WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

La méditation de la pleine conscience : outil pédagogique et soutien aux apprentissage ?


par Ronan LE JONCOUR
Université De Provence UFR de Psychologie - Master Recherche 2 2011
  

précédent sommaire suivant

· CONCLUSIONS

Comme dans la pratique de la méditation, cet exercice permet de matérialiser et de toucher du doigt, ou bien des doigts, le résultat d'une pratique méditative.

7. LES ÉTAPES DE LA MÉDITATION : PAR MARC ALAIN DESCAMPS

L'on dit toujours que tous les méditants de toutes les voies et les religions atteignent le même but. Je n'en suis pas si sûr. Les étapes ne sont donc pas exactement les mêmes dans toutes les voies et chez tous les méditants, mais en gros elles suivent souvent ce cycle.

1. La première étape est celle du trou noir.

Dès que l'on commence à méditer les yeux fermés, on n'y voit plus rien, c'est le combat de noirs dans un tunnel obscur. On a défini la méditation comme : « entrée d'un aveugle dans une cave obscure pour y attraper un chat noir, qui n'existe pas » (et le plus fort est que certains y arrivent).

2. La découverte du bavardage mental.

Peu à peu on finit par se rendre compte du fonctionnement du singe fou, de la machine à fabriquer les idées, qui occupe le courant de conscience par son bavardage mental incessant. Pourquoi ? Pour ne pas entendre ce qu'il y a au dessous dans l'inconscient.

3. La couche des problèmes psychologiques.

Justement lorsque cette couche des idées cède à cause du ponçage du silence de la méditation, ce qu'il y a au fond remonte. Si les problèmes psychologiques, les fantasmes et les images subconscientes ne sont pas graves, cela s'arrange tout seul ; il suffit de ne pas avoir peur et de les regarder glisser comme des nuages dans un ciel d'orage. Ou bien la concentration régulière sur la flamme d'une bougie est très efficace, à l'expiration on dépose tous ses problèmes et ses souffrances dans la flamme de la bougie qui les brûlera et en inspirant l'on s'emplit à l'opposé de sa pureté et de sa Lumière.

4. Les trois premiers vides

Ce sont le vide  du corps, du monde et du temps.

Le corps fait obstacle au début car il fait mal. Il faut donc s'entraîner patiemment à l'assise silencieuse pendant des années jusqu'à ce qu'il ne se fasse plus du tout sentir pendant la méditation. Alors l'esprit est libéré de son dialogue sensoriel constant avec son corps.

 L'obstacle du monde est dans son absorption de notre attention. Nous vivions hors de nous-mêmes. Par l'immobilité il n'y a plus de sensations de contact, de la vue, du goût, d'odeurs ; il ne reste plus que les bruits. Mais les débutants passent leur temps à écouter les sons et les bruits pour ne pas couper le contact, un jour on ne s'y intéresse plus et on ne les entend plus.

 Il ne reste plus que l'obstacle du temps, le plus redoutable. Au début, le temps s'étire sans fin et la méditation est si longue qu'elle semble ne jamais devoir finir. On tient simplement par un effort de volonté, mais on ne médite pas car l'on s'ennuie. Et un jour on découvre que cette méditation, qui n'en finissait plus, est déjà terminée. Nous avons oublié de compter le temps. Nous ne nous ennuyons plus et les méditations paraissent toujours trop courtes, voilà le critère. Nous avons découvert qu'il n'y a qu'à être là, tout simplement, sans rien désirer et que c'est passionnant de vivre.

précédent sommaire suivant