WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Vers une organisation mondiale pour la reconstruction post-catastrophe ?


par Laetitia Bornes
ENSAPVS - Architecture 2014
  

précédent sommaire suivant

8 CONCLUSION

On constate un certain investissement de la profession d'architecte dans les problématiques de la prévention des risques et de la reconstruction post-catastrophe, même si la formation est encore légère dans ce domaine.

Dans la prévention, des architectes et urbanistes participent à la mise en place de réglementations, de plans de prévention, ou encore diffusent des guides de préconisations. Certains architectes, bien que rares en France, tiennent compte de la prévention des risques dès le début de la conception de leurs projets. D'autres encore participent à la recherche de nouveaux procédésvisant à accroître la résistance des édifices du futur.

Dans la gestion des crises, de nombreux architectes se proposent d'élaborer en amont des solutions de logements d'urgence (provisoires ou transitoires) particulièrement optimale en termes de coût, de délai, de performances, et d'adaptabilité. Certaines solutions préfabriquées proposées sont très astucieuses, même si l'exercice de départ, en raison de la grande variété des situations qu'il cherche à couvrir, impose d'inévitables inconvénients. Pourtant, il semble que très peu d'entre elles dépassent le stade théorique ou de prototype. Il convient alors d'interroger l'origine de ces propositions : la plupart sont spontanées, ou ne répondent qu'à un concours d'idées sans projet de fabrication. En effet, les décisionnaires et les bailleurs de fonds spécialisés dans la reconstruction post-catastrophe laissent peu de place aux propositions des architectes. Peut-être faudrait-il s'imposer en forçant les places parmi ces décisionnaires, ou encore en créant un propre organisme disposant de fonds...

Les situations d'urgence sont très variées, mais possèdent souvent des caractéristiques et des contraintes communes. Il semble difficile d'élaborer un cahier des charges englobant toutes les situations de crise, mais la création d'un ensemble de cahier de charges répondant chacun à un sous-groupe (type de catastrophe, contexte climatique, démographique, etc.) paraît plus acceptable. Les solutions proposées à chaque catégorie de situations pourraient alors être stockées dans une base de données, et diffusées et utilisées en cas de besoin. Il faut cependant garder à l'esprit que le stockage de propositions préfabriquées est inutile si les éléments préfabriqués (ou du moins les machines de production) ne sont pas effectivement fabriqués avant la catastrophe. En revanche, le stockage de solutions techniques à mettre en oeuvre rapidement après le désastre peut s'avérer utile et ne nécessite pas de financement spécifique.

Le succès des projets d'architectes dans la reconstruction durable post-catastrophe (avec transfert de compétences) est une preuve de l'intérêt d'une généralisation de leur intervention.

8.1 LES RÉPONSES « ACTIVES »

Les réponses « actives » regroupent les actions menées « sur le terrain » en réponse à une catastrophe. Il s'agit d'essayer d'appréhender la place de l'architecte dans la reconstruction effective et sa position dans les rouages de l'aide internationale post-catastrophe, et de déterminer ce que ses compétences peuvent apporter à chaque étape de la reconstruction.

8.1.1 LA POSITION DE L'ARCHITECTE AU SEIN DE L'AIDE INTERNATIONALE

On trouve des architectes dans plusieurs entités « actives » de l'aide internationale à la reconstruction. Certaines d'entre elles accueillent quelques architectes afin d'exploiter leurs compétences et expertise, d'autres les regroupent et les représentent.

ONU HABITAT

Le Programme des Nations unies pour les établissements humains (PNUEH), également appelé ONU-Habitat, est une agence spécialisée de l'ONU, créée en 1978. Sa mission est de « de transformer les villes pour en faire des lieux plus sûrs, plus sains et plus verts offrant davantage d'opportunités et où chacun peut vivre dans la dignité185(*)»

ONU Habitat est un organisme reconnu, qui trouve ses partenaires à toutes les échelles : gouvernements, autorités locales, ONG, secteur privé, etc. Il s'efforce de se positionner comme un catalyseur, afin de garantir une cohérence globale d'action sur les questions de l'urbanisation.

Figure 45 : Structure de UN Habitat186(*)

ONU-Habitat se compose de trois organes principaux:

le Conseil d'administration (CA), dont le rôle est de définir les grandes orientations stratégiques et politiques de l'ONU-Habitat et d'approuver ses programmes et du budget. Il est composé de 58 Etats membres qui sont élus par le Conseil économique et social de l'Assemblée générale des Nations Unies (ECOSOC) et se réunit tous les deux ans.

le Secrétariat, qui est l'organe exécutif : il traduit les décisions du CA en stratégies et programmes concrets, et veille à leur exécution.

le Comité des représentants permanents (CRP), qui a un rôle de supervision : il veille à ce que les objectifs définis par le CA soient bien atteints par les stratégies du Secrétariat.

Figure 46 : Le Secrétariat de UN Habitat187(*)

Les missions du Secrétariat de l'ONU Habitat se déclinent sous sept thématiques principales :

La législation urbaine

L'urbanisme et le design

L'économie urbaine

Les services urbains de base

Le logement et l'amélioration des conditions de logement

La réduction des risques et la reconstruction

La recherche urbaine et le développement des capacités

Le département« Réduction des risques et Reconstruction » vise à accroître la résilience des villes face aux impacts des crises naturelles et anthropiques. Il aide aussi les gouvernements et les autorités locales dans la gestion des catastrophes à travers ses services d'intervention en cas de catastrophe. Les principaux domaines d'activité sont la prévention, la protection et la reconstruction d'urgence des services de base et des infrastructures essentielles, pour permettre une restauration rapide des transports, de l'accès à l'eau et des systèmes d'assainissement en cas de catastrophe. Ce département se compose de trois sous-unités :

Logement : Shelter Rehabilitation Unit (ShRU)

Urbanisme : Settlements Rehabilitation Unit (SRU)

Prévention : Risk Reduction Unit (URRU)

Les responsabilités de l'ONU-Habitat dans les situations d'urgence humanitaire, et de reconstruction post-crise sont le soutien des gouvernements, des autorités locales et de la société civile dans la gestion de la crise. L'agence tire parti de son expertise dans les programmes de développement à long terme dans le soutien des premiers efforts de relèvement et de reconstruction, afin de réduire au maximum la période d'urgence. L'ONU Habitat s'efforce de tendre à une reconstruction durable dès la phase d'urgence : les efforts d'urgence doivent être considérés dès le début comme une passerelle vers la reconstruction à long terme, et les acteurs locaux doivent être impliqués dans le processus le plus tôt possible.

L'ONU Habitat agit donc dans les situations de reconstruction post-catastrophe comme un coordinateur entre les différents acteurs de l'aide internationale et locaux. Il apporte son soutien au gouvernement local dans la définition d'une politique de reconstruction concernant le logement et le développement urbain.

En l'absence de statistiques d'emploi spécifiques, il est impossible de déterminer le nombre d'architectes travaillant au sein de l'ONU Habitat. Pourtant, au vu des offres d'emplois de 2014, il semble que la profession soit peu représentée (un poste sur 17 offres).

L'UNION INTERNATIONALE DES ARCHITECTES

L'Union Internationale des Architectes (UIA), est une organisation non gouvernementale (ONG), qui fédère à l'échelle mondiale un ensemble d'organisations nationales d'architectes membres : « elle rassemble aujourd'hui les organisations professionnelles de 124 pays et territoires et regroupe, à travers-elles, plus d'un million trois cent mille architectes dans le monde. »188(*) Elle est née, à Lausanne, le 28 juin 1948, de la fusion du Comité permanent international des architectes (CPIA fondé en 1867 à Paris), des Réunions internationales des architectes (RIA, tenues depuis 1932) et des Congrès internationaux d'architecture moderne (CIAM inaugurés en 1928).189(*)

Elle se compose de :

Une assemblée générale, qui réunit, tous les trois ans, les délégués de toutes ses Sections membres afin d'examiner les propositions et le bilan du Conseil, de procéder à l'élaboration des stratégies futures de gouvernance de l'Union, et d'élire les membres du Bureau et du Conseil.

Un Conseil, constitué de quatre représentants de chacune des cinq Régions de l'UIA, qui se réunissent deux fois par an.

Un Bureau, dont les membres (le Président, le Président sortant, le Secrétaire général, le Trésorier et les cinq Vice-présidents) siègent également au Conseil et se réunissent deux fois par an, entre les sessions du Conseil de l'UIA.

« L'UIA se consacre à l'évolution et à la promotion de la profession ainsi qu'à celles de la qualité de l'architecture dans le monde, grâce aux travaux effectués par des experts mondiaux, au sein de trois commissions dédiées à la formation de l'architecte, l'exercice de la profession et les concours d'architecture. »190(*)

« La Section membre de l'UIA est l'organisation professionnelle la plus représentative des architectes d'un pays. L'ensemble de ses membres constitue l'UIA, le seul réseau mondial des professionnels de l'architecture. »191(*)

Pourtant, certains architectes ne se sentent pas représentés, et interrogent la légitimité et l'efficacité de l'organisation : selon Christine Desmoulins, du magazine D'Architectures « On entend souvent dire que l'UIA ne sert à rien... »192(*). Albert Dubler, président sortant (2011-2014) de l'UIA, explique : « Le défaut de reconnaissance n'est pas le fait des seuls architectes français. C'est aussi le résultat de nos faibles moyens financiers, des urgences qui attirent la presse et les médias. »193(*)

En réalité, les principales fonctions de l'UIA sont :

La défense de la profession d'architecte : l'UIA a notamment apporté son soutien aux architectes espagnols en janvier 2013, dans la lutte contre l'ouverture du marché des architectes aux ingénieurs (quelle que soit leur spécialité) proposée par le gouvernement espagnol.

Le contrôle de la formation d'architecte : « Concernant la formation, le travail d'experts désignés par l'UIA et l'Unesco a débouché sur la mise au point d'une charte approuvée en 1996, actualisée en 2005 et révisable tous les six ans. L'objectif est de former des architectes capables de faire face aux défis professionnels, culturels et sociaux. »194(*)

La mise à disposition d'informations concernant la profession et la formation d'architecte, notamment par le biais du site internet.

La défense du patrimoine architectural, en partenariat avec l'UNESCO : c'est, par exemple, grâce à leur intervention conjointe, que la tour Gazprom de 300m de haut n'a pas été construite dans le centre historique de Saint-Pétersbourg.

L'organisation de Congrès tous les trois ans « qui réunissent plusieurs milliers de participants, [et] sont des lieux d'échanges entre architectes de tous les pays. D'éminentes personnalités de la communauté architecturale internationale, de l'aménagement et de la construction y interviennent. »195(*)

L'ONU Habitat et l'UIA signent un accord de coopération le 3 octobre 2005. « Il est le premier d'une série que l'UIA souhaite conclure avec d'autres agences internationales afin d'accroitre la portée et l'efficacité' de ses décisions et de ses actions sur la scène internationale. »196(*)

Il s'agit de mettre en commun l'expertise technique des deux organisations dans le but de mener des actions concrètes dans:

La reconstruction et le développement, à la suite d'un conflit ou d'une catastrophe, en particulier dans les secteurs de l'accès au droit du sol et aux ressources, du relogement, des moyens de subsistance, de la gestion des ressources naturelles et les mesures d'urgence;

Les ressources en eau et les services en faveur des populations les plus démunies;

L'environnement urbain durable ;

L'éradication de la pauvreté ;

La formulation et l'évaluation de projets et d'activités de reconstruction et de développement consécutifs à des conflits ou des catastrophes.197(*)

Les « actions concrètes » visées par cette collaboration sont :

Générer et diffuser l'information et les connaissances dans les domaines précédents afin de permettre aux différents partenaires d'apporter des solutions adéquates à des problèmes qu'ils auraient eux-mêmesidentifiés ;

Encourager les compétences au niveau local, régional et national pour faire face à la reconstruction et au développementconsécutifs à des conflits ou des catastrophes ;

Promouvoir une meilleure formulation des projets, de leur exécution et de leur gestion;

Promouvoir la formation, la connaissance des processus de construction et le transfert des savoir-faire.198(*)

Concernant les catastrophes en milieu urbain, l'objectif est d'améliorer la prévention, les secours et les services d'urgence lors de désastres, ainsi que les capacités en matière de planification et de conception, au sein de la profession à travers les Sections membres de l'UIA. Les moyens d'action proposés sont :

Publication de documents de référence déjà existants pouvant aider à diffuser les connaissances sur ce sujet.

Préparation de programmes et de cours pour des Institutions liées à la formation architecturale.

Création d'un site web et publication d'une e-newsletter.

Définition d'un modèle-type d'intervention en cas de désastres pour sensibiliser les architectes et les aider à organiser la coordination de programmes de ce type dans leurs régions respectives.

Développement du renforcement des capacités au niveau local et international afin d'aider les communautés à bénéficier des expertises disponibles au sein de la profession, c.à.d. des sections membres et autres institutions concernées.199(*)

C'est certainement dans cette optique que l'UIA décerne, le 6 août 2014, le prix Vassilis Sgoutas à la fondation Architectes de l'urgence200(*), alors que celle-ci n'avait trouvé que peu d'écho à sa demande de soutien et à ses propositions au Congrès de juillet 2002 à Berlin. Patrick Coulombel regrettait alors : « l'UIA représente 110 pays, mais ne dispose pas de moyens financiers permettant d'être réellement opérationnelle. »201(*)

ARCHITECTURE ET DÉVELOPPEMENT

Architecture et Développement (A&D) est une Association de Solidarité Internationale, créée à Paris en 1997, qui agit dans l'urgence et le développement : elle « conçoit et réalise des projets d'Habitat durable intégré et fournit de l'appui technique aux acteurs de la (re)construction dans les situations de post-crise ou de développement. »202(*)

A&D regroupe un ensemble de professionnels du cadre de vie bâti : architectes, ingénieurs, géographes, anthropologues, qui s'efforcent de produire des processus et des réponses concrètes aux demandes de partenaires locaux ou de programmes de bailleurs en formant des Groupes de Travail bénévoles autour de projets ou de missions. Certains projets de recherche font l'objet de conventions (thèses). Lorsque des membres de A&D sont contractualisés pour des missions de prestations d'appui ou de mise en oeuvre de projet auprès de Maitres d'Ouvrages, une part de leur rémunération revient en tant que "mécénat de compétence" dans un fond de solidarité de projets.

« A&D ne finance pas de projet et fonctionne sur la base de bénévolat, de mécénat de compétence ou de prestations de services. »203(*)

Les différents domaines d'intervention de l'association sont :

L'architecture appropriée, qui s'engage dans la recherche et le développement de solutions techniques employant les ressources locales (matériaux, énergies renouvelables).

Le développement urbain et rural, par la réalisation d'études de faisabilité, de diagnostiques, de montages de projets de logements, d'équipements sociaux, éducatifs et culturels.

L'humanitaire et la post-urgence, en proposant conseils et expertise aux ONG pour les programmes de reconstruction, de réhabilitation et de prévention des risques climatiques.

« Afin de porter les valeurs de nos engagements professionnels au service de la solidarité internationale, A&D est devenu membre fondateur du réseau Architecture Sans Frontières et signataire de la Charte de Hasselt204(*) pour un "développement humain" qui milite pour la fonction sociale, équitable, culturelle et environnementale de l'Architecture, la Construction, la Restauration du patrimoine historique et de l'Urbanisme. »205(*)

L'association A&D dénonce « une dispersion de moyens et des lacunes dans la réalisation »206(*) de certains projets menés par l'aide internationale post- catastrophes.« Les interventions humanitaires post-crise ou post-catastrophes peinent à répondre efficacement et durablement aux besoins essentiels des populations précarisées » 207(*)en négligeant la prise en compte de nombreux critères dans leur globalité et sur le long terme. L'association s'engage dans la lutte contre ces lacunes :

« Les compétences des opérateurs de la (re)construction, souvent des ONG généralistes, sont en décalage avec la réalité des pratiques constructives locales, sous estiment l'impact des programmes d'urgence sur le cadre bâti, maitrisent mal les enjeux de qualité et de sureté des bâtiments, prennent difficilement en compte les usagers et se comportent finalement en prestataires de mètres carrés au lieu de s'insérer dans une vision de (re)construction globale, multisectorielles intégré à d'autres objectifs sociaux, économiques et culturels, garants d'un développement plus viable et plus durable. »208(*)

ARCHITECTES SANS FRONTIÈRES

L'association Architectes Sans Frontières est une association Loi 1901 à but non lucratif, fondée en 1979 dans le but de donner une dimension sociale à l'architecture : « Proposer des formes de pratiques professionnelles adaptées, ouvertes à la diversité des cultures et des sociétés qui intègrent la parole des exclus ou des démunis et qui répondent à un partage plus équitable de cet espace. »209(*)

Cette association, entièrement bénévole, se compose de quatre délégations : Paris, Lyon, Grenoble et Toulouse, et possède un Conseil d'Administration unique.

Après avoir suspendu ses activités en 1996, l'ASF est reprise en 2002 par un groupe d'étudiants en architecture de Strasbourg, avec l'aide d'anciens membres.

« Aujourd'hui Architectes Sans Frontières développe ses projets avec les autres partenaires de l'action solidaire à l'international ainsi qu'en France. Elle s'appuie sur une dynamique décentralisée en réseau de délégations régionales favorisant la mobilisation des compétences et des énergies. »210(*)

L'association participe à la fondation de Architecture Sans Frontières International (ASF-Int), aux côtés de A&D, en 2007. Ce réseau international d'associations, et ONG d'architectesest soumis à la charte de Hasselt,qui synthétise leurs principes éthiques.

ARCHITECTES DE L'URGENCE

Architectes de l'urgence est une Organisation de Solidarité Internationale française créée sous le statut d'association en 2001, en réponse aux inondations dans la Vallée de la Somme, et reconnue fondation d'utilité publique par la suite. Cette organisation, composée d'architectes, d'ingénieurs, planificateurs, etc., est spécialisée dans l'urgence et la reconstruction post-catastrophe.

Le Conseil d'Administration réunit le président (Dominique Alet, architecte), un représentant du Ministère de l'Intérieur, un représentant du Ministère des Affaires Etrangères et du Développement International, un représentant du Ministère de la Culture et de la Communication, et huit architectes et membres de la société civile.

La fondation propose des contrats Volontariat de Solidarité International (VSI), des stages, et des Missions Courtes pour professionnels expérimentés.

Les VSI, dont la durée minimale d'un an est renouvelable jusqu'à un total de 6 ans, sont destinés aux architectes, ingénieurs, urbanistes, géographes, planificateurs et administrateursde tous horizons.

Les missions courtes, d'une durée comprise entre 2 semaines et 3 mois, ciblent les professionnels expérimentés (architectes, ingénieurs, psychologues, etc.), et concernent les besoins ponctuels d'interventions immédiates suite à une catastrophe (évaluation ponctuelle d'un projet en cours ou à venir, formation spécifique du personnel local, etc.).

Tous les intervenants (volontaires ou salariés) de la fondation s'engagent à respecter les principes fondateurs de la FAU211(*), ainsi que sa Charte de bonne conduite.

La Charte de bonne conduite concerne le respect total des lois et règles des pays dans lesquels la Fondation oeuvre, l'interdiction d'actes de nature délictueux ou criminels, mais aussi les conflits d'intérêt, le principe de confidentialité, les principes de neutralité, de respect, de non dénigrement et de discrétion, la propriété intellectuelle, et la protection de la marque, des symboles, des signatures, des logos et tout signe distinctif de la FAU.

La Fondation des Architectes de l'urgence a pour objectif de :

« Apporter un soutien adapté à chaque étape de la situation de crise; de l'évaluation des dommages (mise en sécurité) à la première assistance d'urgence;

Garantir le respect de la dignité humaine et conserver le patrimoine architectural, culturel et historique mondial;

Utiliser un support financier de façon professionnelle afin de mettre en place des reconstructions de qualité et des programmes de formation. »212(*)

Elle veille à n'agir que lorsque nécessaire, et à intégrer ses partenaires locaux dans chaque projet :

« Tout au long de notre action, agir en concertation avec les bénéficiaires, en respectant l'autorité des lois et réglementations locales, en associant les acteurs locaux à nos actions. »213(*)

Ses compétences et son expertise de l'urgence lui permettent, en situation d'urgence de :

Mener une évaluation cartographique préalable rapide des dégâts par le biais de UNOSAT GPS technologies ;

Faciliter des partenariats éthiques avec les acteurs présents sur place : les communautés et gouvernement locaux et les organisations humanitaires ;

Evaluer sur le terrain les besoins réels des populations et l'état des bâtiments ;

Evaluer les risques immédiats qui menacent les populations et identifier les mesures stratégiques de mise en sécurité afin de permettre un rapide « retour à la normale » ;

Apporter un soutien à la gestion des populations déplacées : mise en place d'abris temporaires, réparation des infrastructures, etc.214(*)

La FAU dispose de sections nationales en Australie et au Canada, et possède un vaste réseau international de partenaires : organisations internationales (parmi lesquelles UNOSAT, UN Habitat, UNICEF, UNHCR, PNUD, UIA, ECHO, etc.), institutions (par exemple, l'AFD, diverses ambassades, le CIAF, le CNOA, etc.), organismes de solidarité (MSF Suisse, CICR, Fondation Abbé Pierre, Fondation de France, Fondation Rainbow Bridge, International Rescue Committee, etc.), et entreprises (Bouygues, ArchiBat, AutoDesk, Somfy, Veolia, Crédit Agricole, Crédit Mutuel, etc.).

Même si de nombreux architectes proposent leurs services et leurs compétences dans les situations de reconstruction post-catastrophe, la profession semble sous-représentée dans le milieu. En effet, seules les petites structures de type association ou fondation se montrent réellement actives et permettent aux architectes d'apporter leur expertise en matière de relogement et de reconstruction. Tout se passe comme si le caractère « urgent » des situations post-catastrophe justifiait de se passer des conseils et de l'expertise des architectes en matière de logement et de construction. C'est à ceux-ci de s'imposer, de se forcer une place dans la reconstruction, en créant leurs propres structures. Ce paradoxe pourrait s'expliquer en partie par l'image que peut parfois produire l'architecture dans les esprits : conception « artistique » des édifices, vue comme un « luxe » superflu en cas d'urgence.

* 185Source : www.diplomatie.gouv.fr

* 186Source : unhabitat.org

* 187 Source : unhabitat.org

* 188Source : http://www.uia.archi/fr/

* 189Source : Premier Congrès de L'Union Internationale Des Architectes, Lausanne, 28 Juin-1er Juillet 1948. Rapport Final, Société Suisse Des Ingénieurs et des Architectes,ý 1949, 187 p.

* 190 Source : http://www.uia.archi/fr/

* 191idem

* 192Source : Christine Desmoulins, À quoi sert l'Union internationale des architectes ? Rencontre avec Albert Dubler, président de l'UIA, dans le magazine D'Architectures, n°215, 04/03/2013.

* 193 Source : Albert Dubler, interrogé parChristine Desmoulins, À quoi sert l'Union internationale des architectes ? Rencontre avec Albert Dubler, président de l'UIA, dans le magazine D'Architectures, n°215, 04/03/2013.

* 194idem

* 195idem

* 196 Source : http://www.uia.archi/fr/

* 197idem

* 198 Source : http://www.uia.archi/fr/

* 199idem

* 200Source : Jennifer Alberts, Amiens (80): les Architectes de l'Urgence récompensés par l'Union Internationale des Architectes, France 3 Picardie, 17/06/2014

* 201Source : COULOMBEL Patrick (2007), Architectes de l'urgence, L'Harmattan, Paris, p74

* 202Source : http://www.archidev.org/

* 203 Source : http://www.archidev.org/

* 204La Charte est consultable en annexe (Source : http://www.asffrance.org/)

* 205 Source : http://www.archidev.org/

* 206idem

* 207idem

* 208idem

* 209Source : http://www.asffrance.org/

* 210 Source : http://www.asffrance.org/

* 211Les Principes fondateurs de la FAU sont disponibles en annexe (source : http://www.archi-urgent.com)

* 212Source : http://www.archi-urgent.com

* 213 Source : http://www.archi-urgent.com

* 214 Source : http://www.archi-urgent.com

précédent sommaire suivant