WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Interactions et ancrage territorial des industries créatives: le cas de la Belle-de-Mai à  Marseille


par hélène sEVERIN
Université Aix-Marseille - Master 2 géographie du développement 2015
  

précédent sommaire suivant

c) Le modèle de la SiliconValley

La SiliconValley est un exemple notamment repris par PORTER pour documenter son concept. Situé au Sud de San Francisco, cet espace se réparti sur quinze kilomètres de large et cinq de long. Elle se trouve entre Palo Alto et San José dans Santa Clara County. Santa Clara County était une zone agricole depuis la fin du XVIIIème siècle. L'université de Stanford y a été créée en 1885. Son rôle dans le développement de la « SiliconValley » a été primordial. Son ascension a favorisé le développement de l'industrie de la microélectronique et en retour la SiliconValley a contribué à la reconnaissance de cette université. C'est dans la période d'après guerre que le territoire connaît des politiques militaires pour mieux communiquer, plus vite et de manière plus sûre. Et c'est grâce au développement de l'électronique mais aussi de la radio que la SiliconValley a pu se développer.

Le professeur Fred TERMANN est l'homme visionnaire de la SiliconValley. Il crée le StanfordResearch Institute pour permettre aux étudiants de trouver un travail directement à la SiliconValley au lieu de s'exiler et aussi pour fournir aux salariés des entreprises des formations spécifiques en nouvelles technologies. Il va fortement contribuer à la culture entrepreneuriale de la vallée : les étudiants sont stimulés par l'enseignement des créateurs d'entreprises pour eux-mêmes en créer de nouvelles.

Carte 1 : les industries créatives de la Silicon Valley

Source : https://impulsion2point0.wordpress.com/2010/11/08/credo-of-silicon-valley/

Le milieu est donc aujourd'hui particulièrement créatif, partagé entre l'enseignement avec l'université de Stanford et de Berkeley et les valeurs de solidarité collective que l'on retrouve à San Francisco. Il y a une dynamique de partenariat et de mobilité de carrière qui s'est mise en place sur le territoire. C'est notamment lié au fait que la recherche académique et la production se complètent. L'échec est aussi totalement accepté. Selon la mentalité américaine, un entrepreneur qui échoue est une personne qui a su tirer des leçons d'une expérience et qui a acquis maturité et persévérance. Ensuite, les entreprises de la SiliconValley se doivent d'être coopératives et en compétition, c'est d'ailleurs l'un des principes du cluster. Les réseaux sociaux qui se forment permettent le partage de connaissances, des échanges, et à terme, des partenariats. La SiliconValley est aussi un modèle puisqu'elle a toujours su s'adapter aux crises auxquelles elle a du faire face. Le fait qu'elle concentre des entreprises innovantes en fait un écosystème fortement instable (crise, cycles, dépressions, etc.). Finalement, ce qui fait le succès de la SiliconValley, c'est son adaptabilité qui est autant un atout qu'une nécessité (FERRARY M., 2008).

précédent sommaire suivant