WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

La méditation de la pleine conscience : outil pédagogique et soutien aux apprentissage ?


par Ronan LE JONCOUR
Université De Provence UFR de Psychologie - Master Recherche 2 2011
  

précédent sommaire suivant

4)- Le contrôle respiratoire (pranayama) :

il s 'agit de rythmer aussi lentement que possible la respiration en la soumettant à un rythme stable et durable, tout en restant attentif à ne pas dépasser les possibilités du moment ce qui entraînerait automatiquement des ruptures de rythme. . . Pour Bhoja " il existe toujours une liaison entre la respiration et les états mentaux ". Comme le remarque Mircea ELIADE(1954) " il est question ici d'une observation qui dépasse le simple enregistrement du fait nu que, par exemple, la respiration d'un homme furieux est agitée, alors que celle du penseur se ralentit d'elle-même. Cette liaison respiration-état de conscience apparaît comme un instrument d'unification de la conscience, en ce sens que le yogi pourrait éprouver expérimentalement et en état de veille les états de conscience qui caractérisent le sommeil. Il faut noter à ce propos que le sujet non entraîné qui s'exerce à certains de ces rythmes s'endort aussitôt.

Il serait ainsi possible de garder une vigilance normale, (en ce sens que la volonté garde la possibilité de passer d 'un état à l 'autre à tout moment), tout en passant à l 'état de " rêve " (ce qui n 'est pas sans rappeler la technique du rêve éveillé dirigé de R. Desoille, dont on sait d 'ailleurs qu'elle prend historiquement, son inspiration dans le yoga), à l 'état de conscience " cataleptique " ou à l 'état de conscience de " sommeil sans rêve ". Ces affirmations ont paru longtemps tout à fait paradoxales et sans valeur de crédibilité. Les recherches récentes dont nous parlerons dans le chapitre Yoga et Biologie nous portent aujourd'hui à moins de scepticisme. .

La suppression de la discontinuité normale entre les différents états de conscience, et spécialement entre les états de conscience de la veille et ceux du sommeil, réalise l'unification de la conscience.

Le but immédiat du pranayama est moins ambitieux : il s'agit de stabiliser la fluidité psychique, la mouvance des états de conscience et par conséquent l'instabilité et la dispersion de l'attention, tout cela par la stabilisation de la respiration d'abord au moyen d'un contrôle volontaire, plus tard de manière aussi automatique que possible afin que la respiration elle-même puisse être " oubliée " parce que parfaitement maîtrisée. Rappelons que les techniques respiratoires sont connues du taoïsme, des mystiques chrétiens (hésychastes) aussi bien que des courants mystiques de l'islam.

Les exercices de pranayama engendrent classiquement une intense sensation d'harmonie, une plénitude rythmique, mélodique, un nivellement des aspérités physiologiques fonctionnelles.

Le rythme respiratoire s'établit par égalisation du temps d'inspiration, de rétention et d'expiration. Chacun de ces temps est prolongé autant que possible et progressivement afin d'atteindre à la limite une suspension très longue de tout mouvement respiratoire. (état de conscience cataleptique). Le maniement de la respiration ne se limite d'ailleurs pas à l'acquisition de certains rythmes, la respiration par narine alternée en est un autre exemple et a des effets spécifiques.

précédent sommaire suivant