WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Les "forces de l'invisible" dans la vie sociopolitique au Cameroun : le cas de la localité de Boumnyebel

( Télécharger le fichier original )
par Alain Thierry NWAHA
Université Yaoundé 2 (Soa) - D.E.A Science Politique 2008
  

sommaire suivant

I REMERCIEMENTS

Il est très important pour nous d'exprimer notre profonde gratitude à l'égard de toutes les personnes qui, de près ou de loin, ont participé à la réalisation de ce travail et sans lesquelles, nous n'aurions certainement pas pu le mener à son terme. Nous pensons, en plus des frères, soeurs, ami (s) (es) et camarades de classe, surtout aux personnalités ci-après.

Les Patriarches traditionnelles (« Ba Mbombok ») et les et les « vieux sages », qui nous ont accueilli chaleureusement et ont accepté de nous fournir des informations et des explications très édifiantes, notamment le « Mbombok R. » qui nous a également servi de parrain auprès de ses pairs.

Les Chefs traditionnels : MADING Joseph (Chef de Canton de Pouguel-Djouel, arrondissement de Ngok-Mapubi) et EOCK Simon (Chef de 3ème degré du village de Boumnyebel).

Les Autorités administratives, notamment, NDONGO Luc, Sous-préfet de l'arrondissement de Ngok-Mapubi dont la simplicité et l'humilité des paroles, n'égalaient que sa longue carrière au sein de l'Administration camerounaise.

Les hommes politiques : l'Ambassadeur camerounais X et MAYACK Isaac (Vice-président de la sous-section RDPC de Boumnyebel et Conseiller municipal à la commune rurale de Ngok-Mapubi).

Professeur Ibrahim MOUICHE, qui a su diriger cette étude d'une main de maître et dont les conseils précieux, la rigueur ainsi que la patience, nous ont permis d'éviter un certain nombre d'erreurs tout au long de celle-ci.

LISTE DE QUELQUES PERSONNES INTERVIEWÉES

Le « Mbombok R. ».

Le « Mbombok B. ».

Le « Mbombok A ».

Le Chef de Canton Pouguel-Djouel MADING Joseph.

Le Chef de 3ème degré da Boumnyebel EOCK Simon.

Le Sous-préfet de Ngok-Mapubi NDONGO Luc.

L'« Ambassadeur camerounais X »

Le Vice-président de la sous-section RDPC et conseiller municipal à la commune rurale de Ngok-Mapubi MAYACK Isaac.

II TABLE DES MATIÈRES

INTRODUCTION GÉNÉRALE.......................................................................................7

PREMIÈRE PARTIE. Pouvoirs et forces de l'Invisible dans la localité de Boumnyebel à l'époque coloniale........................................................................................................33

CHAPITRE I. La perception des Basaa de Boumnyebel de la colonisation européenne comme acte historique « subversif » et « aliénant »...................................................34

I. La colonisation européenne comme invasion et profanation de la « Terre ancestrale »................................................................................................. . . . . . . . . . .35

A. La cosmogonie et l'organisation religieuse traditionnelle des Basaa.......................36

1. La cosmogonie traditionnelle des Basaa ou le « Mbok Basaa »........................ .36 2. L'organisation religieuse traditionnelle des Basaa..................................................40

B. L'arrivée des Européens et le retournement désastreux du « Mbok Basaa ».........46

1. Le retournement du « Mbok Basaa » au niveau spirituel : la figure du « Mbombok » remise en cause......................................................................................47

2. Le retournement du « Mbok Basaa » au niveau temporel : l'autorité du « Kingè » considérablement réduite..............................................................................................50

II. La colonisation comme « crime de lèse-majesté » vis-à-vis de la « communauté des vivants et des morts »............................................................................................ .52

A. Une avanie grave à l'encontre des « vivants ».............................. ...........................53

B. Un blasphème contre la mémoire, le nom des Ancêtres (« Bagwal »)...................57

CHAPITRE II. L'absolue nécessité de défendre la terre des Ancêtres contre le « colon blanc » . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .62

I. Les moyens de défense naturels ou « visibles »........................................................63

A. Le recours au droit ou le « Nkaa Kundè » : défendre la patrie par le truchement de la « parole », de la « palabre juridique ».................................................................. . .64

B. Le recours à la « manifestation politique » : Le « San Kundè »........................... .74

II. Les moyens de défense surnaturels ou « invisibles » .............................................80

A. Le « Gwet Bi Kundè » : la « Force ancestrale » comme « recours  ultime » en temps de guerre.............................................................................................................80

1. Le « Kòn » ou la « Défense absolue ancestrale ».................................................. . .83

2. Le « Dim Ba Ko » ou le « Kaléidoscope hypnotique ancestral »........................... .85

3. Le « Nlend Basôgôl » ou le « cri salvateur ancestral »........................................... .86

B. L'obtention « factice » de l'indépendance et de la réunification : la quête à tous les « niveaux » du « véritable Kundè »..................................................................... . . . . .91

1. La « facticité congénitale » du « Kundè » contemporain.........................................91

2. La quête perpétuelle du « véritable Kundè »....................................................... . .94

DEUXIÈME PARTIE. Persistance et pervertissement des forces de l'Invisible dans la localité de Boumnyebel à l'ère « post-indépendance »................................................96

CHAPITRE III. Le recours aux forces occultes dans la recherche du « crédit social »..................................................................................................... . . . . . . . . . . .98

I. Les « forces cachées » comme moyen de « survie sociale »......................................99

A. L'hostilité « exponentielle » de l'environnement social.........................................100

1. Le « Likang » ou la « mine antipersonnelle occulte »............................................103

2. Le « Nson Basaa » ou le « missile de l'Invisible »..................................................105

3. Le « Madjena ma djú » ou le « cannibalisme mystique »......................................106

4. Les « intrusions mystiques » et autres « intromissions occultes »........................108

B. Les « moyens de protection et de défense invisibles »...........................................110

1. Les « ordalies » et les « sanctions traditionnelles » de « goétie ».......................... .111

2. Les « techniques de protection et de défense occultes ».........................................113

2.1 Le « blindage inférieur ou simple » : le « Ban » . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .114

2.2 Le « blindage supérieur ou avancé » : le « kòn » . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .115

2.3 La « technique occulte d'évitement » : le « Nseebe » . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 117

II. Les forces de l'Invisible comme moyen d'« ascension » et de « domination » sociales : « théurgies » ou « goéties ».........................................................................119

A. L' « ascension sociale » par « voies occultes ».................... ..................................120

1. La « voie goétienne d'ascension sociale »........................................................ . . . .120

1.1 Les procédés goétiens d'« exploitation » et d'« instrumentalisation » mystiques : le « kong » et le « kong Babong » . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 121

1.2 Les procédés goétiens d'« absorption » et de « captation » occultes : le « Tondè » et le « Dôme-mystique-captateur » . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 124

2. La « voie théurgique d'ascension sociale ».............................................................128

B. La « domination sociale » par le truchement des forces de l'Invisible..................133

1. La « domination-sociale-occulte-négative »...................................................... . . .133

2. La « domination-sociale-occulte-positive »...................................................... . . .137

CHAPITRE IV. Le recours aux puissances mystiques comme « viatique occulte » de « succès politique ».................................................................................................... .141 

I. Les forces de l'Invisible comme « instrument occulte » de « survie » et de « lutte » politiques......................................................................................................................143

A. Les forces ésotériques et la « survie politique ».....................................................144

1. Les « procédés occultes maléfiques » de l'« arène politique »................................145

1.1 La « goétie d'empoisonnements » ou « Bong » . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .145

1.2 La « goétie des talents » . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .147

1.3 La « goétie de manipulation » . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .148

2. Les « procédés ésotériques de survie » dans l'« arène politique »........................149

2.1 La « survie » par le biais des « maîtres sorciers » . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .149

2.2 La « survie » par le truchement des « Mbombok » ou « théurgiens » . . . . . . . . .150

2.3 La « survie » par l'entremise des « sectes ésotériques » . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 151

B. Les forces de l'Invisible dans la « lutte » politique......................... .......................152

1. L'« aspect actif » de la « lutte politique »......................................................... . . . .152

2. L'« aspect réactif » de la « lutte politique ».............................................................154

II. Les forces occultes comme instrument d'« ascension » et de « domination » politiques : « théurgies » ou « goéties ».....................................................................157

A. Les forces de l'Invisible comme « voie alternative et complémentaire » d'« ascension politique »........................................................................................ . .159

B. Les forces mystérieuses comme « moyens secrets » de consolidation de la « domination politique »......................................................................................... . .163

CONCLUSION GÉNÉRALE. Pour une prise de conscience sérieuse et sereine de l'influence (néfaste et positive) des « forces de l'Invisible » dans l'environnement sociopolitique camerounais.........................................................................................170

BIBLIOGRAPHIE.................................................................................................175/184

sommaire suivant