échantillon.

CHAPITRE I : PRESENTATION DE LA BANQUE COMMERCIALE DU CONGO (BCDC)

La BCDC est une Société par Action à Responsabilité Limitée en sigle (SARL), exerçant des activités des établissements de crédits telles que définies par une instruction de la BCC, (Banque Centrale du Congo).

Son siège social et situé sur le boulevard du 30 juin à Kinshasa et elle possède un réseau d'agence à travers la Capitale, de même qu'à travers tout le pays notamment à : BENI, BUTEMBO, BUKAVU, FUNGURUME, GOMA, KANANGA, KINSANGANI, LIKASI, LUBUMBASHI, MATADI et MBUJIMAYI. A Kinshasa où on compte les agences de Limete, Matonge, Royal et Unikin.

I.1. Historique

Le 11 janvier 1909, la Banque du Congo Belge aujourd'hui Banque Commerciale du Congo voit le jour, son capital de 2 millions de francs est entièrement souscrit par les principaux actionnaires suivants : la Banque d'outre-mer, la Compagnie du Congo pour le Commence et l'industrie, la Banque de Paris et des Pays-Bas, FM. Philippson et Cie.

De nouveaux actionnaires font leur entrée à l'actionnariat dès le 27 janvier 1909 à l'occasion de l'augmentation du capital de 1 million des francs. Parmi les nouveaux actionnaires on peut citer la Société Générale de Belgique et la Société Commerciale et Financière.

Dans le même temps, les dirigeants de la Banque du Congo décident d'établir une agence à Matadi, elle entre en activité dès le mois de juin de la même année.

Presque au même moment, la Banque lance ses activités au Katanga pour ouvrir en 1910, une agence à Elisabeth ville (aujourd'hui Lubumbashi)

Le 1er août de la même année, l'agence de Léopoldville (aujourd'hui Kinshasa) ouvre ses guichets.

En juillet 1911, la Banque obtient pour une période de 25 ans le privilège d'émission. Elle le conservera plus de 40 ans. Ce privilège nécessite une modification des statuts de la banque dont le champ d'activités comme Banque Commerciale est de ce fait fortement réduit.

Suivent ensuite l'ouverture des agence de Boma le 1er octobre 1911 et celle de Stanley ville, aujourd'hui Kisangani le 1er janvier 1912

Le 8 septembre 1914 l'ouverture d'un siège à Londres avec pour mission initiale d'assurer avec les puissances alliées, le gouvernement belge et la direction d'Afrique les opérations bancaires.

En 1917, la Banque du Congo Belge décide d'ouvrir 17 agences afin d'assurer partout dans le pays, à la demande du gouvernement de la colonie, les opérations bancaires.

En 1918, la banque du Congo Belge gère un réseau de sièges et d'agences dans 25 localités, une agence est ouverte à Dar-es-Salem.

Entre 1919 et 1928, 11 agences viennent compléter le réseau. Pendant ce temps, la Banque consolide ses assises à Bruxelles, Londres et Anvers où une agence est inaugurée le 27 octobre 1919.

Dès la fin de 1929, le Congo belge est durement atteint par la crise internationale. La Banque du Congo Belge comprime ses frais généraux, ferme 12 agences dont la rentabilité ne pourrait plus être assurée, mais reste grâce à ses réserves l'épine dorsale financière de la colonie.

Au terme de cette crise, les entreprises saines qui avaient su s'adapter retrouvent le dynamisme commercial et leur place au coeur de la concurrence internationale. Dès 1934 les bénéfices de la banque connaissent une progression constante.

En 1960, malgré les troubles qui suivirent l'indépendance, rendant nécessaire la mise en vielleuse temporaire de plusieurs agences, la Banque du Congo met tout en oeuvre pour éviter la scission territoriale de ses activités.

En janvier 1964, le réseau d'agence de 1960 retrouve sa pleine activité alors que d'autres banques commerciales avaient fermé l'exploitation de certaines de leurs succursales.

Pendant cette période troublée, la Banque du Congo fut la seule institution financière capable d'assurer la régularité de paiement à l'intérieur du pays.

En 1965, le Conseil d'Administration décide de proposer aux autorités congolaises une prise de participation de la RDC dans le capital de la Banque Commerciale du Congo, proposition accueillie unanimement de manière favorable.

La réforme du 24 juin 1967 constitue un véritable programme de redressement économique. les principaux objectifs visés dans le programme ont abouti à la création d'une nouvelle unité monétaire appelée « Zaïre » l'équivalent de 1 000 Francs congolaise anciens qui est mises en circulation.

Au 31 décembre 1970, le réseau d'exploitation de la banque du Congo s'appuie sur 27 implantations et compte 1885 personnes.

En octobre 1971 le « Congo » devient « Zaïre » l'assemblée générale du 18 novembre 1971 décide de modifier la dénomination sociale de la Banque du Congo en Banque Commerciale Zaïroise (BCZ).

Le 25 novembre 1975, la Banque Commerciale Zaïroise inaugure son nouveau siège social sur le Boulevard du 30 juin, après 5 ans de travaux, avec fonds propres ; tout en améliorant les conditions de travail de son personnel et offrant de meilleurs services à sa clientèle.

En 1977, la banque compte 32 points d'exploitation et emploie 2 352 personnes.

Dix ans plus tard, la Banque Commerciale Zaïroise emploie 2 952 agents avec une proportion des cadres plu élevée.

Pendant la périlleuse décennie 90, le secteur bancaire est de plus en plus marginalisé par la pénurie de signes monétaires, l'inflation de près de 9 000 % en 1994 illustre l'état d'effondrement progressif de l'économie et des finances du Zaïre. Fin 1995, la BCZ voit le nombre de ses agents ramené à 1 608.

De 1998 à 1999, jusqu'à fin 2002, la Banque Commerciale du Congo (BCDC), doit faire face à une situation économique de plus en plus dégradée. Pour survivre dans les conditions sociales, politiques et économiques des années 90, la BCDC a du s'adapter sur le plan organisationnel, fermer des nombreuses agences et réduir de manière drastique ses frais généraux, le nombre d'employés passe ainsi à 279 personne à fin 2011.

Dans le même temps de 19987 à 2008, la BCDC est privée de son réseau situé à l'Est, en zone non contrôlée par le Gouvernement.

Les 5 dernières années lui auront donné raison, de 2002 à 2008, la BCDC a engagé 189 personnes dont une majorité de jeunes cadres et le total du bilan passe de 22 à 193 milliard de Fc (franc Congolais) et les fonds propres exprimés en contre valeur USD, passent de 24,5 millions seulement.

En 2009, 9 agents seulement ont été recrutés compte tenu de la conjoncture économique peu favorable qui a marqué l'exercice 2009, pour de contrôle de performance, de consolidation, en vue d'assurer l'avenir de la banque.

sommaire suivant











9Impact, le film from Onalukusu Luambo on Vimeo.