WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

La méditation de la pleine conscience : outil pédagogique et soutien aux apprentissage ?


par Ronan LE JONCOUR
Université De Provence UFR de Psychologie - Master Recherche 2 2011
  

précédent sommaire suivant

3.4. Les différents Yoga, chemin de la Maîtrise de Soi

Le terme généraliste de yoga contient en lui plusieurs formes d'exercices qui font appels à la psyché et au corps. La technique yoguique complète, comprend donc un certain nombre de pratiques qui font appelles autant à la psyché qu'au corps (soma) et que l'on peut diviser en 8 catégories :

1) - Les réfrènements ou Yama

Le verbe sanskrit "yam" signifie "tenir en main, contenir, soutenir, porter réfréner, maîtriser, mettre en ordre

a) « Satyam » véracité

b) « Asteya » honnêteté

c) « Aparigraha » détachement des biens ou contentement

d) « Brahmacharya » modération ou déracinement de toute tendance proprement génitale

e) « Ahimsa » Non violence

L'Ahimsa est à la base d'une attitude politique, celle de GANDHI ou du pasteur MartinLUTHERKING. Ses méthodes élèvent l'humanité, à la fois ceux qui les mettent en pratiquent et ceux auxquels ils ont à s'opposer et qui finissent par abandonner leurs tyrannies sinon leur soif aveugle du pouvoir.

Promouvoir l'Ahimsa, c'est aussi modifier les conditions qui mènent les individus ou les groupes à la violence : par exemple les fraudes et corruptions de toutes sortes, la valorisation absurde de richesses sans limites aux mains d'individus ignorants et superficiels, les guerres menées sous les auspices d'un idéalisme infernal ou d'un réalisme illusoire, la négligence des générations futures, etc.

Un système économique sans régulation appropriée engendre la violence directement, tant il est vrai que la guerre devient le moyen ultime de faire triompher son mauvais droit. Un tel système engendre aussi la violence par la pauvreté qu'il concentre en des lieux concentrationnaires où sont bannis certains citoyens; le feu aux banlieues est une forme de jacquerie annonciatrice de plus graves affrontements.

La dissolution des moeurs se pare des couleurs de la liberté : a-t-on mesuré l'impact délétère des films, vidéos ou produits multimédia sexuellement "hard" sur les enfants qui les contemplent en dépit des mises en garde hypocrites. Comment s'étonner des viols dans les caves, des enfants sans pudeur, des adultes sans vergogne, des parents sans retenue lorsqu'on prône le sexe déshumanisé qui étale la prostitution aux étranges lucarnes de tant de foyers. Au prétexte qu'il y aurait quelque intégrisme à interdire leur diffusion à l'écran.

L'excès du chômage, l'entassement des citoyens dans des clapiers à étages, le durcissement des frontières, la culture des rendements à tout prix sur le plan industriel comme agricole nous promettent des lendemains qui déchantent après les bonnes intentions du progrès jusqu'au ciel.

Ces réfrènements résument les moyens d'être libre et plus heureux. Le respect des 5 yamas permet à l'homme d'être dans Sa vérité. Voici ce qu'en dit AURIOL (1970) :

" La notion d'ahimsa est à la base de la résistance non violente de Gandhi et a été imprudemment traduite par « amour ». Ahimsa veut dire littéralement « non-meurtre ». Pour le yogin ce terme finit par signifier « ne pas faire de peine » même « ne pas vouloir de peine à qui que ce soit ». Vivekananda précise : « avant tout ne pas nuire en pensée. Le vrai critère d 'Ahimsa est donc absence d'envie dans le corps. Nous savons d'après Freud que toute jalousie est interprétée dans l'inconscient comme un désir de prendre la place de... Prendre la place de quelqu'un équivaut à le tuer. Seule l'expérience psychanalytique expliquera les dérivés d'« Ahimsa » et comment non-meurtre devient absence d'envie. Le non-meurtre étant de règle, en sa présence cessent toutes inimités. Toute pensée de haine que vous pouvez avoir, précise Vivekananda, serait-ce au fond d'une caverne, s'emmagasine et retombera un jour sur vous avec une énorme puissance, sous la forme de quelque souffrance ici-bas. Si vous projetez de la haine et de la jalousie, elles vous reviendront avec intérêts composés. Nul pouvoir ne peut vous les faire éluder. Une fois que vous les avez mises en mouvement, il vous faut en supporter les conséquences. Cette affirmation qui parait d'ordre magique correspond à une profonde vérité psychologique. La psychanalyse a redécouvert comment le mécanisme d'autopunition joue quelques fois très longtemps après la faute réelle ou imaginaire. La fuite dans la maladie dans l'accident ou l'échec nous a livré ses secrets.

Or ce n'est pas l'acte qui détermine la névrose, mais bien la pensée refoulée. Ici le Yoga est tout à fait d'accord avec la psychanalyse.

Tous les refrènements ont pour but de parfaire l'Ahimsa ou non-violence et trouvent en elle leur justification.

précédent sommaire suivant