WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Le processus de création dans le milieu du Cirque nouveau

( Télécharger le fichier original )
par Angélique Reculeau
Université Bordeaux 3 Michel de Montaigne - DUT carrières sociales 2011
  

précédent sommaire suivant

III- Les fins de la création

1- La représentation au public et son rôle

« L'ultime étape de la réalisation d'un spectacle de cirque, quelle qu'en soit la durée est donc consacrée par l'artiste à résoudre les problèmes posés par la réception du spectateur. La recherche de solutions adaptées transforme les moyens techniques en moyens d'expression et le technicien en artiste »44 La finalité de la création va être possible lors de la représentation au public.

a- Spectateur ou acteur ?

La question s'est donc posée quant au rôle du public dans la création et en ce qui concerne la représentation du spectacle. Il est vrai que l'on pourrait penser que parfois un artiste ne crée que pour lui et ne pense pas au public du fait que la création peut paraître parfois incompréhensible ou désuète. Mais il ne faut pas oublier que le public a lui aussi son mot à dire, il n'a pas un rôle passif puisque la critique, qu'elle soit positive ou négative, va influencer le créateur, lui procurer une certaine émotion (reconnaissance, assurance, déception...). En effet, le spectacle vivant est présent pour nous faire vivre des émotions autant à l'artiste qu'au public.

Lors de l'entretien avec la metteur en scène de la Bivouac Compagnie il a été question de la place du public lors des représentations. Le désir des artistes était de faire vivre un moment poétique envers le public et lui permettre de vivre une expérience des sens. En quelque sorte ces artistes sont des « performeurs » selon la metteur en scène car ils vont réussir à transmettre une sensation, une expérience unique envers le public. Même s'il est peu réceptif le public aura quand même une réaction, et pour nous, le plus important est qu'il y ai cette réaction. On voit qu'on a réussi à faire passer quelque chose

44 Goudard, Philippe, Le cirque, entre l'élan et la chute : une esthétique du risque, p. 42.

même si cela est négatif, c'est toujours mieux que de n'avoir aucune réaction. Cela peut se révéler frustrant d'ailleurs. » Cette parole, échangée durant l'entretien, vient en quelque sorte contredire l'hypothèse de Suzanne LEMIEUX qui soumettait l'hypothèse que la motivation à la création motivée par le fait d'obtenir une reconnaissance et une renommée au sein de la société. Certes, cela est bien sur une des motivations mais ce ne doit pas être la plus importante car l'artiste ne créé pas seulement pour faire plaisir au public, il n'est pas là pour s'adapter en quelque sorte au public idéal.

Le public spectateur va bien sur apporter un jugement de beauté, d'esthétique. Selon Jean Guillaumin, le sentiment et le jugement esthétique sont les instruments de l'élaboration logique spécifique de cet espace intermédiaire apparenté à l'aire transitionnelle de Winnicott45.

Les artistes ne vont pas considérer la place du public de la même manière. Par exemple dans le spectacle Grimm de la compagnie de cirque Cahin Caha46 la démarche s'oriente vers une mobilisation des spectateurs, une multiplicité des espaces de jeux et une simultanéité des actions durant le spectacle. Le public est alors plongé dans une déambulation et une proximité avec les artistes puis est convié à changer de place. « Chahuté, pris à parti, baladé d'un bout à l'autre de la piste, les yeux et les oreilles constamment aux aguets, il participe, presque obligé, et devient un élément moteur du déroulement du spectacle .». Cette déstructuration de l'espace et des sensations peut s'opposer au spectacle de la compagnie Les Arts-Sauts qui, dans leur spectacle Kayassine inclus le spectateur au coeur du projet. Etant un spectacle totalement aérien, le spectateur est installé confortablement sur des transats, la tête reposée se laisse embarquer dans le monde poétique du spectacle.

Certains artistes comme Armance Brown et Bruno Krief préfèrent présenter leur numéro en dehors d'une scène de théâtre « en face-à face » et privilégiant le spectacle de rue ou l'espace circulaire d'un chapiteau afin de favoriser cette rencontre et être au plus près du public qui transmet une énergie à l'artiste.

45 GUILLAUMIN Jean, Symbolisation et processus de création, p. 35.

46 COUGOULE Odile, Le public spectateur ou acteur, In Arts de la piste, revue trimestrielle n°37-38, p.49 .

Pour certains artistes ou compagnies, la place du public est donc pensée dès l'écriture de la pièce et a un rôle fondamental dans la création et la représentation qui au final n'aura réussi qu'avec la complicité du public.

Notons tout de même qu'être un public « acteur » qui interagit avec les artistes ou bien qui participe activement au spectacle est un rôle mais être spectateur même s'il n'y a pas d'interaction avec les artistes (la personne est assise sur son siège et regarde) en est aussi un. En effet quand une personne assiste à un spectacle elle a du faire tout un cheminement pour y parvenir (réservation, achat possible des places, déplacement), sans leur présence le spectacle ne peut se dérouler et la création est contrainte à n'avoir aucune finalité.

précédent sommaire suivant







Rassembler les contraires c est creer l harmonie