WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Les enfants dans les attentats suicides: étude comparative de trois cas: Sri Lanka, Palestine, zone Afghanistan/Pakistan

( Télécharger le fichier original )
par Mélanie JOANNES
Institut catholique de Paris - Master 2 sciences politique, mention géopolitique et sécurité internationale 2011
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

1.2.2. La participation des enfants dans le conflit

Mis à part le cas du Sri Lanka, nous savons, à peu près, quand le phénomène des enfants dans les attentats suicides est apparu dans le conflit. Cependant, même si nous n'avons pas d'informations pour le Sri Lanka, nous sommes sûr que ce phénomène n'a pu voir le jour avant 1987 puisque cette date correspond à l'exécution du premier attentat suicide par le LTTE. Nous allons essayer de savoir si des enfants étaient déjà impliqués activement dans le conflit avant l'apparition du phénomène ou si ceux-ci en étaient totalement exclus auparavant ; et bien évidemment, sous quelle forme ils y participaient. Ainsi, nous verrons que chacun des pays étudiés connaissait le phénomène des enfants soldats avant de voir apparaitre celui des enfants dans les attentats suicides. Il faut noter que nous faisons la distinction entre ces deux catégories.

1.2.2.1. Le Sri Lanka

Là encore le manque d'informations concernant les enfants dans le conflit au Sri Lanka est notable. Aucune étude à part entière n'a été menée sur le sujet. C'est pourquoi, nous avons eu recours à des articles et des passages dans des études plus générales sur les enfants dans les conflits armés. Le problème des études générales sur ce sujet est qu'elles traitent essentiellement du phénomène dans les conflits africains.

Nous savons cependant que les enfants sont très présents dans le conflit du côté du LTTE. Le Sri Lanka fait partie des treize pays utilisant massivement des enfants soldats 135(*) aux côtés de l'Afghanistan, du Burundi, de la République Centrafricaine, de la République Démocratique du Congo, de la Birmanie, du Népal, de la Somalie, du Soudan, du Tchad, de la Colombie, des Philippines et de l'Ouganda. Le recrutement des enfants pour devenir soldats au sein de la milice en est une caractéristique importante. L'UNICEF estime que dans certains endroits, près de 50% des enfants ont quitté l'école pour rejoindre les rangs des tigres.136(*) Le gouvernement sri lankais, quant à lui, estime que 60% des combattants ont moins de 18 ans. Le LTTE a commencé à recruter des enfants-soldats à partir de 1984.

La moyenne d'âge au recrutement se situerait autour de 15 ans, mais certains n'auraient pas plus de 9 ans. Selon cette même source, ces enfants auraient été utilisés lors des assauts frontaux lors des grandes batailles les opposants aux forces du gouvernement et aux forces indiennes (IPKF).137(*) L'enrôlement des enfants dans le conflit n'est pas que le fait du LTTE. Les forces gouvernementales ont également eu recours à des enfants dans les rangs de leur armée. Mais, il est vrai, pas à la même échelle que les tigres tamouls. L'enrôlement d'enfants âgés de moins de 18 ans est un phénomène continu dans l'histoire du conflit opposant le LTTE aux forces gouvernementales sri lankaises. En 2003, les leaders du groupe séparatiste ont fait la promesse au représentant spécial du Secrétaire général des Nations unies pour les enfants et les conflits armés ainsi qu'à l'UNICEF de ne plus utiliser d'enfants. Cependant, elle ne fut pas tenue138(*) et au milieu de l'année 2004, les enlèvements et les campagnes intensives de réenrôlement se sont multipliés.

Nous avons abordé dans la première partie le mode de recrutement de ces enfants que nous supposons être le même pour les futurs auteurs d'attentats suicides. Nous ne reviendrons donc pas sur ce sujet.

Avant l'apparition du phénomène qui nous intéresse, nous pouvons constater que les enfants participaient déjà activement au conflit en tant qu'enfants soldats. L'enfant participait donc déjà activement à ce conflit avant qu'il soit impliqué dans les missions suicides.

* 135  Tu as le droit d'être protégé conte la guerre , Jeunes Journalistes Belgique, mis en ligne le 22 février 2010 sur http://www.jeunesjournalistes-belgique.net/index.php?option=com_content&view=article&id=653:l-tu-as-le-droit-detre-protege-contre-la-guerre-r&catid=68:les-enfants-soldats&Itemid=111

* 136World: South Asia. The child bombers of Sri Lanka, BBC news mis en ligne le 28 juillet 1998 sur http://news.bbc.co.uk/2/hi/south_asia/139757.stm

* 137Chara Latu Hogg, Child Recrutment in south Asian conflicts. A comparativ Analyse, p.18

* 138 Enfants soldats, Rapport mondial 2004, La Coalition pour mettre à l'utilisation d'enfants soldats, Londres, 2004, p.21

précédent sommaire suivant






Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy



La Quadrature du Net