WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Le défiscalisation: du logement privé au logement social, l'émergence d'un nouveau régime de production. Le cas de l'àŪle de la Réunion.

( Télécharger le fichier original )
par Clara Sperduto
IUAR Aix Marseille III - Master 2 Urbanisme Durable et Projet Territorial 2011
  

précédent sommaire suivant

I-1-A) Des besoins qui viennent de loin

Avant la départementalisation, les « cases » traditionnelles constituaient le principal type d'habitat que l'on rencontrait. Il s'agissait d'habitations en planches et couvertes en tôle. Dépourvues de confort, très peu d'entre elles détenaient l'électricité

(12% en 1946) ou l'eau courante (10% en 1946) et les sanitaires étaient souvent inexistants.

Cette typologie d'habitat populaire était répandue partout sur l'ile. Si en zone rurale elle pouvait constituer un habitat à peu près décent, en zone urbaine elle constituait l'élément principal des bidonvilles qui se développaient de plus en plus à cette époque, à l'image des pays en voie de développement.

En 1946, la Réunion est devenue un département8 d'outre-mer. Cela aura de nombreuses conséquences : une réorganisation de l'économie, une urbanisation accélérée, l'émergence d'une classe moyenne, une << métropolisation des valeurs sociales, un accroissement de la scolarisation etc.~Parce qu'il constitue un puissant facteur de développement le logement était l'une des composantes de cette politique de modernisation.

I-1-B) LA LUTTE ANTI BIDONVILLES :

Dans les années 60, les difficultés que connaissent une part importante de la population les contraint à vivre dans des bidonvilles qui grandissent de plus en plus à la périphérie des centres urbains, et notamment autour de Saint Denis. La situation de ces ilots est dramatique : << les paillotes pourries à demi défoncées, les cases sans toit, les abris sous simple écran de feuille y tiennent plus de place que les cases entièrement en béton »9. En 1965, entre en application la loi << anti bidonvilles » dite loi Debré. A son initiative se trouve Michel Debré alors devenu depuis peu député de la Réunion10 se disant très préoccupé par la question des bidonvilles sur l'ile. Contrairement { la loi préexistante celle-ci permettra de mettre en place une procédure accélérée pour l'expropriation des terrains occupés par les bidonvilles. C'est la Société Immobilière du Département de la Réunion (SIDR) qui mettra en oeuvre cette politique.

8 La Réunion est aussi une région.

9 Deofs du Rau.J ;Géorgraphie humaine de la Réunion, in Gauvin Gilles ; Michel Debré et l'ile de la Réunion : une certaine idée de la plus grande France, Villeuneuve d'Asq, Presses Universitaires du Septentrion,2006, 394 p

10 Ce Proche de De Gaulle a été premier ministre de 1959 à 1963 avant de devenir député à la Réunion dont il n'était pas originaire et qui constituait seulement pour lui une opportunité politique. Son action sur l'ile sera par la suite très contestée notamment { cause de « l'affaire des réunionnais de la Creuse ».

Par la suite, la loi Vivien de 1970 (adaptée aux DOM en 1973) permettra aux pouvoirs publics de détenir de réels moyens dans la lutte contre l'habitat insalubre.

FIGURE 2:BIDONVILLE DU QUARTIER VAUBAN A SAINT DENIS DANS LES ANNEES 60

Source : CAUE

Ainsi, la situation de l'habitat { la Réunion lors de la départementalisation était critique. En raison de l'histoire de l'ile, elle se rapprochait davantage de celle de pays en voie de développement que de celle de la France métropolitaine. Prendre en compte le point de départ de la mise en place d'une politique de l'habitat dans le contexte ci particulier d'une ex-colonie est une nécessité.

précédent sommaire suivant







Rassembler les contraires c est creer l harmonie