WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

La méditation de la pleine conscience : outil pédagogique et soutien aux apprentissage ?


par Ronan LE JONCOUR
Université De Provence UFR de Psychologie - Master Recherche 2 2011
  

précédent sommaire suivant

Rapport à l'UNESCO 1972 : Apprendre à Être - Edgar Faure

Rappelons que ce rapport fut déclenché en 1971 sur la commande dePierre MAHEU alors président du conseil et qu'il faisait suite aux évènements de MAI 1968. Edgar FAURE ancien Président du conseil et ancien ministre de l'éducation en fût chargé.

A lui seul le titre de ce rapport évoque la richesse du contenu, l'étendue et la profondeur des sujets abordés. L'intégralité du rapport a donné lieu à la publication d'un livre de plus de 300 pages. Nous avons souhaité reproduire quelques lignes.

« Il s'agit non plus d'acquérir, de façon ponctuelle, des connaissances définitives, mais de se préparer à élaborer, tout au long de sa vie, un savoir en constante évolution et d'apprendre à être. (...) Le développement a pour objet l'épanouissement complet de l'homme dans toute sa richesse et dans la complexité de ses expressions et de ses engagements : individu, membre d'une famille et d'une collectivité, citoyen et producteur, inventeur de techniques et producteur de rêves". Ce développement de l'être humain, va de la naissance à la fin de la vie est un processus dialectique qui commence par la connaissance de soi pour s'ouvrir ensuite au rapport à autrui. En ce sens, l'éducation est avant tout un voyage intérieur, dont les étapes correspondent à celles de la maturation continue de la personnalité. Supposant une expérience professionnelle réussie, l'éducation comme moyen d'un tel accomplissement est donc à la fois un processus très individualisé et une construction sociale interactive. ( ... ) Il faut penser au plan d'une cité éducative. (...)

Notre dernier postulat, c'est que l'éducation, pour former cet homme complet dont l'avènement devient plus nécessaire à mesure que des contraintes toujours plus dures écartèlent et atomisent davantage chaque être, ne peut être que globale et permanente. Il s'agit non plus d'acquérir, de façon ponctuelle, des connaissances définitives, mais de se préparer à élaborer, tout au long de la vie, un savoir en constante évolution et d'apprendre à être. » (...)

« Dans les sociétés primitives, l'éducation était multiple et continue. Elle portait tout ensemble sur le caractère, les aptitudes, les compétences, la conduite, les qualités morales du sujet, qui s'éduquait lui-même, en symbiose, plus qu'il n'était éduqué. Vie familiale ou vie de clan, travaux ou jeux, rites, cérémonies -tout était, au fil des jours, occasion de s'instruire: des soins maternels aux leçons du père chasseur, de l'observation des saisons à celle des animaux familiers, des récits des anciens aux incantations du chaman... Ces modalités non formelles, non institutionnalisées d'apprentissage ont prévalu jusqu'à nos jours dans de vastes régions du monde, où elles constituent encore le seul mode d'éducation offert à des millions d'êtres. Au demeurant, il n'en va pas aussi différemment qu'il ne semble, à première vue, dans les sociétés scolarisées contemporaines, tant il est vrai que c'esttoujours de son milieu, de sa famille, de sa société, que l'enfant -et l'adulte- reçoit et tire directement, existentiellement, une grande partie de son éducation; acquis d'autant plus important qu'il conditionne la réceptivité à l'enseignement scolaire, lequel fournit en retour àl'enseigné la «grille» qui permet à celui-ci d'ordonner et de conceptualiser les connaissances qu'il tire de son milieu. »

précédent sommaire suivant