WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

La radiodiffusion au cameroun de 1941 à 1990

( Télécharger le fichier original )
par Louis Marie ENAMA ATEBA
Université de Yaoundé I - Master II en Histoire des Relations Internationales 2011
  

précédent sommaire suivant

IX-MÉTHODOLOGIE

Notre travail se veut historique. Il résulte d'une enquête rigoureuse, axée sur la consultation des sources écrites et orales. À ce propos, nous avons consulté des écoles de pensée diverses. La première école est historique. En plus, nous avons fait recours à la vision socialiste, car la radiodiffusion est rattachée à la société orientée selon les idéaux des dirigeants du cadre géopolitique au sein duquel elle s'intègre. Parce que destinée à l'éducation des masses, la radiodiffusion se rapporte au socialisme. Les idées capitalistes qui dominent le monde actuel font partie des supports scientifiques sur lesquelles s'appuie ce travail, dans la mesure où, dès 1990, le Cameroun, dans le contexte de la « démocratisation », avait consacré la vulgarisation, en son sein, de l'idéologie libérale. L'éducation des masses populaires, ainsi que le divertissement des auditeurs incombant à la radiodiffusion, sont présentés ici comme un principe relevant de la pédagogie et de l'enseignement, car la radio contribue à l'instruction des peuples.

Les médias constituent le « quatrième pouvoir », pensent les spécialistes de la question. De ce fait, les médias contribuent à la construction de l'opinion politique, et influencent les modes de gestion des États. D'où le rapprochement de ce travail avec la pensée politiste qui se rapporte notamment à l'étude des institutions politiques et à leur portée socio-économique. Les difficultés auxquelles est confrontée la radio, à savoir les déficits de financements et le traitement subjectif des idées et des informations, lient ce travail à la pensée économiste et au système de management des entreprises. L'attitude des populations camerounaises vis-à-vis de la radio nationale (leur désenchantement) est certainement liée à leurs origines, à leur environnement, et à leur histoire, qui les rendent réfractaires à l'écoute systématique des émissions à caractère purement instructif (débats et informations). Ce travail est ainsi relatif à l'anthropologie qui traite notamment de l'Homme et de sa culture. Parce que se rapportant à l'une des institutions de presse, à savoir la radio, ce travail à trait au journalisme et la communication.

Pour pouvoir produire ce travail, nous avons eu recours aux historiens et aux spécialistes des médias. Nous avons fait recours au Pr. Léonard Israël Sah qui, en tant qu'historien des médias, nous a encouragé à réaliser ce travail, en soulignant qu'il s'inscrit dans la continuité de l'approche développée par Marie Ester Ngo Bila, dont le mémoire de Maîtrise porte sur la radiodiffusion au Cameroun entre 1941 et 1962. Par la suite, nous avons fait recours au Pr. Albert Mbida, enseignant à l'E.S.S.T.I.C. Le Pr. Albert Mbida nous a instruit de commencer l'étude de la radiodiffusion à l'époque coloniale. Par ailleurs, nous avons abordé le Pr. Michel Tjiadé Eonè, spécialiste des questions de la radiodiffusion. Ce dernier a approuvé et affirmé l'originalité du thème, et s'est porté garant de mettre à notre disposition les documents dont il disposait.

Au terme des consultations réalisées auprès des spécialistes des médias, nous nous sommes rendu dans des centres de documentation, en vue de la recherche des données écrites sur le thème. De prime abord, nous nous sommes rendu aux Archives nationales, où nous avons pu avoir une documentation intéressante sur la naissance et l'évolution de la radiodiffusion au Cameroun entre 1941 et 1960. Par la suite, nous avons consulté la bibliothèque de la maison de la radio nationale qui nous a fourni une littérature édifiante sur la question de la radiodiffusion au Cameroun depuis l'indépendance et la réunification.

Nous avons également consulté la bibliothèque de l'E.S.S.T.I.C. Ici, nous avons eu droit à une riche documentation concernant la radiodiffusion au Cameroun, plus particulièrement des essais, des thèses de doctorat, des mémoires de licence en journalisme et des rapports d'enquêtes. La bibliothèque de l'Université de Yaoundé I nous a fourni des ouvrages traitant de la période coloniale au Cameroun. Elle nous a ainsi donné des outils essentiels permettant une meilleure compréhension de l'évolution de la radiodiffusion, ses sources de financement, sa mission fondamentale qui était de conforter l'autorité coloniale sur le Cameroun.

Le travail de terrain a consisté aux interviews auprès des spécialistes des médias et de la radiodiffusion, des journalistes de radio, de télévision et de presse écrite, tant publiques que privées, ainsi que des personnes neutres. L'objectif, au cours de cette phase du travail, était d'obtenir une version synthétisée et objective des caractéristiques de la radio nationale de 1941 à 1990.

précédent sommaire suivant