WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

Politique monétaire : efficacité des instruments utilises au Cameroun

( Télécharger le fichier original )
par Kadanji ANDRE
Université de Ngaoundere - Maitrise 2005
Dans la categorie: Economie et Finance
  

précédent sommaire suivant

Soutenons La Quadrature du Net !

I - Le modèle utilisé pour l'analyse de l'inflation

Le but clé de la politique monétaire de plusieurs banques centrales est de maintenir le taux d'inflation faible. Mais, dans une économie de marché, la banque centrale ne peut pas contrôler directement l'inflation, c'est ainsi qu'elle utilise des instruments comme le taux d'intérêt. Des études empiriques ont montré que le taux d'inflation est associé à plusieurs variables.

1) L'équation de l'inflation

On parle de stabilité des prix lorsque l'inflation est faible pour influencer les décisions des agents économiques. Le taux d'inflation correspond à l'augmentation en pourcentage que les prix moyens enregistrent au cours d'une année. Le maintien de taux d'inflation bas contribue à instaurer un climat favorable à la modération des taux d'intérêt aux investissements productifs à long terme, ce qui stimule la croissance économique et la création d'emploi.

Plusieurs études empiriques ont été menées sur l'impact de la politique monétaire sur l'inflation. C'est ainsi que Black et al (1998) pour analyser les coûts et les avantages de la stabilité des prix au Canada, ont utilisé un modèle trimestriel de prévision qui comprend une fonction endogène de réaction de politique monétaire. Ils ont trouvé que la banque centrale ne peut maîtriser directement l'inflation, les chocs que subit l'économie se répercutent sur celle-ci. La politique monétaire fait sentir donc ses effets sur l'inflation avec retard. Couramment pour évaluer les coûts liés à la réduction de l'inflation, la méthode employée consiste à estimer une courbe de Phillips.

L'équation d'inflation retenue dans la présente étude dérive du modèle utilisé par Nubukpo (2003) pour étudier l'efficacité de la politique monétaire en Afrique de l'Ouest après 1989. En effet le modèle exposé ci-après est beaucoup plus explicite car il tient compte de notre première hypothèse à savoir, H: les taux d'intérêt directeurs de la BEAC influencent négativement l'inflation. Les déterminants de l'offre de monnaie dépendent des variations des taux d'intérêt directeurs de la banque centrale et du PIB réel.

Le prix à la consommation peut être écrit comme la variable qui représente le prix des biens vendus dans un pays. L'indice des prix à la consommation (IPC) mesure l'évolution de ces prix. Supposons que l'IPC dépende du coût des biens domestiques (IPD) et de l'indice des prix des biens importés (IPM). On a ainsi :

IPC = C + á IPD + (1 - á) IPM + å (1)

Avec 0< á < 1, C = constante, å = terme de l'erreur

Le prix domestique (IPD) dépend des tensions existant sur le marché de monnaie et celui des biens et services. Il est fonction de l'offre de monnaie, de la demande de monnaie et de la variation du PIB. L'offre de monnaie dépend à son tour des taux d'intérêt directeurs de la banque centrale à savoir le taux d'intérêt d'appel d'offre (TIAO) et le taux d'intérêt de prise en pension (TIPP) et de la variation du PIB. La demande de monnaie quant à elle, elle dépend du revenu réel des agents économiques. On a donc :

IPD = - â1 TIAO - â2 TIPP + â3 ÄPIB (2)

Avec â1, â2, â3 = 0

En intégrant l'équation (2) dans l'équation (1) on aura :

IPC = C - á â1 TIAO - á â2 TIPP + á â3 ÄPIB + (1- á) IPM + å (3)

Ou encore :

IPC = C + a1 TIAO + a2 TIPP + a3 ÄPIB + a4 IPM + å (4)

Avec

a1 = -á â1

a2 = - á â2

a3 = á â3

a4 = 1 - á

En résumé, le taux d'inflation est lié aux taux d'intérêt directeurs de la banque centrale, à la variation du produit intérieur brut et au prix à l'importation. Ainsi se présente le modèle économique nous permettant d'analyser l'impact de la politique monétaire (les taux d'intérêt directeurs de la banque centrale) sur l'inflation. Nous utiliserons la régression multiple cette analyse.

2) Les variables du modèle

Une variable est une grandeur qui peut être mesurée et qui est susceptible de prendre des valeurs différentes dans le temps et dans l'espace. Elle est souvent assimilée à un indicateur qui rend compte de l'évolution dans le temps et dans l'espace d'un phénomène quantifiable. Dans le cadre de l'équation de l'inflation, on aura une variable endogène et des variables exogènes.

a) La variable à expliquer

La variable endogène est le principal indicateur dont on cherche à mesurer ou à expliquer à travers d'autres variables. Ce modèle vise à évaluer l'impact des taux d'intérêt directeurs (instrument de la politique monétaire) sur l'inflation au Cameroun. Ainsi, le but de l'équation de l'inflation est de déterminer l'effet des taux d'intérêt directeurs dans la lutte contre l'inflation en particulier et de toutes les variables des prix en générale. Ici, notre variable à expliquer est le taux de croissance de l'inflation, dans la mesure où nous cherchons à vérifier l'évolution du taux de croissance de l'inflation suite à une manipulation des instruments de la politique monétaire au Cameroun.

Le taux de croissance de l'inflation est un indicateur qui permet de mesurer l'évolution de la hausse du niveau général des prix dans une économie et durant une période. Les économistes font appel à plusieurs méthodes pour mesurer la croissance de l'inflation dans une économie, la plus courante est l'indice des prix à la consommation (IPC).

Il y a au moins trois façons de mesurer la croissance de l'inflation. Il est important de savoir laquelle est utilisée et de bien saisir les différences qui existent entre elles. Parmi ces mesures on a :

- le taux de croissance trimestriel annualisé de l'inflation,

- le taux de croissance en glissement annuel de l'inflation,

- le taux de croissance annuel moyen de l'inflation.

On calcule le taux de croissance trimestriel annualisé en comparant l'inflation de deux trimestres consécutifs, puis en ramenant le résultat sur une année. Cette mesure donne un aperçu de l'évolution récente de l'inflation dans une économie.

Le taux de croissance en glissement annuel s'obtient en comparant le taux de croissance de l'inflation d'un trimestre donné à celui du même trimestre de l'année précédente.

On obtient le taux de croissance annuel de l'inflation en faisant la moyenne de taux de croissance de l'inflation par trimestre.

Le taux de croissance de l'inflation peut mesurer l'influence de l'évolution des prix sur la liquidité d'une économie. C'est ainsi que plusieurs travaux empiriques sur le sujet ont utilisé des variables telles que :

- les taux d'intérêt,

- les prix à l'importation et les prix domestiques,

- le niveau de dépenses publiques,

- la croissance du PIB

Ces différents indicateurs permettent d'appréhender l'inflation dans une économie. A notre niveau, en ce qui concerne le Cameroun, nous retiendrons l'évolution de l'indice des prix à la consommation en moyenne annuelle pour représenter le taux d'inflation.

b) Les variables explicatives

La variable explicative est un indicateur économique qui permet d'expliquer un phénomène économique, qu'elle est susceptible d'influencer. Elle est encore appelée variable de contrôle.

Pour le modèle nous permettant d'analyser l'inflation, nous retiendrons les variables explicatives suivantes : les taux d'intérêt directeurs de la BEAC ; le taux de croissance du PIB réel et l'indice des prix à l'importation du Cameroun.

Les taux d'intérêt directeurs sont les différents taux appliqués par la banque centrale pour ses interventions sur le marché monétaire. Ainsi, au niveau de la BEAC, on peut retenir deux taux d'intérêt qui peuvent servir des taux d'intérêt directeurs :

- le taux d'intérêt d'appel d'offre (TIAO) ;

- le taux d'intérêt de prise en pension (TIPP).

Le taux de croissance du PIB réel, nous permet de mesurer ou de rendre compte de l'évolution de la richesse d'une économie ou d'un pays. Le PIB réel est la valeur totale des biens et services produits dans une économie. Le terme réel signifie que ce total est corrigé de l'inflation.

L'indice des prix à l'importation (IPM) mesure l'évolution des prix des biens importés c'est-à-dire des biens produits par d'autres pays, mais vendus dans notre pays. L'IPM est mesuré annuellement.

précédent sommaire suivant