pubAchetez de l'or en Suisse en ligne avec Bullion Vault


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

Importance de la logistique dans l'organisation d'un système portuaire: Cas du Port de Cotonou


par Marcolino AGONSANOU
Ecole Nationale d'Economie Appliquée et de Management Cotonou - Diplôme de Technicien Supérieur 2005
Dans la categorie: Géographie
   
Télécharger le fichier original

précédent sommaire suivant

I - Objectifs

L'objectif principal de notre étude est de montrer la nécessité de l'adoption de la logistique dans le système portuaire béninois. Ainsi les stratégies logistiques que nous suggérerons permettront de :

- Mieux organiser le système portuaire béninois en vue d'optimiser son trafic ;

- Rendre plus compétitive la chaîne portuaire béninoise ;

- Gérer de façon rationnelle et efficiente la plate - forme logistique portuaire de Cotonou.

II- Organisation de l'étude

Pour atteindre ces objectifs nous avons exploité la littérature existante sur la logistique en vue de ressortir une définition de la logistique portuaire.

Ensuite les enquêtes essentiellement basées sur les entretiens et l'exploration de l'ensemble du domaine portuaire et des activités qui s'y déroulent, nous ont permis d'identifier les dysfonctionnements liés au processus de circulation des flux physiques et d'informations et d'énumérer les forces et faiblesses du Port de Cotonou.

L'analyse des données statistiques nous permettra de faire des prévisions de trafics dans un horizon très proche d'une part et de procéder à la conception d'un système logistique d'autre part. Enfin nous formulerons les propositions et recommandations à l'endroit du Port Autonome de Cotonou.

Chapitre II- Le concept de la logistique

La logistique est un mot d'origine militaire qui signifie la mise en oeuvre des moyens permettant le déplacement des unités. Très employée au cours de la seconde guerre mondiale, la logistique est la mise au point des moyens techniques pour assurer l'approvisionnement des unités. Le plan MARSHALL a fait pénétrer ce mot dans les entreprises en commençant par les grandes.

L'implantation de la logistique a commencé par l'Amérique et le Japon. Le développement des outils logistiques a commencé dans les années 1960 et au début des années 1970. Elle est devenue un outil généralisé, c'est-à-dire qu'elle a pénétré le champ économique, puis celui de l'entreprise, pour être à ce jour un véritable concept de gestion d'entreprise.

Section 1 : Définitions et quelques composantes de la logistique.

I - Définitions et évolution de la logistique

Plusieurs définitions ont été admises par la littérature depuis son apparition jusqu'à nos jours.

La première définition sous le nom de logistique remonte à 1948 quand le comité des définitions de l'American Marketing Association a proposé : « mouvement et manutention de marchandises du point de production au point de consommation ou d'utilisation ». Cette définition correspond bien toujours à l'image de la logistique communément répandue encore aujourd'hui.

Après la définition de l'American Marketing Association, celle de Magee a été l'une des premières à clairement englober les flux d'approvisionnement dans la logistique : « Technique de contrôle et de gestion des flux des matières et de produits, depuis leurs sources d'approvisionnent jusqu'à leur point de consommation ».

Mais cette définition restait encore très orientée sur des aspects physiques et ne fait pas ressortir les aspects immatériels (les flux d'information). C'est ce pourquoi Daniel Tixier, Hervé Mathe et Jacques Colin ont donné la définition suivante de la logistique :

« La logistique est le processus stratégique par lequel l'entreprise organise et soutien son activité. A cet titre on peut déterminer et gérer les flux matériels et informationnels afférents, tant interne qu'externe, en amont qu'en aval. Dans le cadre de la poursuite des objectifs généraux à laquelle elle concourt sa mission consiste à permettre l'élaboration de l'offre de l'entreprise et en réaliser la rencontre avec la demande du marché tout en recherchant systématiquement les conditions d'optimalité dans l'exécution. Sa mise en oeuvre procédant de différents acteurs, elle est appelée à gérer en ce sens les tensions à leurs interfaces du fait de la non identité de leur objectif propre ».

Cette définition peut être réduite à la plus simple suivante : « La fonction de la logistique dans l'entreprise est d'assurer au moindre coût la coordination de l'offre et de la demande, au plan stratégique et tactique ainsi que l'entretien à long terme de la qualité des rapports fournisseurs - clients qui la concernent ».

La logistique portuaire peut être ainsi définie comme étant l'ensemble des moyens stratégiques et opérationnels permettant d'optimiser les fonctions intermodales dans la chaîne portuaire. C'est aussi une démarche permettant de rendre plus rapide et plus efficiente que rapide les différentes opérations d'un port.

II- Quelques composantes de la logistique portuaire

Ici, l'accent serait mis sur quelques composantes de la logistique existant ou pouvant exister sur la plate - forme portuaire. Au nombre de ces composantes nous pouvons distinguer :

· La manutention

· L'entreposage

1- La manutention

La manutention est la manipulation et le déplacement des marchandises en vue de leur emmagasinage ou entreposage. Les moyens techniques de la manutention constituent une des composantes fondamentales de la logistique. C'est d'ailleurs le secteur de la logistique qui a le plus évolué au cours de ces dernières décennies. 

Les systèmes de manutention les plus courants sont la manutention des conteneurs et la manutention des marchandises conventionnelles non conteneurisées : sacheries, roulantes, palettes à nu, caisse...)et la manutention des vracs

Le système de manutention des conteneurs

Il comprend quatre composantes que sont : l'entreposage sur remorque, le système des chariots élévateurs lourds, le système des chariots cavaliers et le système des grues portique.

Le système d'entreposage sur remorque consiste à décharger les conteneurs importés d'un navire par une grue et sont ensuite chargés sur des remorques qui sont tractées jusqu'à un emplacement assigné dans l'aire d'entreposage, où elle restera jusqu'à ce qu'un tracteur routier l'emmène. Les remorques transportant des conteneurs destinés à l'exportation sont amenées dans l'aire de stockage par traction routier, puis conduites au navire à l'aide des matériels du port.

Le système des chariots élévateurs lourds : C'est un système qui consiste à utiliser des chariots élévateurs à fourche lourds d'une capacité d'environ 42 tonnes équipés d'un palonnier à prise par le haut et peut gerber des conteneurs de 40 pieds pleins sur 2 à 3 hauteurs.

Le système des chariots cavaliers est celui permettant de gerber des conteneurs sur deux (02) ou trois (03) hauteurs, les déplacer du quai à l'aire d'entreposage et les charger sur un véhicule routier ou les en décharger.

Le système des grues à portique permet de gerber les conteneurs se trouvant dans l'aire d'entreposage d'être gerbés à l'aide de grue à portique sur rail sur une hauteur de cinq (05).

La manutention des marchandises non conteneurisées et des vracs

Elle est généralement effectuée par les propres moyens de manutention du navire en ce qui concerne la manutention bord quai. Celle-ci est ensuite relayée par des élévateurs à fourche ou les dockers en ce qui concerne la manutention à quai.

Les différents types de manutention

Chaque catégorie de marchandises est manutentionnée en plusieurs phases qui déterminent les types de manutention à savoir :

- La manutention bord ou stevedoring

- La manutention terre ou acconage

· La manutention bord ou stevedoring

Elle consiste en un regroupement des opérations de chargement et de déchargement des navires. Ces opérations sont effectuées de façon cyclique que l'on peut décomposer en quatre phases : Prise de la palanquée en cale, transfert à terre, pose de la palanquée et retour. Lorsqu'elles s'effectuent du bord vers la terre ou de la terre à bord du navire à l'aide des grues du navires ou à quai, on parle de la manutention verticale. C'est le cas par exemple des navires LO/LO. Lorsqu'elles s'effectuent par la rampe du navire avec l'aide d'engins de manutention éventuellement pour les navires transportant des véhicules, on parle de manutention horizontale. C'est le cas des navires RO/RO.

· La manutention terre

Les opérations terre s'effectuent aussi de façon cyclique décomposée comme suit :

- Saisie de la palanquée

- Transfert

- Pose en magasin ou terres pleins et camions (enlèvement direct). C'est donc l'ensemble des opérations depuis le dépôt de la palanquée au sous-palan jusqu'à l'arrimage dans les magasins, terre-pleins ou les camions.

Cas particuliers de manutention

- Le shifting

Il consiste à déplacer les marchandises non destinées au port de déchargement soit à l'intérieur du navire, on parle de shifting bord - bord  ; soit du navire sur le quai et ensuite du quai sur le navire :on parle respectivement de shifting bord - terre et de shifting terre - bord.

Il peut être vertical (en soulevant les marchandises avec les grues du navire) ou horizontal (en roulant grâce à un matériel approprié : tracteurs, mafis...)

Le shifting diffère du transbordement en ce sens que toutes les opérations s'effectuent sur un même navire.

2- L'entreposage

La variété des installations d'entreposage dans les ports découle de la diversité des besoins d'entreposage des marchandises. Pour assurer une circulation fluide des marchandises à travers les postes à quai, les autorités portuaires doivent établir des procédures et des pratiques d'entreposage. Il existe deux principaux types d'entreposage portuaire à savoir l'entreposage en transit pour les marchandises ne restant qu'un laps de temps dans le port et l'entreposage à long terme pour les marchandises qui, pour des raisons diverses doivent séjourner plus longuement dans le port.

L'entreposage de transit permet d'une part de réduire le risque de déséquilibre navire/quai, d'autre part il permet d'accomplir les inspections, la perception des taxes à l'importation et les autres formalités et évite l'encombrement du quai ; il ne retarde pas la rotation du navire comme tend à le faire le transfert direct dans ces mêmes circonstances. Enfin il permet de se protéger contre les risques de retard que les navires et les marchandises peuvent subir du fait du mauvais temps ou des problèmes ayant surgi au cours d'escale précédente.

L'entreposage à long terme s'est développé considérablement dans certains pays au point où il assure des revenus importants pour l'autorité portuaire allant parfois de 30 à 40% de la totalité des revenus du port.

Section 2 :La logistique, un concept de management

I- La logistique : un sous-système du management

Le contexte économique étant en évolution permanente, le management n'est pas figé, ni dans théorie,ni dans sa pratique. Le management évolue donc et génère des concepts nouveaux pour s'adapter dont celui de la logistique.

La logistique se préoccupant des contraintes de l'ajustement de l'offre à celles de la demande, elle est aujourd'hui un concept de direction générale qui va se développer considérablement au fil des prochaines années. Sa maîtrise devrait donc être une des clés du succès et même tout simplement de la survie. Le concept de logistique résulte alors d'une évolution naturelle de la pensée sur le management.

De nos jours, il doit y avoir une véritable politique d'entreprise articulée autour du concept de logistique qui vise une collaboration soutenue des différentes tâches si l'on veut que cette logique porte ses fruits, cela veut dire que la logistique doit être considérée non pas comme induite par l'activité économique, mais comme un élément fondateur de la politique générale, donc donnant naissance à des stratégies et des tactiques.

« La démarche logistique sonne peut-être le glas du management général dont les coups brillants reposent sur l'intuition » La logistique d'entreprise, vers un management plus compétitif, page 24

La logistique en tant que concept de management se évolue de nos jours vers un concept intégrateur des activités managériales sur une base transversale. Ce concept s'exprime à travers le terme anglo-saxon "supply chain management".

II- Le concept "supply chain management"

C'est un concept relativement récent qui regroupe des enseignements souvent regroupés sous le terme « logistique ». C'est aussi un concept moteur en ce sens qu'il véhicule une certaine conception de l'organisation et du management des entreprises.

On définit assez souvent la supply chain comme « la suite des étapes de production et de distribution d'un produit depuis les fournisseurs des fournisseurs du producteur jusqu'aux clients de ses clients »

On peut donc définir le management de la supply chain comme le pilotage de ses flux et de la gestion de ses stocks à travers une gestion informatique de l'ensemble des informations nées de la chaîne, aux fins d'obtenir un niveau de performance désiré à coût réduit.

La supply chain est un concept moteur qui joue le rôle de paradigme. La vitesse de circulation des produits dans la supply chain, mesure son efficacité. L'objectif global est la recherche d'une nouvelle rapidité d'adaptation aux évolutions techniques et de marché, « une agilité » au sein de l'entreprise mesurée au moins en partie par un temps de parcours de la supply chain toute entière aussi bien chez les fournisseurs du fabricant que dans les circuits de distribution.

Le concept de supply chain est aussi porteur de changement d'organisation au sein des entreprises. L'approche de la supply chain tend à absorber peu à peu une grande part d'activités économiques.

Les professeurs Ricardo Ernst et Michel Fender la définissent alors comme « l'ensemble des infrastructures, des équipements, des hommes et des opérations qui rendent possible le flux de matières, d'informations et financier depuis l'acquisition des matières premières jusqu'à la production et la distribution dans les mains du consommateur »

TROISIEME PARTIE :

précédent sommaire suivant