WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Méthode de diagnostic rapide d'un écosystème récifal corallien: application du logiciel coremo. (récifs aux environs de Djamandjar-Nosy Be, côte nord ouest de Madagascar)

( Télécharger le fichier original )
par Tolojanahary RAKOTONIRINA
Institut Halieutique et des Sciences Marines (IH.SM), Université de Toliara-Madagascar - Maîtrise des Sciences et Techniques de la Mer et du Littoral 2007
  

précédent sommaire suivant

II-2.2.1. Pourcentage de recouvrement des formes benthiques

Les graphes ci-dessous (figure 1) montrent le taux de recouvrement des formes benthiques sur la station de la pente externe du récif de Dzamandjar.

Figure 1 : Pourcentage de recouvrement des formes benthiques
(Site : Dzamandjar ; Station : Pente externe)

Les graphes montrent que les coraux vivants occupent un pourcentage de recouvrement de 57,89%. Parmi ces coraux vivants, 30% sont des espèces foliacées et des espèces branchues qui commencent à s'installer. En effet, on peut dire que les coraux sont en bon état. Toutefois, on note également une abondance des coraux mous et d'algues qui traduit la richesse en matière organique. Cette dernière est due aux apports de la sucrerie, des hôtels et des effluents domestiques.

La composante abiotique occupe un pourcentage de 38,60%. Cette composante reflète le taux des coraux morts et des débris de sable. Elle traduit donc une sédimentation. Cette dernière renforce encore ce qu'on a constaté au niveau du platier.

Le pourcentage de la composante « énalgué » est presque nul. L'énalgué est formé par des coraux précédemment blanchis, qui meurent et recouverts ainsi des gazons algaux après quelques années.

II-2.2.2. Estimation de la biomasse des poissons

L'histogramme ci-dessous (figure 2) représente la répartition de la biomasse des poissons, exprimée en g/m2, suivant les régimes alimentaires.

Biomasse (en g/m2)

 

Régime alimentaire

- 27 -

Figure 2 : Répartition de la biomasse des poissons (g/m2) suivant le régime alimentaire
(Site : Dzamandjar ; Station : Pente externe)

Noter que ce sont surtout les poissons carnivores qui sont les principales cibles de la pêche locale.

D'après l'histogramme, la biomasse des carnivores diurnes atteint jusqu'à 1,44 g/m2 ; celle des carnivores nocturnes est de 1,32g/m2. Les herbivores, les omnivores et les planctonophages sont presque absents. Ces résultats montrent que la station de la pente externe est peuplée par des poissons carnivores. L'abondance en poissons carnivores est corrélée avec le taux de couverture corallienne assez élevé. Aussi, grâce à sa profondeur (de 8 à 10 mètres) l'activité de pêche y est moins importante par rapport au platier récifal. Les herbivores sont pratiquement absents par ce que le pourcentage de recouvrement en algue est presque nul

II-3. LES SOURCES DE DEGRADATION DU RECIF

D'une manière générale, le récif de Dzamandjar connaît une dégradation progressive. Cette dégradation affecte surtout le platier récifal et s'atténue progressivement en allant vers la pente externe. Les coraux sont détruits presque complètement et laisse la place à des espèces opportunistes comme Enhalus accoroides (herbiers qui poussent au niveau des endroits où il y a un apport d'eau douce).

- 28 -

On trouve dans la région de Nosy Be des activités socio économiques aussi diverses que dans les autres régions de Madagascar. La plupart de ces activités sont concentrés dans l'arrondissement de Dzamandjar.

précédent sommaire suivant