WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

La méditation de la pleine conscience : outil pédagogique et soutien aux apprentissage ?


par Ronan LE JONCOUR
Université De Provence UFR de Psychologie - Master Recherche 2 2011
  

précédent sommaire suivant

3. PROPOSITION

Pour mémoire le résultat de nos recherches a mis à jour que les études et l'usage de la Méditation de Pleine Conscience se fait surtout dans une dimension thérapeutique ou à minima dans le cadre de la réduction du stress en général.

Les quelques recherches réalisées au sujet de la Méditation de Pleine Conscience dans le cadre de l'éducation, le sont dans le contexte de la réduction du stress des étudiants ou des enseignants.

De toute évidence, l'étudiant placé dans un environnement d'apprentissage se trouve soumis à un stress lié à des raisons multifactorielles (conditions d'apprentissage, matière enseignée, causes extérieures, etc.).

De notre côté, nous souhaitons donner une autre dimension un peu plus axée sur le développement ou plutôt l'utilisation d'un outil antique visant à être utilisé comme soutien dans le contexte de l'apprentissage et de tous les phénomènes que cela suppose quand l'apprenant est confronté à un changement lié au processus de construction d'un nouveau savoir ou d'un nouveau lui-même.

Tenant compte des résultats de nos recherches sur les différents travaux menés de par le monde. Tenant compte, également, del'intérêt historique et scientifique du sujet mais aussi du nombre grandissant de sujets d'études consacrés à la méditation, nous pensons qu'il y a un réel intérêt à explorer ce champ de recherche et à le développer.

Par ailleurs, nous intéressant aux processus de l'apprentissage et de ses difficultés - Assimilation / Accommodation des schèmes cognitifs - sans pour autant aller explorer le domaine des troubles liés à l'apprentissage, nous avons pu comparer des résultats des recherche faites dans des cas particuliers et les besoins exprimés dans les processus d'apprentissage par l'individu placé dans ce contexte. Là aussi nous pensons qu'il y a un réel intérêt à explorer les liens possibles entre Méditation de Pleine Conscience et Éducation.

Il apparaît que l'ensemble des travaux menés sur la méditation, travaux ayant une visée médicale, pourraient être appliqués à un individu qui ne serait pas atteint de troubles particuliers mais qui serait placé dans un processus d'apprentissage avec tout ce que cela suppose d'engagement, de déstabilisation et de renoncement à ce que nous savons, voir à une partie de nous même, lorsque nous sommes soumis à l'apprentissage d'un nouveau savoir et d'autant plus lorsque le savoir reçu est mis en expérience pour construire notre connaissance.

Il apparaît donc que l'ensemble de ces observations nous permettent de croire qu'une étude expérimentales réalisée selon la méthodologie proposée permettrait d'affirmer ou d'infirmer que :

La Méditation de Pleine Conscience est un outil pédagogique, cognitif et psycho-affectif, soutienà l'apprentissage

REMERCIEMENTS BIS

Les raisons pour lesquelles j'ai souhaité ajouter cette page tiennent dans le fait même de la nature de mes travaux de recherche et de l'originalité dans laquelle ils s'inscrivent.

En effet, tout au long de ma modeste expérience d'apprenti chercheur j'ai tout d'abord commencé par constater que mon sujet, pour le moins ésotérique du point de vue d'un enseignant traditionnel, ne s'intègre pas dans un cursus normal. Il a soulevé et soulève encore, beaucoup de questionnements et de remarques, voir parfois de craintes : aborder le sujet de la méditation dans les sciences de l'éducations semble relever de la science fiction pour certains. Et pourtant...

Ensuite, j'ai très vite saisi l'aspect exceptionnel qu'il revêt par la rareté des interlocuteurs ayant écrits sur le sujet et la non moins rareté des travaux de recherche sur le sujet, en France ou dans les pays européens. Quand je dis rareté je devrais dire inexistence parfois.

Toutefois, certains chercheurs ayant déjà étudiés le phénomène de la méditation dans un contextemédicalet ce,en France depuis 1935, m'ont apporté leur soutien avec beaucoup de générosité quand ils le pouvaient, en partageant leurs travaux, mais dans tous les cas j'ai reçu des encouragements et des félicitations pour oser m'aventurer sur les sentiers de l'éducation avec sous le bras l'outil de méditation.

Je souhaite que tous les contacts que j'ai pu avoir tout au long de mes recherches soient, ici, remerciés et reçoivent ma gratitude :

Pour la chaleur de leur amitié, leurs soutiens et encouragements, leur aide logistique et aussi intellectuel dans les moments de doute et de réflexion :

Christian GAUTHIER, Moksha CALMELS, Jean-Yves ADNOT, Maxime « Tenzin » MASSONI, Gérard et Nadia BESSE, Anne SOULET,...

Pour leur partage spontané,la mise à disposition de documents, leurs conseils professionnels et leurs encouragements à continuer et leur aide dans ma démarche :

Dr Philippe GALLOIS, Dr Bernard AURIOL, Dr Claude BERGHMANS, Isabelle SERVANT, Hélène HAGEGE, Isabel RIVOALAN, Pr René BARBIER, Philippe FILLIOT, Claire PETITMENGIN, Grégoire SIMON, Megan COWAN, Suzanne KAISER-GREENLAND, Willoughby BRITTON, John SHEALY, Marc DE SMEDT, Gina BIEGEL, Bruno HOURST, Joseph EMET, Ilios KOTSOU, Frans GOETGHEBEUR, Vincent GUILLOUX, Bastien WAGENER, Marc-Alain DESCAMPS, Nicolas D'INCA, Anita ORTEGA, Amy SALTZMAN, David BLACK, Michel LAURENT, Fabien DUVAUGERMÉ...

BIBLIOGRAPHIE - PROVISOIRE

précédent sommaire suivant