WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

La méditation de la pleine conscience : outil pédagogique et soutien aux apprentissage ?


par Ronan LE JONCOUR
Université De Provence UFR de Psychologie - Master Recherche 2 2011
  

précédent sommaire suivant

3.2. Les origines du Yoga

Il est difficile de situer l'origine des techniques de yoga. Au dire de certains il s'agirait d'une technique chamanique mystique. A ce sujet nous nous rapprochons de la critique formulée par Jean FILLIOZAT dans un article de 1946 paru dans la Revue Philosophique « Les origines d'une technique mystique indienne ».

Avec une méthode simple et scientifique, en replaçant les idées yoguiques dans leur contexte culturel indien, Jean FILLIOZATcritique la théorie de l'origine chamanique du Yoga comme toutes les théories d'origine pré-aryenne ou les rapprochements avec des pratiques extatiques « sauvages » de peuples non civilisés :

« Le Yoga est une discipline qui arrête l'activité psychique liée aux accidents extérieurs et permet ainsi une maîtrise plus grande par le sujet de son bagage psychique, et dans son rôle second il « enseigne la distinction entre l'essence éternelle de l'âme et sa gangue personnelle d'éléments psychiques inconscients, jusqu'à assurer son isolement qui constitue la libération ». Ceci est conçu dans le cadre de la représentation indienne du psychisme et de la physiologie du corps humain. L'Inde a reconnu très tôt le rôle de l'inconscient qu'est le bagage des samskâra. Elle a conçu le vent, vent cosmique ou souffle intérieur au corps, comme la cause de toute activité organique, physiologique et psychique. Elle rapportait au souffle tout ce que l'on rapporte au système nerveux. Les techniques de lavage intérieur du Yoga se comprennent comme visant à assurer la liberté de circulation du souffle, les accidents psychiques à éviter étant censés être dus à des engorgements des conduits. Le Yoga se comprend, s'éclaire ainsi, par les doctrines médicales que d'ailleurs il a prolongées et développées lui-même au cours de l'histoire. »

Par ailleurs, dans son ouvrage « techniques du Yoga », Mircea ELIADE met en évidence le fait que « l'histoire du yoga coïncide à peu près avec celle de la spiritualité indienne », et que, « loin de former l'apanage d'une école philosophique ou d'une secte magico-religieuse, ses techniques ont été adoptées et utilisées par toutes les gnoses et sotériologies ».

3.3. Notions générales

Nous aurons à plusieurs reprises, l'occasion de faire remarquer combien l'esprit du yoga est loin de tout subjectivisme à base de masturbation mentale ; bien au contraire « certaines de ses particularités mettent en relief un aspect souvent négligé de la mystique indienne, à savoir la volonté de conquête du réel ». Le professeur MASSON OURSELa depuis longtemps souligné que l 'Inde ne connaît pas seulement, comme cela avait paru longtemps un dogme, une libération négative, mais encore une liberté de signe positif.

Autrement dit, il s'agit de visées objectives et désaliénantes.

Nous ne nous attarderons pas sur les doctrines qui sous-tendent, informent ou utilisent les techniques, lesquelles n'ont aucun intérêt dans le champ de notre recherche.

Le but du yoga, est conformément à ses idées métaphysiques, d'abolir les deux premières catégories d'expériences (cf Point de vue Philosophique - Patanjali, ci-dessus) issues respectivement de l'erreur « logique » et de l'erreur « métaphysique » et de les remplacer par une expérience « enstatique », supra-sensorielle. A ce niveau la souffrance dramatique de la condition humaine serait définitivement dépassée.

Pour les maîtres traditionnels, on ne peut atteindre le but sans une action faite d'une série d'exercices qui demandent à être réalisés successivement, sans hâte, sans impatience, sans exagération du désir, sans passion, sans visée ambitieuse.

L'existence humaine est une actualisation sans arrêt de l'inconscient (« vasanas ») au moyen des « expériences » constituant le flux de la vie psychomentale, c'est l'inconscient qui est le principal responsable des « tourbillons » qui animent toutes les expériences de niveau inférieur. C'est cet inconscient qui détermine l'existence des différences interindividuelles et des variations ou conflits intra-individuels.

Tous ces tourbillons, ces apparitions et disparitions d'états psycho-mentaux dont l'origine profonde est à situer au niveau des potentialités de l'inconscient, trahissent profondément, le refus de soi-même et du monde, dans la relation qu'il a avec soi-même, la soif de cesser d'être ce que l'on est.

Notions et Parallèle avec la Psychologie Freudienne

Nous avons rendu le terme « vasanas » par potentialité inconsciente, ce qui introduit une ressemblance avec les théories psychanalytiques, ressemblance qui est réelle mais ne va pas jusqu'à l'identité de conception. En effet "  à la différence de la psychanalyse freudienne, le yoga ne voit pas dans l'inconscient, la seule libido, mais l'ensemble des désirs d'autosatisfaction, de multiplication. Il est à la fois la matrice et le réceptacle de tous les actes, gestes et intentions « égotéliques » (Kunkel - 1996), dominées par la « soif du fruit » (phalatrashna). Toujours à la différence de la psychanalyse, le yoga croit que les potentialités inconscientes peuvent être dominées, et comme « conquises » par l'ascèse et la technique d'unification des états de conscience qu'il préconise.

précédent sommaire suivant