WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Méthode de diagnostic rapide d'un écosystème récifal corallien: application du logiciel coremo. (récifs aux environs de Djamandjar-Nosy Be, côte nord ouest de Madagascar)

( Télécharger le fichier original )
par Tolojanahary RAKOTONIRINA
Institut Halieutique et des Sciences Marines (IH.SM), Université de Toliara-Madagascar - Maîtrise des Sciences et Techniques de la Mer et du Littoral 2007
  

précédent sommaire suivant

PARTIE II : METHODOLOGIE

I - APPROCHE METHODOLOGIQUE

La méthodologie générale adoptée durant l'étude repose sur une démarche en trois phases :

Première phase : valorisation des données et informations existantes.

Durant cette étape, on a fait une étude bibliographique durant trois mois (du Décembre 2006 au Février 2007). Cette première étape a été réalisée auprès des centres de recherche (CNRE, CNRO) ; des bibliothèques (CIDST, Académie Malagasy) et sur Internet.

Deuxième phase : diagnostic sur terrain qui consiste à collecter les données et les informations manquantes lors de la première phase.

La collecte des informations a été faite à partir :

? d'enquêtes: Ces dernières concernent les descripteurs permettant de caractériser les différents usages du milieu (industriels, agricoles, domestiques) en fonction de leur nature et de l'importance des risques pour l'environnement. Ces données correspondent à la vulnérabilité du site.

? des relevés et d'observation in situ des caractéristiques biocénotiques et géomorphologiques propres à chaque type de milieu. Ces données correspondent aux sensibilités du site. Ce sont les données des transects et des radiales d'exploration.

La deuxième étape a été faite à Nosy Be durant le mois de mars et en compagnie avec les techniciens de la CNRO.

Troisième phase : analyse intégrée et restitution des résultats recueillis au cours des deux premières phases.

Cette dernière étape a été faite à l'aide du logiciel CoReMo (Coral Reef Monitoring).

II - METHODE D'ETUDE

Compte tenu du fait que les peuplements d'un récif ne peuvent être diagnostiqués dans leur totalité, il faut adopter une stratégie d'échantillonnage qui fournit l'image la plus représentative possible du secteur à étudier.

- 15 -

L'intégration des informations résultant de l'analyse bibliographique et des données sur le terrain, permet de recenser et de définir préalablement les principaux types d'entités géomorphologiques et biocénotiques rencontrés au niveau de la zone étudiée. Ensuite, une analyse intégrée permet d'élaborer une typologie des milieux sous marins.

L'analyse est basée sur des éléments de terminologie récifale et sur leurs composantes biocénotiques telles que : l'identification d'organismes animaux et végétaux, définition des peuplements dominants et spécifiques, la quantification ponctuelle des peuplements caractéristiques (transects localisés, estimation des couvertures du substrat,...) ; les caractéristiques du milieu. L'analyse aide aussi à connaître les principales tendances du milieu et des peuplements constitutifs.

Avant l'échantillonnage proprement dit, il convient de préciser au préalable les notions des secteurs, sites et stations d'un récif. Ils correspondent à des échelles spatiales différentes. On doit aussi adopter les techniques de codification.

précédent sommaire suivant







Rassembler les contraires c est creer l harmonie