WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Les déplacés allemands après la seconde guerre mondiale

( Télécharger le fichier original )
par Fortis Matthieu Copin Raphaël
Paris-Est Marne-la-Vallée - Licence Histoire 2013
  

précédent sommaire suivant

IV. Les expulsions sous la tutelle des Alliés

Le 20 novembre 1945, la Commission de contrôle alliée a donc adopté un accord d'expulsion concerté entre les différentes puissances en présence dans le panorama géopolitique européen. Dès lors, il fut créé un appareil administratif et logistique minimal chargé de contrôler l'ensemble des opérations d'expulsions entre les différentes nations européennes : le CRX (CombinedRepatriationExecutive), fondé par le CCA le 1er octobre 1945. Il était chargé d'organiser et réglementer tout déplacement d'au moins dix personnes entrant ou sortant de l'Allemagne ou des quatre zones d'occupation alliée. Il était notamment chargé de reconduire chez eux plus de 2 millions d'Alliés déplacés dans le cadre du travail forcé en Europe centrale par les nazis.

Les négociations ne furent pas toujours simples, à l'image d'un gouvernement polonais très exigeant qui devait coordonner le transfert des Allemands et celui des Polonais qui avaient été déplacés à l'est de la Bug. Les premières questions officiellement régies par le CRX furent celles du calendrier des expulsions et des conditions de transport. Concernant le planning à suivre, des divergences évidentes existaient entre pays expulseurs et accueillants, les premiers voulant débuter le plus rapidement possible tout en conservant au maximum les ex-biens allemands. A priori, les pays récepteurs étaient en position de force vis-à-vis de leurs interlocuteurs, car ils pouvaient se permettre de refuser toute arrivée si les conditions demandées n'étaient pas réunies. Devant la procrastination occidentale, Polonais et consorts n'ont pas tardé à s'impatienter et il aura fallu attendre fin février pour que les Britanniques donnent leur premier accord concret. À partir du 1er mars 1946, ils se disaient prêts à accueillir pas moins de 45 000 expulsés polonais par semaine.

Sur le plan logistique, locomotives et wagons devaient être fournis par les Polonais ou les Soviétiques en dernier recours. Les familles ne devaient pas être divisées et les femmes enceintes ne devaient pas être transportées durant les six semaines précédent ou suivant leur date d'accouchement. Selon les itinéraires suivis, les Polonais devaient même fournir des rations suffisantes pour deux ou trois jours de voyage. Les autorités soviétiques s'étaient elles montrées encore plus dures en affaire avec les Tchécoslovaques. Les 600 000 expulsés de ce pays devaient pouvoir emporter 50 kilos de bagages avec eux ainsi que 500 Reichsmarks en monnaie allemande ou en marks d'occupation, fournis par les Tchécoslovaques eux-mêmes si nécessaire. En plus de cela, deux certificats médicaux (signés par des médecins allemand et tchécoslovaque) étaient demandés pour confirmer le bon état de santé de la personne en voie d'expulsion. Dans la même veine, les Américains s'étaient aussi montrés particulièrement exigeants, demandant que les Sudetendeutsche (de Tchécoslovaquie et de Hongrie pour les USA) soient prévenus de leur déportation au moins quarante-huit heures à l'avance, rassemblés dans un camp de transit, examinés, et transportés au rythme maximal de 50 expulsés par wagon de marchandise. Aussi, les Américains souhaitaient qu'une carte d'identité en tchèque, en allemand et en anglais fût remise à chaque Sudetendeutsche directement lors de l'embarquement.

Les Hongrois, eux, étaient un cas à part. Ancien État ennemi, le gouvernement provisoire de Budapest s'était vu imposé des directives par le CCA [H] (Conseil de contrôle allié pour la Hongrie) sans aucune négociation préalable. Les expulsions de Souabes (nom donné aux Allemands ethniques d'Hongrie) commenceraient alors le 15 décembre 1945 avec un unique train de 40 wagons chauffés, transportant un total de 1000 passagers qui auront subi un examen médical et reçu les papiers nécessaires avant l'embarquement. Les trois pays « de Potsdam » avaient même eu l'intelligence d'inviter journalistes et représentants de gouvernements occidentaux à venir observer les conditions optimales des premières expulsions, les Tchèques étant des maîtres en la matière.

Mais rapidement, la situation s'est nettement aggravée pour ces expulsés. Agressions constantes, viols, et maltraitances en tout genre accablaient des populations essentiellement âgées, féminines ou extrêmement jeunes. Sur les 4100 expulsés des trois premiers trains arrivant au camp de transit de Pöppendorf, en zone britannique, 524 furent emmenés à l'hôpital dès leur arrivée9(*). De même, plusieurs autorités, à l'image des polonaises, profitaient de ces expulsions pour nettoyer leur population en se débarrassant des éléments jugés improductifs de la population allemande et en gardant les plus sains. En zone britannique, seulement 8% de ceux qui arrivaient en Territoires reconquis étaient des hommes sains.

Deux mois après le début des « expulsions organisées », le système européen de déportation avait déjà sombré dans un profond désordre, poussant alors les divers responsables des zones d'accueil à en demander l'arrêt immédiat. Les Britanniques semblaient conscients de l'état déplorable dans lequel arrivaient nombre des expulsés mais les flux étaient tels qu'il était impossible pour les Alliées de refuser les expulsés et de bloquer les trains, ce même si les Polonais ne respectaient pas les critères d'expulsion qu'ils avaient concédé au CRX trois mois auparavant. La surpopulation était devenue un trait caractéristique des camps, des trains, des bateaux et des zones d'accueil. Pour ne pas allonger la durée de l'opération Swallow (nom donné par les Britanniques à leur opération d'expulsions), le CRX accepta à la fin avril 1946 la requête polonaise : on accueillerait désormais 8000 expulsés par jour (5000 avant). Le contrôle des wagons devenait donc impossible et rendait les conditions de transport désastreuses. En Tchécoslovaquie aussi, les Etats-Unis avaient été contraints de réquisitionner des trains de fret de l'UNRRA et de leur but humanitaire au printemps 1946 afin de conduire des expulsés en zone américaine. Aussi, beaucoup d'employeurs, en annonçant à l'avance le nombre de leurs travailleurs qui seraient expulsés, cachaient plusieurs de leurs salariés allemands gratuits ou peu coûteux.

Dans les camps de rassemblement qui abritaient parfois durant des semaines les expulsés, des milliers de gens étaient contraints au travail forcé. Le taux de mortalité y était d'ailleurs énorme. À celui de Gumieñce, à Szczecin, 52 détenus moururent en janvier 1947, vraisemblablement de malnutrition ou de gelure. Le constat était peu ou prou le même du côté des points d'embarquement où famines, maladies et mauvais traitements sévissaient fréquemment. Plusieurs administrateurs locaux n'hésitaient aussi pas à se faire du profit sur le dos des expulsés en vendant à des prix exorbitants rations ou laissez-passer illégaux. Un autre commerce, plus lucratif, consistait à collaborer avec des organisations sionistes cherchant à passer outre les restrictions imposées par les autorités britannique en matière d'intégration de l'Europe vers la Palestine (la Grande-Bretagne possède une influence notable dans la région, notamment depuis la déclaration Balfour de 1917 et l'officialisation du mandat britannique en Palestine par la Ligue des Nations en 1922), limitant à 1500 le nombre d'immigrés pouvant chaque mois rejoindre la Palestine. L'antisémitisme n'avait, malgré la fin du conflit, pas vraiment diminué dans certains pays comme la Pologne (il restait 200 000 Juifs dans le pays) et les populations juives cherchaient tant bien que mal à fuir une Europe persécutrice.

Parfois même, les autorités tchécoslovaques poussaient les membres de familles séparées à mentir aux fonctionnaires présents à la frontière pour ne pas mettre les pays expulseurs dans l'embarras. « À présent, nous avons tendance à regarder l'Allemagne occupée comme une poubelle de capacité illimitée susceptible de recevoir les déchets du monde entier », notait le colonel Thicknesse à la fin de l'année 1946, celle des « expulsions organisées ».

Au total, selon des chiffres de la CRX, la zone soviétique totalisait 1,8 millions d'expulsés de Pologne et de Tchécoslovaquie. La zone américaine comptait elle 1,7 millions de Tchécoslovaques et de Hongrois, alors que la zone britannique avait accueilli 1,3 millions de personnes en provenance des Territoires reconquis. À ce total déjà impressionnant, il faut ajouter un nombre indéterminé de Volksdeutscheayant été contraints de quitter leur pays d'origine mais qui avaient rejoint l'Allemagne de manière « infiltrée » et non répertoriés. Paradoxe de toute cette politique, ces millions de personnes devaient rejoindre un pays dont les Alliés occidentaux avaient tenté durant cinq ans de détruire les centres urbains.

* 9Rapport du docteur Busekirt, conseiller médical du détachement 508, R du gouvernement militaire, Lübeck, 9 mars 1946, FO 1052/323.

précédent sommaire suivant