WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Agrégats de mots sémantiquement cohérents issus d'un grand graphe de terrain


par Christian Belbèze
Université Toulouse 1 Capitole - Doctorat en informatique 2012
  

précédent sommaire suivant

II. L'observation d'internautes en recherche

d'informations

Deux protocoles d'observation sont définis : un pour l'observation des adultes, un autre concernant les enfants. Certains enfants étant très jeunes et sans expérience, un protocole spécifique, plus léger est préférable.

Le protocole des adultes

Il est composé de cinq recherches (deux libres et trois imposées) : Recherches imposées :

1 Un texte : les paroles de la chanson « All Blues »

2 La distance entre Toulouse et Rodez

3 Une partition de musique : la partition de l'hymne national roumain

Recherches libres : L'adulte doit fournir deux sujets sur lesquels il devra, autant que possible rechercher une réponse à une question ou un document dans un format particulier.

Le protocole des enfants

Le protocole des enfants est composé de deux recherches (une libre et une imposée) : Recherche imposée : La durée de vie d'un dauphin.

Recherche libre : L'enfant doit fournir un sujet de recherche sur lequel il devra, autant que possible, trouver une réponse à une question ou un document dans un format particulier.

Mesures

Pour chacune des observations des marqueurs sont choisis. Ces marqueurs ont essentiellement pour but de mesurer le sentiment global de l'utilisateur et de nous permettre de rattacher ce sentiment à des éléments mesurables. On recherche ainsi, par le typage des difficultés rencontrées et des comportements, à mieux comprendre quelles situations peuvent créer un sentiment d'échec ou de stress.

II. L'observation d'internautes en recherche d'informations 11

Avant-propos

Cinq valeurs sont mesurées pour toutes les observations.

Valeur mesurée pour chaque
recherche

Règles

Le temps complet de l'observation

Ce temps comptabilisera seulement le temps (format h : min : sec) de recherche effective pendant l'observation. Les temps de présentation de la recherche et d'auto-notation ne sont donc pas comptabilisés (En cas de dépassement notable (100%) du temps maximal donné par l'utilisateur, l'observateur lui propose de mettre un terme à la séance).

Le nombre de sites visités

On comptabilise le nombre de fois où l'internaute clique sur un lien dans le moteur de recherche ou clique sur un lien dans un site envoyant sur un autre site. Si le site à déjà été visité préalablement il est quand même comptabilisé.

Le nombre de requêtes

On comptabilise le nombre de fois où l'internaute envoie une requête au moteur de recherche. Les requêtes renvoyées plusieurs fois sont comptabilisées plusieurs fois.

Le nombre de pages consultées dans les moteurs de recherche

On comptabilise le nombre de fois où l'internaute demande à afficher les sites retournés par le moteur de recherche.

Si l'information, le document ou la réponse à la question recherchée ont été trouvés

Valeurs possibles :

? oui,

? certains éléments ++,

? certains éléments --,

? non.

Quatre marqueurs sont enregistrés pour chaque requête effectuée pendant l'observation.

Marqueurs enregistrés pour chaque
requête

Explication

Les mots clés utilisés

La requête est archivée à l'identique, les fautes d'orthographe et les caractères spéciaux sont conservés.

Le nombre de mots clés utilisés

Chaque mot est comptabilisé. Les expressions entre guillemets sont comptabilisées comme mots-clés.

Le nombre de sites « retournés »

On note le nombre de sites théoriques retournés par le moteur de recherche. C'est en fait le nombre de sites affiché comme le nombre de sites trouvés sur internet pour cette requête.

Le caractère multi-langue des mots clés utilisés

Si une requête contient des mots de langues différentes elle est notée comme une requête multi-langues.

Pour chacune des observations (résolues ou pas) le sujet s'exprimera sur 5 caractéristiques subjectives qu'il notera de 0 à 10 : 0 signifiant « très mauvais », 10 « excellent ».

Objet de l'auto-notation

Explication

Capacité à comprendre l'information

Ressenti sur la clarté des documents parcourus.

Intérêt des sites rencontrés

Ressenti sur la qualité informative des documents.

Longueur subjective de la recherche

Ressenti du temps passé sur Internet.

Ressenti général

Ressenti sur le plaisir éprouvé à surfer sur le Web.

En cas de blocage ou de découragement, si le temps maximum donné par l'utilisateur n'est pas dépassé, l'intervention d'une tierce personne est possible de façon à ne pas arrêter l'expérience. Ces interventions qui ont le plus souvent pour but de guider l'utilisateur (replacer un utilisateur dans un moteur de recherche, lui apprendre la notion de lien hyper texte, répondre à une question technique, ...) sont toutes notifiées.

II. L'observation d'internautes en recherche d'informations 12

Avant-propos

Résultats et exploitation

Les difficultés rencontrées par les utilisateurs se situent au niveau de chacune des tâches élémentaires qui composent la tâche globale de recherche d'information sur le Web. Ces difficultés sont principalement de quatre ordres :

? Trouver les mots-clés efficaces

? Faire un choix dans une liste longue et hétérogène

? Extraire de l'information des sites web proposés

? Gérer le temps (temps réel de recherche et de perception)

Ces difficultés sont détaillées dans les sections qui suivent.

Difficultés pour trouver des mots-clés efficaces

Avec un nombre moyen de 7 millions de sites Web trouvés par recherche, nous pouvons certifier que les 3,44 mots-clés employés dans les requêtes ne sont pas assez efficaces pour filtrer le Web. Les utilisateurs ont des difficultés pour employer davantage de mots-clés et pour choisir ces mots. Lorsqu'ils le font, cela devient même contre-productif : le taux de satisfaction décroît. Cet état de fait provient d'un problème de compétences des utilisateurs sur la nature même de la recherche. En effet, en général les utilisateurs ne connaissent pas assez le sujet pour enrichir la demande. Ceci provient également d'un mélange entre atonie et manque de compétence sur le fonctionnement du moteur de recherche. Le moteur de recherche est un outil avec lequel l'interaction est limitée. On l'interroge et comme par magie, la réponse est retournée. D'autre part, l'utilisateur ne manie pas de mots dans une langue inconnue, par exemple, pour rechercher de l'information sur la musique roumaine, personne n'a employé de mots-clés roumains (même si des outils de traduction étaient connus). Un seul des utilisateurs observés (Jean), a utilisé des mots de la chanson anglaise à retrouver. Bilingue, il a su mélanger le français et l'anglais. Ainsi on peut remarquer que l'utilisateur choisit les mots-clés de sa requête en fonction de sa connaissance du sujet et de sa connaissance du moteur de recherche utilisé. Il faut également prendre en considération que les mots-clés peuvent être mal orthographiés. De fait, les jeunes utilisent de plus en plus le langage SMS. On a pu observer lors des expérimentations que les enfants trouvaient (par erreur ?) l'information en formulant leurs requêtes en langage SMS.

Difficultés pour faire un choix dans une liste longue et hétérogène

La liste des informations retournées par un moteur de recherche en réponse à une requête comprend un certain nombre d'éléments. Avec Google, par exemple, comme le montre la figure AVP.1, chaque item de la liste retournée intègre :

? Le titre du site. Mais comme tous les sites n'ont pas un titre, dans ce cas, les moteurs, comme Google, utilisent d'autres métadonnées (metatags) telles que

II. L'observation d'internautes en recherche d'informations 13

Avant-propos

le titre de la page, l'auteur, l'URL,... pour construire une sorte de titre. De plus, lorsque ce titre est trop long, il est tronqué.

· Un extrait (« snippet »). Il s'agit en fait de bouts de phrases (quelques mots), entourant les mots-clés, extraits du site. L'extrait constitué en assemblant ces bouts de phrases n'a globalement pas de sens.

· L' URL (Uniform Resource Locator) de la page ou du site.

On peut facilement imaginer un débutant déstabilisé face à une telle liste. Par exemple, Annie, 70 ans, a soumis à Google la requête suivante « Natura 2000 marais de Gabarret » où « Natura 2000 » est une organisation écologiste française et Gabarret est un petit village français. Elle a obtenu la réponse suivante...

Figure AVP. 1 : Snippet et Information d'un site retourné par Google dans une liste de résultats.

Le titre est en anglais, l'extrait est en français et parle de la Tour Eiffel, l'URL est une adresse IP (Internet Protocol).

Difficultés pour extraire de l'information des sites web proposés

A partir d'une page HTML : il est difficile pour les utilisateurs d'extraire l'information présente dans la page. Tous les utilisateurs peuvent « rater » des informations sur une page. Ceci pour plusieurs raisons :

· ils cessent de lire la page avant que l'information « pertinente », ou du moins intéressante, ait été atteinte, la page leur paraît trop longue ;

· ils ne lisent que la partie affichée de la page (effet fenêtre) ;

· la page est trop chargée, comme par exemple par une présence excessive de publicité ;

· Ils confondent pages retournées et moteur de recherche. Ils utilisent une fonction de recherche sur un site (Quid, Amazon...) au lieu d'utiliser le moteur de recherche choisi ;

· ils « tournent en rond sur un document », le scénario est alors le suivant : l'utilisateur fait défiler un document, il trouve un lien qui pointe en réalité sur ce même document clique et recommence l'opération (cela peut se produite quatre ou cinq fois sans que l'utilisateur ne remarque que le document parcouru est toujours le même) ;

II. L'observation d'internautes en recherche d'informations 14

Avant-propos

? ils cessent de lire si la page ou une partie de cette page est dans une langue inconnue.

À partir d'un fichier : l'information à extraire peut se trouver dans un fichier et non dans une page Web. Il faut alors savoir exploiter ce fichier, qu'il s'agisse d'une image (comme pour les partitions musicales par exemple) ou de tout autre type de fichier. Par exemple, Jean recherchait une partition de musique ; il a trouvé un fichier MIDI (son). Mais il ne savait pas qu'il était possible d'extraire la partition à partir d'un fichier MIDI (Musical Instrument Digital Interface) et a abandonné déçu.

Difficultés pour gérer le temps de recherche et sa perception

La majorité des utilisateurs a déclaré que le temps passé sur une recherche n'excédait pas 15 minutes. Or il se trouve que le temps moyen calculé pour une recherche, est de 18 minutes et 45 secondes. De plus, 50% des recherches ont largement dépassé les 15 minutes (Annie cherchera 1 heure 5 minutes et 30 secondes la partition de l'hymne national roumain). Si le temps consacré à la recherche est moins important que le succès ou l'échec dans l'attribution de la note générale moyenne, au-delà de 15 minutes, l'appréciation fait systématiquement apparaître une certaine déception (seulement 5,5/10).

précédent sommaire suivant