WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Agrégats de mots sémantiquement cohérents issus d'un grand graphe de terrain


par Christian Belbèze
Université Toulouse 1 Capitole - Doctorat en informatique 2012
  

précédent sommaire suivant

Conclusion sur les observations

Les utilisateurs d'Internet sont déçus par le processus de recherche d'informations. Ils ont des difficultés pour trouver les mots-clés efficaces, pour utiliser un moteur de recherche et pour extraire l'information pertinente à partir de la liste restituée, comme à partir des sites eux-mêmes. Au regard des observations, des questions et des difficultés des internautes, il apparaît que :

? le choix des mots-clés dans un référentiel sémantique ne semble pas suffisant pour retourner un nombre raisonnable de sites et pour garantir un ordonnancement lié à ce champ sémantique ;

? les internautes ne savent pas formuler des requêtes dans des langues étrangères, et lorsque les informations retournées sont dans une langue qui leur est inconnue, ils se considèrent en situation d'échec ;

? les internautes ne comprennent pas forcément les textes retournés par les moteurs de recherche ;

? les formats des informations ou des fichiers retournés ne leur permettent pas toujours d'extraire ni d'exploiter l'information pertinente.

Ce qui frappe l'observateur d'internautes en situation de recherche d'informations est évidemment le besoin de réponses à une multitude de questions posées par la recherche elle-même, par les outils et leurs usages. La méconnaissance de la structure du réseau Internet est

Avant-propos

elle aussi un élément qui transforme Internet et ses outils en un environnement mystérieux et donc ressenti comme potentiellement dangereux.

Les moteurs de recherche sont des outils qui ne guident pas l'internaute. En fonction de sa connaissance des mécanismes de ces moteurs et de ses propres compétences (à la fois sur le sujet recherché et sur le format de l'information), l'internaute fournit un référentiel de mots clés qui lui est propre, le plus souvent différent de celui (ou de ceux) utilisé(s) par les auteurs des informations. Dans une requête sans résultat, par exemple, un internaute aguerri et parlant anglais va rapidement élargir sa recherche par l'usage de mots clés dans cette langue. Mais cela est rare dans un contexte grand public.

Les internautes sont confrontés aux limites de leurs compétences. Les questions qui doivent être exprimées en utilisant un vocabulaire spécifique au domaine de recherche ou une langue appropriée restent sans réponse. Le vocabulaire est donc une des clés. Mais comment trouver les mots quand précisément ce sont eux qui permettent de trouver les documents qui contiennent ces mots ?

De plus quand les questions sont complexes ou relatives à l'usage du moteur de recherche ou qu'elles se posent dans un domaine où les concepts de bases ne sont pas connus l'internaute interpelle l'observateur.

Dans la liste ci-dessous, nous présentons quelques situations où précisément, les internautes en recherche d'informations sont confrontés à des difficultés d'usage, de compréhension ou de situations appelant à un dialogue.

II. L'observation d'internautes en recherche d'informations 15

Annie pendant une recherche se demande soudain « Comment savoir quelle crédibilité je peux donner à ces informations ? ». http://www.mysissi.com/anniemarais.wmv

Georges dit, qu'il n'arrive pas à taper en anglais. À la question « C'est anxiogène, Georges ? », la réponse est immédiate "Oui ! je tape des mots que je ne comprends pas, je ne comprends pas les réponses et je ne comprends pas comment marche le système. » http://www.mysissi.com/georgesallblues.wmv

Marie est gênée par toute la codification. Elle essaie de cliquer sur tous les mots dans la page. Je devrai par la suite, lui expliquer la notion de lien hypertexte.

http://www.mysissi.com/marieallblues.wmv

Jean n'arrive pas à utiliser des mots en roumain, il revient plusieurs fois sur le même site exactement comme Georges notre débutant. L'expert de 16 ans a le même comportement que le débutant de 49 ans.

http://www.mysissi.com/jeanhymneroumain media/jeanhymneroumain.wmv

Yasmina, après avoir écouté une chanson et en avoir noté quelques paroles, recherche le texte complet sur Internet. Elle n'a jamais utilisé les mots notés pendant l'écoute comme mots-clés dans le moteur de recherche : « Je ne pensais pas que ce soit possible ». http://www.mysissi.com/yasminaprez media/yasminaprez.wmv

II. L'observation d'internautes en recherche d'informations 16

Avant-propos

 

Lou est perdue à la lecture des sites retournés par Google.

http://www.mysissi.com/loulilymedia\loulily.wmv

Guillaume recherche un clip vidéo en sachant que c'est une chanson très populaire. Il utilise des mots clés comme "mini clip" sans savoir vraiment pourquoi : « Une fois ça a marché ! ». Guillaume va battre le record du nombre de sites retournés avec 230 millions de sites pour la requête « clip vidéo ». Il va finir par trouver ce qu'il cherchait dans une publicité.

http://www.mysissi.com/guillaumepakitomedia/guillaumepakito.wmv

Paul a beaucoup de mal pour retrouver une information dans les pages trop riches. Paul se perd aussi dans le moteur de recherche interne à un site. En fait, il a le réflexe de taper des mots clés dès qu'il voit un champ « recherche ».

http://www.mysissi.com/pauldauphinmedia/pauldauphin.wmv

Céline utilise comme tous les autres enfants de l'observation des requêtes en langage « naturel » : « combien de temps vit un dauphin ? » (sic) ou encore « un dauphin vit-il longtemps? ». Elle va même jusqu'à taper le point d'interrogation. http://www.mysissi.com/celinedauphin media/celinedauphin.wmv

 

Le lecteur peut avoir à priori le sentiment que seuls les débutants ou les gens d'un certain âge vont se trouver en proie à des difficultés. Il n'en est rien et des internautes ayant 50 ans de différence peuvent rencontrer les mêmes problèmes. Par exemple, Annie, une débutante âgée de 70 ans et Yasmina, une utilisatrice confirmée de 20 ans, vont se retrouver confrontées aux mêmes troubles dans le repérage. Jean, notre expert de 16 ans, va « bloquer » sur l'usage d'une langue inconnue (alors qu'il manipule les outils de traduction sans problème) exactement comme Georges. Ce dernier utilise un moteur de recherche pour la première fois dans cette observation et il a 49 ans.

Comment s'approprier l'information ?

Trouver une information est donc parfois facile, parfois difficile. Le vrai problème réside dans l'appropriation de l'information qui nécessite une phase d'échange et de confrontation. Or, les recherches se font le plus souvent dans une totale solitude. La question d'Annie « Comment savoir quelle crédibilité je peux donner à ces informations ? » restera sans réponse à moins de rompre l'isolement.

Si l'information est le plus souvent immédiatement disponible il n'en est pas de même pour la rencontre et l'échange avec d'autres internautes concernés par le même sujet. Nous avons choisi de nommer cette difficulté : « la solitude du chercheur d'informations ». Les vidéos et les conclusions de ce travail d'observation sont disponibles sur le site http://www.mysissi.com. Ces travaux sont également présentés dans l'article [Belbeze&al-2007-3].

III. Pourquoi briser la solitude du chercheur d'informations ? 17

Avant-propos

précédent sommaire suivant