WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

La chanson comme mode d'expression policier

( Télécharger le fichier original )
par Charles NGOY LWAMBA BIN
Université de Lubumbashi - Licence en criminologie 2011
Dans la categorie: Droit et Sciences Politiques > Droit Pénal
  

précédent sommaire suivant

Soutenons La Quadrature du Net !

c. Conflit inter- troupe

La pression démographique dans le camp ne peut être sans avoir des effets pervers dans la vie des policiers. Parmi ces effets, soulignons le tiraillement entre les familles policières. En effet, dans le Camp préfabriqué il n'y a pas seulement les policiers du bataillon Groupe Mobile d'Intervention Est qui y habitent ; mais aussi ceux d'autres unités de la garnison de Lubumbashi. Certains bâtiments y logent trois a quatre familles. Il arrive que la collaboration entre ces familles pose problème.

Nous renseigne `'MPITA'' en ces termes : les policiers ont exprimé la crainte de voir leurs maisons être spoliées par les « nomades », terme qui désigne les « suiveurs des chefs » ou les « malanda ngulu » Voici ce que disent les policiers ayant fait longtemps dans ce camp de la police : « les nomades » cherchent à nous spolier nos maisons. Nous leur donnons ce qu'il faut ; ils désirent de grandes maisons et nous , irons-nous ou ?

Les nomades rétorquent à ce propos ce qui suit : les « BAKOLO »,terme qui désigne les policiers ayant fait longtemps dans le camp, nous privent des maisons sous prétexte qu'il y en a plus. Ils ne veulent pas que nos enfants restent dans de bonnes conditions ... »

La chanson n'est pas seulement un moyen de communication, mais aussi c'est un mode de sécurisation.

précédent sommaire suivant