WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Les enfants dans les attentats suicides: étude comparative de trois cas: Sri Lanka, Palestine, zone Afghanistan/Pakistan

( Télécharger le fichier original )
par Mélanie JOANNES
Institut catholique de Paris - Master 2 sciences politique, mention géopolitique et sécurité internationale 2011
  

précédent sommaire suivant

1.2.2.2. La Palestine

- Le Hamas

Le 18 août 198868(*), le groupe va publier la Charte du Hamas dans laquelle son programme est clairement exposé.

Leur idéologie s'inspire largement de celle des Frères musulmans déjà implantés dans les Territoires occupés et ils le revendiquent en tant que tel dans le deuxième article : « Le Mouvement Islamique de Résistance est une des branches de la Fraternité Musulmane en Palestine. ». Il n'est donc pas étonnant de voir que le Hamas se proclame avant tout comme étant un mouvement musulman, de la branche sunnite. Ainsi, dans l'article premier de la Charte affirme que « le programme du Mouvement de Résistance Islamique est l'Islam.»

Le Hamas se base également sur une idéologie nationaliste puisque la revendication première est le retour de la Palestine aux palestiniens. Il s'agit donc d'une lutte territoriale, mais pas uniquement des Territoires occupés que sont Gaza et La Cisjordanie. Cet Etat devra être un Etat islamique régit par la Charia.

Sa stratégie pour atteindre ses objectifs est le jihad armé : « Il n'y a pas de solution à la question palestinienne si ce n'est à travers le Jihad. Les initiatives, les propositions et les conférences internationales sont toutes une perte de temps et de vaines tentatives. » (Article 13). Le Hamas insiste sur le fait que chaque musulman a le devoir de participer au jihad : « Résister et réprimer l'ennemi devient le devoir individuel de chaque Musulman, homme ou femme. Une femme peut sortir de chez elle pour aller combattre l'ennemi sans la permission de son mari. De la même manière fait L'esclave » (article 12). Ce qui ouvre une brèche à la participation des enfants au jihad. De plus, celui-ci fut légitimé lors d'une émission religieuse diffusée par la chaîne de télévision qatari al-Jazeera lors de la seconde Intifada. Ils sont même allés plus loin en déclarant les attentats suicides licites puisqu'ils se déroulaient sur une terre musulmane occupée par les infidèles.69(*)

Le Hamas va durcir ses positions vis-à-vis d'Israël à la suite du « Massacre d'al-Aqsa », le 8 octobre 1990. Le mouvement va alors déclarer que chaque soldat israélien représente une cible potentielle.70(*)

- Palestinian Islamic Jihad71(*)

Les deux principaux objectifs du DIP ont été consignés à l'écrit par Cheikh Assad Bayoud al-Tamini dans son ouvrage de 1982, L'élimination d'Israël : un impératif du Coran.

Le DIP lutte pour une « Palestine - du fleuve Jourdain à la mer - un pays arabe, islamique dont la loi interdit de céder un pouce de son territoire. »72(*) Il s'agit donc de la volonté de créer un Etat islamique palestinien, dont la capitale serait Jérusalem et de détruire l'Etat d'Israël. Ayant conscience de l'impossibilité de la réalisation de cet objectif à court terme, le DIP s'est fixé des objectifs plus limités qui sont, selon les termes de Shalah : « Avec l'actuelle Intifada, toutes les factions palestiniennes y compris le Jihad Islamique s'accordent à dire que l'objectif de la résistance palestinienne aujourd'hui est de refouler inconditionnellement l'occupation israélienne de Cisjordanie et de Gaza »73(*)

Le deuxième point est l'opposition aux pays arabes modérés, « considérés comme occidentalisés, corrompus et contaminés par le laïcisme occidental. »74(*) Ils souhaitent renverser les régimes arabes laïcs dans le but d'établir un empire islamique panarabe. La lutte menée contre l'Etat d'Israël est vue comme la première étape sur le chemin de l'islamisation.

Le DIP est divisé en deux grands courants : un courant pro-iranien composé d'extrémistes chiites et un courant pro-irakien, composé d'extrémistes sunnites. Fascinés par la révolution iranienne, les leaders, et particulièrement Bayoud, ont fondé l'organisation sur une idéologie « nationale-religieuse »75(*)

Dans le cas de ces deux groupes, leur idéologie puise à la fois dans le champ religieux et politique, ce qui n'est pas surprenant dans la mesure où, dans la religion musulmane, il n'y pas de stricte séparation du politique et du religieux.

L'augmentation de l'influence de ces deux groupes prônant le jihad comme stratégie pour atteindre leurs objectifs a permis de faire entrer le terrorisme, et son moyen d'action le plus spectaculaire, l'attentat suicide, dans le conflit israélo-palestinien. Ce qui, pour de nombreux analystes, a fait reculer les chances d'un processus de paix.

* 68 cf.annexe charte du Hamas

* 69 G. Kepel, Op. cit., p.512

* 70J. Baud, Op. cit.,, p.553

* 71P.W. Singer, p.30

* 72 «Introduction to the movement and its vision», www.qudsway.com

* 73 I. Hamidi, Islamic Jihad reiterates possibility of end to attacks on civilians, Daily Star, Beyrouth mise en ligne le 16 mai 2002 sur http://www.lebanonwire.com/0205/02051617DS.asp

* 74 J. Baud, Op. Cit., p.300

* 75 F. Lahar, « Djihad Islamique. Mouvement du Djihad islamique palestinien (MJIP) », Fiche technique n°3, Outre Terre 4/2005, n°13, pp.299-315, p.300

précédent sommaire suivant