WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Interactions et ancrage territorial des industries créatives: le cas de la Belle-de-Mai à  Marseille


par hélène sEVERIN
Université Aix-Marseille - Master 2 géographie du développement 2015
  

précédent sommaire suivant

b) Interactions au Pôle Média

Le Pôle Média de la Belle-de-Mai réunit des industries de l'image, du son et du multimédia dans un espace de 30 000 m². Bien que ces entreprises semblent cognitivement associables, qu'en est-il de la réalité ?

Fabien PIERRE-NICOLAS de la société NOVIWARE, confie dans un entretien publié sur le site du Pôle Média, que « le Pôle essaie de trouver des synergies entre les entreprises afin de faire naître des projets à forte valeur ajoutée pour chaque partenaire. »Le Pôle Média est donc un outil de développement de projet commun, où le travailler ensemble sera plus bénéfique que le travailler séparément. Un des principes fort du cluster en temps qu'éco-systéme favorable aux industries créatives et le principe de concurrence-coopération.

Lorsque la question du choix du site de la Belle-de-Mai est posée à Grégory COLPART, Société EVOLIX, la réponse est « incontestablement la dynamique du site : le côtoiement facile des entreprises entre elles, qu'elles soient en incubateur, pépinière ou déjà constituées, l'échange des expériences... ». Selon Pierre GARBEY de Citivox,c'est « le fait d'être entouré d'entreprises spécialisées dans le numérique, le multimédia ou l'innovation, qui ont fait la différence. C'est cette synergie qui est le point intéressant du Pôle, véritable carrefour d'échanges.»58(*). Lors de notre entretien avec Céline SOULIERS, directrice de l'incubateur, celle-ci précise que l'incubateur a deux partenariats couverts par une convention, un avec le cluster PRIMI et un avec la pépinière Marseille Innovation. Ils travaillent également avec des entreprises comme Data-Observer et Galoo. Mais les partenariats conventionnels restent des partenariats entre des structures avec les mêmes objectifs : développer des projets pour qu'ils deviennent des entreprises. Pour Nathalie AVERSENQ59(*), responsable du projet Pôle Média, la « synergie professionnelle » fait la force du Pôle Média. C'est un « immeuble d'entreprises qui vit sa vie » et « c'est aussi une adresse qui fait envie ».

Bien que la synergie soit la principale cause du choix des entreprises du Pôle Média comme lieu d'installation, ce n'est pas le cas de toutes. On peut alors se poser la question de la taille critique et de la culture du secret d'entreprise - qui correspond à une structure où il y a suffisamment d'entreprises qui ont le même but et qui coopèrent ensemble-. Cela suppose donc un effectif conséquent. Mais est-ce le cas du Pôle Média ?

Bien que beaucoup d'entreprises appartiennent à des secteurs du multimédia et de l'audiovisuel, d'autres n'en font pas partie.EGENCIA est une entreprise de voyages d'affaires, la 5ème au niveau mondial et la 3ème en France, et elle n'a pas choisit la Belle-de-Mai pour ces collaborations. Cette entreprise de 200 salariés sort en effet du contexte « industries créatives » dans lequel le Pôle Média s'est installé. Selon Abdelkarim DJOUHRI, « le Pôle Média s'est montré très réactif pour mettre à disposition des infrastructures adaptées avec une surface et un loyer attractifs. »60(*). C'est donc les prix très attractifs du lieu qui prônent sur l'installation de l'entreprise. D'autres entreprises comme France Télévision ou TelFrance ne sont sans doute pas non plus à la Belle-de-Mai pour les interactions. Ce sont des structures très fermées qui n'entretiennent pas de lien avec les entreprises environnantes.

Il existe aujourd'hui de nouveaux modèles où on utilise les règles du jeu du spectacle. On a un metteur en scène qui partage ses idées avec des acteurs et met ces acteurs en liens avec d'autres. Chacun travail l'un pour l'autre. Mais à la Belle-de-Mai, il y a une liberté des entreprises à venir au Pôle Média, on n'a pas à faire à un manager, un organisateur. Concernant ce nouveau modèle, les locaux sont loués et donc les entreprises ne choisissent pas de venir, c'est le promoteur qui décide qui vient. Et donc, par extension, ce sont les meilleurs de la créativité qui viennent. C'est par exemple le cas de l'incubateur où les entreprises qui sont installées sont choisies par MPM qui est instructeur des dossiers. Finalement, de notre point de vue, le but au Pôle Média est de faire de l'argent, de créer de l'emploi, et pas forcement de créer de l'échange.

* 58http://www.mediaterranee.com/0122012-marseille-le-pôle-media-de-la-belle-de-mai-abrite-bien-des-talents.html#sthash.Ws83YjJv.dpuf, consulté le 10 mai 2015

* 59 Entretien avec Nathalie AVERSENQ, chef de projet Pôle Média, réalisé le 20 mai 2015

* 60 http://www.pôlemedia-laFriche.com/content/cest-vous-qui-le-dîtes-1, consulté le 25 juin 2015

précédent sommaire suivant







Rassembler les contraires c est creer l harmonie