WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

La méditation de la pleine conscience : outil pédagogique et soutien aux apprentissage ?


par Ronan LE JONCOUR
Université De Provence UFR de Psychologie - Master Recherche 2 2011
  

précédent sommaire suivant

2)- Les Niyamas ou disciplines

a) propreté (çauca) - ablutions, purgations etc.

b) sérénité (samtosha) - non amplification des nécessités de l'existence.

c) ascèse (tapas) - acceptation des " contraires " (chaud et froid, envie de rester debout et assis), silence verbal et mimique.

Notons que cet ensemble de renoncements entraîne, pour Patanjali, comme pour François d'Assise, l'abondance des possibilités auxquelles on renonce et leur possible utilisation sans esclavage à leur égard.

3)- les postures (asanas) :

Ce n'estqu'iciqu'on peut réellement parler de yoga, au sens étroit du terme. En principe l'asana ne s'apprend que d'un maître ou " guru " et non par des descriptions dessins ou photographies. Ce qui, de toute façon est important, c'est le fait que l'asana donne une stabilité rigide au corps et en même temps, réduit l'effort physique au minimum. Il ne peut être considéré comme acquis, que dans la mesure où il est devenu, à force d'exercice, stable et agréable. Au début, l'asana est incommode voire insupportable ou impossible dans sa perfection. L'entraînement réduit progressivement l'effort, la douleur qui devient finalement tout à fait négligeable. La concentration ne sera évidemment favorisée que dans la mesure où l'asana sera devenu tout à fait naturel et indolore. Vachaspati écrit : " celui qui pratique l'asana devra user d'un effort qui consiste à supprimer des efforts corporels naturels. Autrement la posture restera irréalisable ". Autrement dit l'asana pratiqué pour la première fois induit un certain nombre de contractures inutiles à sa réalisation et nuisibles pour autant que ce sont surtout elles qui le rendent douloureux. Seule leur disparition permettra une parfaite réalisation de la posture ; l'acquisitiond'une posture même très difficile apparemment n'est plus un problème à partir du moment où l'attention n 'est plus prisonnière des perceptions corporelles, c 'est-à-dire est concentrés sur un objet précis, serait-ce la zone douloureuse elle-même. Il s'agît dans la terminologie occidentale d'une parfaite relaxation obtenue habituellement sans faire appel aux suggestions du Training Autogène.

Il existe un très grand nombre d'asanas possibles. Le but de ces positions est toujours le même : la cessation absolue du trouble de la part des contraires, la réalisation d 'une sorte de neutralité des sens, et la libération par rapport à la présence du corps qui n 'est plus mobile, agité, arythmique.

De même qu'on parle beaucoup de " schéma corporel " quand il est pathologique, de même la maîtrise parfaite du corps en tant que relations réciproques implique qu'il ne pose plus de problème ni ne dérange l 'action ou la perception. Au niveau du corps l'asana est une " concentration en un seul point ", en ce sens que le corps est concentré en une seule position. De même que la concentration en un seul point met fin aux fluctuations et à la dispersion des états de conscience, de même l'asana met fin à la mobilité et à la susceptibilité motrice du corps, favorisant du même coup la concentration mentale. Il s'agit d'un effort à deux niveaux différents vers un certain type d'unification.

précédent sommaire suivant