WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

La radiodiffusion au cameroun de 1941 à 1990

( Télécharger le fichier original )
par Louis Marie ENAMA ATEBA
Université de Yaoundé I - Master II en Histoire des Relations Internationales 2011
  

précédent sommaire suivant

I.2. Organisation et portée coloniale de la radiodiffusion de la F.O.M.

Radio-Douala, à l'instar des autres postes coloniaux français d'Afrique, relevait d'une vaste organisation, connue sous le nom du R.T.R.F. Cette organisation couvrait l'A.O.F., l'A.E.F., le Cameroun, Madagascar. Il existait trois catégories de stations : les stations nationales, les stations régionales, les stations locales.

I.2.1. Un relais de la radiodiffusion française

La radiodiffusion du Cameroun avait été créée pour servir les intérêts de la France. Pour ce faire, la France avait mis sur pied un dispositif juridique, et avait placé la radiodiffusion camerounaise sous tutelle de la SO.RA.FOM.

Le réseau territorial de radiodiffusion était très centralisé au Cameroun. Il relevait d'une vaste organisation, directement placée sous le contrôle du gouvernement français, en vertu des dispositions règlementaires de l'époque. En effet, aux termes du décret du 6 février 1947, les questions relatives à la radiodiffusion faisaient partie des attributions du Président du Conseil des Ministres français. Le décret du 6 juillet 1953 portait délégation d'attributions au Secrétaire d'État français à la Présidence du Conseil, chargé de l'Information. En ce qui concerne le réseau territorial, le décret du Président du Conseil des Ministres, portant organisation de la radiodiffusion de la F.O.M., disposait, dans son article premier :

Dans chaque territoire ou groupe de territoires est institué un service de la radiodiffusion placé sous l'autorité du Chef de Territoire et organisé par lui par arrêté pris conformément aux directives du Ministre de la France d'Outre-Mer et soumis à son approbation22(*).

D'autres dispositions de ce texte règlementaire portaient aussi bien sur le statut du personnel que sur le mode de financement des stations de radiodiffusion coloniales. L'exploitation du réseau de stations territoriales était assurée par un personnel relevant du MIN.F.O.M. L'article 4 du même décret précise, dans son alinéa 3 : « Les chefs de services et de stations du réseau territorial sont nommés par arrêté du Ministre de la France d'Outre-Mer, après avis du Secrétaire d'État à la Présidence du Conseil chargé de l'information ». Les autres agents étaient nommés ou affectés, après consultation du Chef du territoire23(*). Les financements étaient obtenus grâce aux crédits inscrits au budget du territoire, au budget annexe ou spécial, institué dans les conditions fixées par le décret de 1972.

Les questions relatives à l'organisation, à l'équipement, et à l'exploitation des stations du réseau colonial de radiodiffusion, incombaient au S.R.F.O.M. En 1956, ce service dépendait de la SO.RA.FOM. Instituée par arrêté du 18 janvier 1956 du MIN.F.O.M., la SO.RA.FOM. avait pour but de « faciliter l'amélioration et le développement de la radiodiffusion dans les territoires d'Outre-Mer, en réalisant l'équipement du Réseau et éventuellement le fonctionnement ». La SO.RA.FOM. avait ainsi concrétisé ses activités dans les domaines des programmes, de la formation professionnelle, et de l'équipement. Ces activités furent poursuivies par l'O.CO.RA. qui l'avait remplacé le 14 avril 1962. En 1969, la D.A.E.C. se substitua à l'O.CO.RA. Par l'adoption et la mise en oeuvre d'un système de centralisation de la radiodiffusion au Cameroun, la France visait, non pas l'épanouissement des populations locales, mais le renforcement de ses méthodes coloniales, destinées à pérenniser son pouvoir.

* 22 Décret du 14 septembre 1954 du Président du Conseil des Ministres français, Archives Nationales de la République du Cameroun.

* 23 Ibid.

précédent sommaire suivant