WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Qualité de la démocratie et de la gouvernance au Burkina Faso

( Télécharger le fichier original )
par Daouda THIOYE
ENSAE-Sénégal - Ingénieur des travaux statistiques (3éme année) 2013
  

précédent sommaire suivant

CHAPITRE I : PRESENTATION DE L'ENQUETE ET DES ZONES ETUDIEES

Dans ce chapitre nous allons décrire l'univers de l'enquête. Ainsi,après avoir mis en exergue l'état de la démocratie et de la bonne gouvernance en Afrique et au Burkina en particulier, nous insisterons sur les objectifs de cette enquête avant de donner un bref aperçu sur les différentes régions d'étude.

I.1. REVUE DE LITTERATURE

De nouveaux facteurs comme la démocratie, la gouvernance, l'adhésion et la participation des populations sont dorénavant placés au coeur des programmes de développement. C'estainsi que dans la plupart des Etats africains,vont émerger et se généraliser les processus de démocratisation et de bonne gouvernance considérés comme des alternatives de maintien de la paix sociale et de promotion du développement durable.

Aujourd'hui Afrobaromètre, un institut de sondage indépendant organise, depuis 1999, des enquêtes nationales sur « la qualité de la démocratie et de la gouvernance ».

Les résultats obtenus montrent que les africains accordent davantage plus d'importance aux principes démocratiques qu'auparavant et aussi une évolution de la perception des systèmes politiques en Afrique subsaharienne. Ainsid'après ces enquêtes, environ 72 % des africains soutiennent la démocratie.

Concernant le Burkina Faso, le mouvement de démocratisation de la vie politique amorcé en 1991 par l'adoption de la constitution a enregistré des progrès indéniables.De ce fait, le pays jouit, depuis deux décennies, d'une stabilité politique et d'un élan de renouveau démocratique.Cette stabilité lui a conféré une notoriété qui lui permet de jouer un rôle actif dans le maintien de la paix et la résolution des crises dans lasous-région.

Selon un récent rapport de la Banque Mondiale sur la bonne gouvernance en Afrique bâti sur six critères (le caractère démocratique des institutions politiques, l'instabilité politique et la violence, l'efficacité des pouvoirs publics, le poids des réglementations, la primauté du droit, et enfin la lutte contre la corruption), le Burkina Faso arrive en tête dans la communauté économique des Etats de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO), soit le 7e rang africain.Cependant,il reste beaucoup de choses à revoir. A cet effet on peut signaler l'existence de la corruption qui ne cesse de prendre de l'ampleur, malgré la mise en place d'institutions publiques de lutte anticorruption et l'existence d'une société civile engagée. C'est ainsi, qu'une enquête du réseau national de lutte anti-corruption (RENLAC) réalisée en 2007 sur l'ensemble des chefs-lieux de régions a révélé que 68,8 % de la population pensaient que la corruption avait augmenté au Burkina Faso.

Cependant, les autorités burkinabè sont bien conscientes des efforts à consentir pour le raffermissement des valeurs démocratiques et de la gouvernance politique comme l'approfondissement de l'Etat de droit de manière à enraciner durablement, le processus démocratique et à consolider la stabilité sociopolitique dans le pays.

précédent sommaire suivant