WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Les commémorations du 11 novembre en Belgique francophone pendant l'entre-deux-guerres. Les cas de Bruxelles, Liège et Mons

( Télécharger le fichier original )
par Emeline WYNANTS
Université de Liège - Master en histoire 2012
  

précédent sommaire suivant

2.9.2 Les batailles de Mons : 20-24 août 1914 et 11 novembre 1918.

2.9.2.1 20-24 août 1914.

Par le jeu des Alliances, la Grande-Bretagne ne tarde pas à envoyer ses troupes. Celles-ci débarquent le 13 août 1914 au Havre, d'où des trains doivent les conduire vers Le Cateau.577(*) Le 20 août, la British Expeditionary Force (BEF), composée de deux corps d'armée de deux divisions, se concentre près de la forêt de Mormal. Le lendemain, elle se place à la gauche des forces françaises. 578(*) Les Allemands sont alors à sept kilomètres à l'Est - à Villers-Saint-Ghislain- et à Obourg où tombe le premier soldat britannique. Pendant ce temps, le bataillon dit des Dragoon Guards patrouille vers Soignies où les premiers coups de feu britanniques sont tirés. Les soldats bivouaquent au faubourg d'Havré, à la Bascule,...579(*)Tout le Borinage voit l'arrivée des Tommies qu'il acclame, aide, supporte. En effet, les soldats britanniques se déploient dans toute la région : depuis Mons jusque Bavay en passant par Saint-Ghislain, Elouges, Wasmes, Pâturages et Frameries. 580(*)

Figure 15ASCOLI D., The Mons star. The British Expeditionary Force 1914, Edinburgh, Birlinn, 1981, p. 45.

Durant l'installation britannique, la bataille de Charleroi fait rage. Dès que la ville est définitivement prise, les Allemands prennent la direction de Mons. Le 23 août, ils se trouvent à l'Est de la route de Mons à Beaumont, au nord du canal de Mons à Condé et du canal du centre. Les Britanniques sont retranchés derrière ces lignes jusque Binche. A peine déployés, ils soutiennent le choc malgré l'infériorité numérique - un contre trois-. 581(*)

Le 23 août, quelques escarmouches ont lieu très tôt vers Obourg, Nimy et Ville-Pommeroeul mais l'attaque principale va avoir lieu sur la boucle du canal du Centre, le point faible de la défense des Britanniques. Par vagues successives, les Allemands tentent de franchir le canal. A court de munitions, les Anglais doivent se replier, laissant la ville aux troupes teutonnes. Les combats se poursuivent tout au long du canal de Mons à Condé. 582(*) D'après la tradition, plusieurs Anges auraient décoché des flèches sur l'ennemi, durant ces combats, permettant ainsi miraculeusement aux Britanniques de se replier sur la ligne Quiévrain-Frameries. 583(*)

Pour beaucoup, cette bataille de Mons marque le début de la fin de la bataille des frontières584(*).585(*)

2.9.2.2 11 novembre 1918.

Cette deuxième bataille de Mons est menée par une toute autre armée. Il s'agit de Canadiens, encadrés par des généraux britanniques. Comme l'armée canadienne ne possédait presque pas de cavalerie, la première armée britannique avait mis à sa disposition le 5ème Régiment de Lanciers Irlandais, celui-là même qui avait pris part à la bataille du mois d'août 1914. 586(*)

Cette armée entre sur le territoire belge le 5 novembre, par Marchipont. Le 6 novembre, elle marche déjà de part et d'autre de la chaussée de Mons à Valenciennes et libère le périmètre Condé-Baudour-Audregnies-Noirchain. A partir de ce moment, la progression vers Mons commence. La date d'entrée sur le territoire montois est controversée : celle du 9 novembre est avancée par Emile Dony en 1918 mais, en 1968, Georges Licope - directeur du musée de la guerre à Mons-, écrit que le 9 novembre, les troupes britanniques et canadiennes sont à l'Ouest de Mons.587(*)Et ce ne serait que le 10 novembre, dès 23h, que des pelotons se faufilent dans l'agglomération montoise. Les combats font rage jusque 6h30, le 11, moment où le quartier général de l'armée canadienne apprend que les hostilités vont prendre fin le jour même. Une demi-heure plus tard, les soldats canadiens entrent triomphalement dans la ville.588(*)

Le but poursuivi était de reprendre Mons par les armes avant l'Armistice car la rumeur voulait que de nouvelles frontières suivraient celles de la ligne de front.

* 577ASCOLI D., The Mons star. The British Expeditionary Force 1914, Edinburgh, Birlinn, 1981, p. 28.

* 578ZUBER T., The Mons Myth : A Reassessment of the Battle, Stroud, History Press, 2010, p.167.

* 579JOURET A., 1914-1918, Autour des batailles de Mons, Gloucestershire, The History Press, 2012, p.13-14.

* 580DEMORY J.-C., Au Coeur de la Grande Guerre (1914-1918), Paris, Hachette, 2003, p. 64. ; ROLLAND J. et CHARPENTIER J., Histoire de la ville de Saint-Ghislain, Saint-Ghislain, Imprimerie O. Gandibleu Fils, 1930, p. 69 et 70.

* 581ARCHIVES DE L'ETAT À MONS, Archives de la ville de Mons, section contemporaine, n° 272. Dossier accompagnant la venue des Old Contemptibles en 1923.

* 582UMONS,Fonds Licope, 3.H n°10, Papier intitulé « The Great war... I was there ».

* 583UMONS,Fonds Licope, 3.H, n°9 Brochure commémorative du 60ème anniversaire de la bataille de Mons.

* 584La Bataille des Frontières : La bataille des frontières s'est déroulée entre le 10 et le 28 août 1914. Elle marque la prise de contact entre les troupes allemandes et les troupes alliées dans la toute première phase du conflit.

MANGIN P., A feu et à sang : août 1914, la bataille des frontières, Thionville, Fensch Vallée, 2008, p. 12.

* 585HANOTAUX G., Histoire illustrée de la guerre 1914, tome 3, Paris, Bordeaux, Gounouilhou, 1924, p.219-277 ; MANGIN P., A feu et à sang : août 1914, la bataille des frontières, Thionville, Fensch Vallée, 2008, p. 26 ; TERRAIN J., Mons: The Retreat to Victory, Hertfordshire, Wordsworth Editions, 2000, p.134 ; LOMAS D., Mons, 1914: The BEF's tactical triumph, Oxford, Osprey Publishing, 1997, p.98 ; ASCOLI D., The Mons star. The British Expeditionary Force 1914, Edinburgh, Birlinn, 1981, p. 76.

* 586UMONS,Fonds Licope, 3.I n°16, Papier intitulé « Battle of Nov 11th 18 »

* 587DONY E., La Bataille de Mons (9-11 novembre 1918) et la délivrance par la première armée britannique, Mons, Ed Léon Dequesne, 1918, p. 14-30; LICOPE G., « La libération de Mons le 11 novembre 1918 par le corps canadien », in Hainaut Tourisme, n°133, avril 1968, p. 65-70.

* 588 JOURET A., 1914-1918, Autour des batailles de Mons, Gloucestershire, The History Press, 2012, p. 113-120.

précédent sommaire suivant