WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Méthode de diagnostic rapide d'un écosystème récifal corallien: application du logiciel coremo. (récifs aux environs de Djamandjar-Nosy Be, côte nord ouest de Madagascar)

( Télécharger le fichier original )
par Tolojanahary RAKOTONIRINA
Institut Halieutique et des Sciences Marines (IH.SM), Université de Toliara-Madagascar - Maîtrise des Sciences et Techniques de la Mer et du Littoral 2007
  

précédent sommaire suivant

II-3.4. Assainissement

Pour la plupart des villes malgaches, le problème d'assainissement constitue une menace parce qu'il est inséparable au développement urbain incontrôlé, de la croissance démographique démesurée et de la migration excessive de la population. Nosy Be présente toutes les conditions favorisant ce problème, telles qu'un développement urbain relativement incontrôlé, une croissance démographique galopante, et une migration importante.

Nosy Be est une zone touristique dont les problèmes d'assainissement sont manifestes et parfois gênant. En effet, cette zone souffre d'insuffisance d'infrastructures. Pour le cas de l'arrondissement de Dzamandjar, les quartiers disposent d'un système d'assainissement individuel pour l'évacuation d'eaux usées domestiques. Pour les excrétas, il y a trois modes d'évacuation : fosse sceptique (cas des hôtels et de certaines habitations), fosse perdue, utilisation des plages et des mangroves.

Les ordures ménagères sont déposées soit au niveau des points de collecte pour être ramassées par le service de la voirie qui les transporte à Ambonara (lieu de décharge

III- LE RECIF DE LA POINTE AMBONDRONA III-1. DESCRIPTION GLOBALE DU RECIF

C'est un récif frangeant à faciès dégradé mais parsemé des coraux vivants comme

Lobophyllia corymbosa, Montipora sp. , Echinopora lamellosa, etc Ce récif se trouve à
environ 1500 mètres de la zone de rejet de la SIRAMA.

III-2. DIAGNOSTIC DU RECIF III-2.1. Le platier récifal

Sur le platier récifal de ce site, on n'a pas fait des transects, parce que ce platier est complètement nu. En effet, on ne voit que des débris coralliens associés à des sables.

III-2.2. La pente externe

III-2.2.1. Pourcentage de recouvrement des formes benthiques

Les graphes ci-dessous (figure 3) montre le taux de recouvrement du benthos sur la pente externe du récif de la pointe Ambondrona.

- 31 -

Figure 3 : Pourcentage de recouvrement des formes benthiques
(Site : Pointe Ambondrona ; Station : Pente externe)

Les graphes de la figure 3 montrent un pourcentage de couverture en coraux vivants égal à 26,67% contre un pourcentage en composante abiotique égale à 45,00%.

Ce résultat traduit que le site en question est dégradé, la vitalité corallienne y est faible. La sédimentation, qui est reflétée par le pourcentage d'« abiotique », est très élevée.

La forte sédimentation peut être due à l'extraction de matériaux (roches, sables, débris de coraux) qui est très important sur le littoral. Ces roches sont utilisées, par les populations locales, comme matériaux de construction. L'extraction favorise une érosion côtière, d'où l'apport de sédiments vers la mer notamment pendant les grandes marées (haute mer de vives eaux). Rappelons que l'amplitude des marées est assez importante au niveau de la côte Nord-Ouest de Madagascar. En plus de la sédimentation, la faible vitalité corallienne peut être causée par les rejets d'eaux usées de la SIRAMA. Les produits chimiques (engrais, pesticides,...) utilisés dans les plantations des cannes à sucres et dont les résidus sont transportés par des eaux de ruissellement directement vers la mer, ont des effets néfastes sur les récifs. Ces produits chimiques peuvent contribuer à la toxicité des animaux marins.

La composante « énalgué » présente un pourcentage de 3,33%. D'une manière générale, cette composante permet d'estimer l'importance du phénomène de blanchissement corallien, car ce sont les coraux précédemment blanchis et qui meurent après quelques années qui sont, le plus souvent, recouverts de gazons algaux.

Le taux de recouvrement en algues de la pente externe est aussi élevé (11,67%).Les algues du genre Enhalus accoroides sont particulièrement abondantes indiquant la pollution organique.

précédent sommaire suivant