WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Méthode de diagnostic rapide d'un écosystème récifal corallien: application du logiciel coremo. (récifs aux environs de Djamandjar-Nosy Be, côte nord ouest de Madagascar)

( Télécharger le fichier original )
par Tolojanahary RAKOTONIRINA
Institut Halieutique et des Sciences Marines (IH.SM), Université de Toliara-Madagascar - Maîtrise des Sciences et Techniques de la Mer et du Littoral 2007
  

précédent sommaire suivant

II- LE RECIF DE DZAMANDJAR

II-1. DESCRIPTION GLOBALE

Comme il n'y a pas de fort hydrodynamisme, le récif de Dzamandjar est un récif frangeant qui se termine vers le large par une formation corallienne plus dense en un tombant très incliné; il n'y a pas de formation de zone d'éperon sillon. Les marées, du type semi diurnes présentent une amplitude maximum de quatre mètres en grandes vives eaux. Elle se réduit à 0,8 mètres en grandes mortes eaux.

II-2. DIAGNOSTIC DU RECIF

Sur le récif, on a choisi deux stations différentes, sur lesquelles on estime le pourcentage de couverture corallienne (à partir des transects) et la biomasse des poissons (à partir du comptage des poissons). Ces deux stations sont successivement le platier récifal et la pente externe.

II-2.1. Le platier récifal

Le platier est à fond presque nu et sableux parsemé des blocs des coraux morts. De ce fait, nous n'avons pas fait des transects ni comptage des poissons sur cette station. La profondeur de cette station est de 1 à 4 mètres.

Au milieu du platier récifal, qui se trouve environ à 500 mètres du rejet, on constate que les coraux commencent à apparaître. On constate aussi un important phénomène d'envasement qui a favorisé le développement des herbiers de phanérogames et des macro algues, notamment Halimeda opuntia qui tendent à envahir le platier. Il y a aussi les Echinodermes du genre Tripneustes gratilla, Diadema setosum et Holothuria atra. Les espèces branchues, surtout les Acropora, sont complètement absentes.

.

 

- 25 -

Photo 9 : Platier récifal du récif de Dzamandjar

La dégradation totale est causée par plusieurs facteurs. En effet, arrondissement à fortes activités économiques (industrielles et touristiques), Dzamandjar présente une densité de population élevée. Par l'insuffisance de structure sanitaire (latrines, ...) au niveau du village, le délabrement ou la défaillance des structures d'assainissement à Dzamandjar, le milieu marin constitue un déversoir des déchets de toutes sortes y compris les déjections humaines. Les intrants chimiques utilisés par la SIRAMA constituent aussi un grave problème. De même, les rejets organiques des pêcheries de Nosy Be au niveau du cratère et les effluents acides de l'usine de la SIRAMA, sans traitement préalable, sont rejetés dans les rivières et se déversent ensuite dans la mer. Ces substances organiques peuvent modifier les conditions écologiques exigées par les coraux. Les rejets d'hydrocarbures en mer sont des pratiques courantes dans les principaux ports.

- 26 -

II-2.2. La pente externe

précédent sommaire suivant