WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Interactions et ancrage territorial des industries créatives: le cas de la Belle-de-Mai à  Marseille


par hélène sEVERIN
Université Aix-Marseille - Master 2 géographie du développement 2015
  

précédent sommaire suivant

Chapitre 2 : analyse des discours des acteurs

Quels sont les liens au sein des pôles ? Quelles sont les interactions entre les 3 pôles ? Quels projets existent pour mettre en place ces interactions ? Est-ce que l'ambition de la synergie est partagée par tous ? Toutes ces questions sont celles que nous avons posées aux acteurs publics, associatifs et privés du Pôle de la Belle-de-Mai. Leurs réponses vont notamment nous permettre d'appréhender la réalité est d'assimiler - ou non - l'ensemble à un cluster créatif.

1. Une « synergie » au sein des pôles ?

a) Interactions au Pôle Patrimoine

L'ensemble du Pôle Patrimoine, sous-entendu le CICRP, l'INA, le Fond Communal d'Art Contemporain, les réserves des musées de la ville de Marseille et les Archives Municipales, est géré par l'État et la ville de Marseille. A ces 4 structures vient s'ajouter le Centre de Conservation et de Ressources du MuCEM (CCR, aussi appelé Réserves du MuCEM) qui est présent sur le site de la Belle-de-Mai seulement depuis 2012. Contrairement à la Friche ou au Pôle Média où les acteurs sont associatifs et/ou privés, la mise en synergie du Pôle Patrimoine est facilitée par cette proximité cognitive et institutionnelle entre les structures.

Roland MAY, directeur du CICRP, que nous avons rencontré le 23 avril 2015, nous a confié que son centre a déjà été sollicité par les réserves des musées et les archives. Le CICRP entretient d'ailleurs des liens forts avec les Archives Municipales puisqu'il dispose d'une grande salle de conférence de 250 places. Ils y ont d'ailleurs organisé en 2011 et 2013 des journées d'étude et des colloques. Il entretienne également des relations avec les réserves du MUCEM. Néanmoins, il n'y a pas de lien avec l'INA - qui n'a d'ailleurs de lien avec personne. L'INA organisait auparavant des projections, mais depuis 5 ans ce n'est plus le cas. M.MAY nous confie d'ailleurs qu'ils n'ont pas « les mêmes finalités professionnelles ».

Dominique SAMANNI57(*), régisseur des collections et responsable des réserves des musées de Marseille (nom communément donné à la Conservation du Patrimoine des Musées), nous confie elle aussi n'avoir aucun lien avec l'INA. Elle confirme, par contre, avoir des partenariats avec le CICRP, les Archives Municipales et le Fond Communal d'Art Contemporain.

Emilie GERARD, conservatrice et directrice des réserves du MuCEM nous a accueilli dans ces locaux le 07 mai 2015. Au même titre que les précédents entretiens, nous lui avons demandé quels sont les partenariats que les réserves entretiennent avec les autres structures du Pôle Patrimoine. Il existe un partenariat avec le CICRP qui était jusqu'alors informel et qui est devenu formel par une convention. Avec les Archives Municipales, ils entretiennent des liens plutôt informels sur les mêmes types d'événements comme lesjournées du patrimoine.Les liens existent plus au dans l'aspect événementiel mais pas tellement sur des financements, puisque les structures du pôle sont différentes ; sauf le CICRP avec qui les réserves ont un partenariat de compétence autre qu'événementiel. Bien qu'il n'y ait pas de convention, sur des événements comme la fête de la mémoire qui a réuni le CICRP, l'INA, la Friche et les Archives Municipales, chacun a sa « valeur ajouté ». Emilie GERARD classifie enfin les partenariats qu'ils ont avec l'ensemble du Pôle Belle-de-Mai avec en première position le CICRP puis la Friche et enfin les Archives municipales.

Boris GAUBERT des Archives Municipales nous explique quant à lui, lors d'un entretien téléphonique, avoir des relations avec le CICRP et de temps en temps avec l'INA.

Enfin, concernant l'INA Méditerranée, nous n'avons malheureusement pas pu rencontrer de personnes pour répondre à notre demande.

Dans le cas présent, la proximité géographique entre les structures a permis la mise en place de partenariats. Ces partenariats peuvent être informels comme pour des événements ponctuels ou bien formels comme c'est le cas entre le CICRP et les réserves du MUCEM. La proximité organisée s'établit donc par le biais de contrat institutionnel. Finalement, nous pouvons supposer que le Pôle Patrimoine pourrait s'apparenter à un cluster qui réunit des industries culturelles travaillant en synergie autour d'un projet commun : la conservation du patrimoine. En effet, les industries culturelles du Pôle sont toutes issues du secteur public et sont gérées par les collectivités et/ou l'État. Bien que l'INA reste très légèrement éloignée du caractère synergique, l'ensemble semble tout de même fonctionner d'une manière très collaborative. La mission de l'INA étant la concertation des fonds régionaux, son secteur d'activité semble finalement plutôt de l'ordre du média et de l'audiovisuel, au même titre que le Pôle Média.

* 57 Entretien avec Dominique SAMANNI, réalisé le 24 avril 2015

précédent sommaire suivant







Rassembler les contraires c est creer l harmonie