WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

La lutte contre le blanchiment d'argent dans le système économique et financier en Afrique: analyse critique des procédures existantes et propositions d'axes d'améliorations

( Télécharger le fichier original )
par Jean- Yves ANGRA
Institut national polytechnique de Yamoussoukro  - BAC+5 en finances- comptabilité  2009
  

précédent sommaire suivant

Chapitre 2: Les principales techniques de blanchiment d'argent

Si le premier chapitre nous a permis de comprendre ce que renferme le << blanchiment de

capitaux >> et d'oü provient ce concept, il convient de s'interroger sur la manière dont cette activité est réalisée.

II-1: Les trois phases classiques de blanchiment de capitaux

Concrètement, blanchir de l'argent revient a donner un aspect légal a des valeurs patrimoniales d'origine délictueuse par une succession d'opérations financières et ce, afin de les soustraire aux recherches des organes de poursuites.

Traditionnellement, le blanchiment de capitaux comprend trois stades: l'injection ou << prélavage >>, l'empilage ou << lavage >> et enfin l'intégration ou << recyclage >>. (cf. annexe I).

V' Le premier stade, l'injection /prelavage/placement/immersion, comprend tous les moyens par lesquels les fonds provenant directement d'une activité criminelle sont introduits pour la première fois, le plus souvent sous forme de grandes quantités d'argent en espèces, dans le circuit financier. C'est a ce stade que le blanchiment d'argent est le plus facilement décelable. Cette première étape consiste en effet a introduire les fonds a blanchir dans le système financier. Cela peut se faire en fractionnant de fortes quantités d'espèces pour obtenir des sommes plus petites et moins suspectes qui sont alors déposées directement sur un compte bancaire, ou en se procurant divers instruments monétaires (chèques, ordres de virement, etc....) qui sont ensuite collectés et déposés sur des comptes en d'autres lieux.

1' Le deuxième stade, l'empilage /lavage/dispersion, se définit comme une succession souvent complexe de transactions financières, dont le but est d'effacer, le plus rapidement possible, tout lien entre les capitaux "injectés" et leur origine illicite. Outre la transformation rapide de ceux-ci en d'autres moyens de paiement (chèques, chèques de voyage, lettres de crédit, billets a ordre), les transferts nationaux et internationaux constituent l'une des méthodes privilégiées. Cette deuxième étape consiste en d'autres termes a procéder a une série de conversions ou de déplacement de fonds pour les éloigner de leur source. Les fonds peuvent ainsi être transférés a travers l'achat ou la vente d'instruments de placement (obligations, bons de Trésor etc....) entre autres. ;

1' Le troisième et dernier stade, l'intégration /recyclage, inclut toutes les méthodes permettant aux capitaux d'origine criminelle, préalablement injectés et empilés, d'être investis dans les circuits économiques et financiers légaux, sous la forme de valeurs honnêtes et rémunératrices, comme notamment des immeubles, des fonds de commerce, des objets de valeur ou encore des participations dans des entreprises.

Deux observations générales peuvent être faites par ailleurs en ce qui concerne les tendances actuelles du blanchiment de capitaux. Premièrement, certaines techniques traditionnelles restent les instruments préférés pour cacher de l'argent mal gagné. Deuxièmement, outre les techniques classiques de blanchiment, les experts ont prêté attention aux évolutions intervenant dans le secteur financier qui font peser de lourdes menaces sur l'efficacité de la lutte contre le blanchiment des capitaux.

Nos travaux se sont par ailleurs axés uniquement sur le secteur bancaire dans la mesure oü celui-ci constitue la cible privilégiée des << blanchisseurs de capitaux >>.

précédent sommaire suivant