WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Méthode de diagnostic rapide d'un écosystème récifal corallien: application du logiciel coremo. (récifs aux environs de Djamandjar-Nosy Be, côte nord ouest de Madagascar)

( Télécharger le fichier original )
par Tolojanahary RAKOTONIRINA
Institut Halieutique et des Sciences Marines (IH.SM), Université de Toliara-Madagascar - Maîtrise des Sciences et Techniques de la Mer et du Littoral 2007
  

précédent sommaire suivant

II-1. LA NOTION DES SECTEURS, SITES ET STATIONS

II-1.1. Le secteur :

C'est une portion homogène d'un récif, du point de vue géomorphologique global et environnemental (facteurs climatiques et océanographiques) et vis-à-vis des actions anthropiques qui s'y exercent (Conand et al. 1997). Notre secteur est la région de Nosy Be.

II-1.2. Le site :

C'est une zone plus réduite qui sert à caractériser un secteur. Durant l'étude, on a exploré quatre sites différentes qui sont : le récif de Dzamandjar, le récif de Nosy Tanga, le récif de la pointe Ambondrona, et le récif d'Ampasindava/Hassanaly.

II-1.3. La station :

C'est l'élément de référence de l'étude où sont localisés les transects des relevés. Ces derniers sont effectués en un site à deux stations appartenant à des biotopes différents : le platier et la pente externe. On a étudié huit stations différentes.

Pour les platiers, l'exploration a été effectuée en apnée. Les stations des pentes externes s'étendent jusqu'à une profondeur de 6 à 15m, suivant les conditions des récifs. Cette profondeur a été choisie pour plusieurs raisons : la vitalité du récif y est forte ; cette profondeur doit permettre des temps d'échantillonnage suffisants tout en respectant les règles de sécurité de la plongée en scaphandre.

II-2. - 16 -

LA CODIFICATION

Une codification simplifiée des peuplements benthiques et des substrats a été élaborée à partir du manuel de English et al. (1994). Elle comporte 34 catégories qui correspondent aux mieux aux substrats et peuplements qui peuvent être rencontrés dans la zone de l'Océan Indien occidental. Chacune de ces catégories est associée à un code pour faciliter le relevé sous-marin. Pour les coraux, on opposera en premier lieu coraux morts (CX) et coraux vivants (CV). Le relevé des coraux vivants s'effectue en différenciant les catégories suivant leur forme : encrôutants (CE), massif (CM), submassif (CS), foliacés (CF), mous (CM), etc.). Il sera parfois nécessaire d'associer deux codes pour mieux caractériser le fond. Les organismes benthiques non coralliens seront également relevés selon la codification établie : sable (SA), débris (DEB). En cas de doute, on utilise le code (OT) qui signifie « autres » (Conand et al.1997).

II-3. L'ECHANTILLONNAGE

L'échantillonnage a été faite grâce à des techniques des radiales d'exploration, des transects et des photographies sous marines pour vérifier les caractéristiques de certaines stations.

précédent sommaire suivant







Rassembler les contraires c est creer l harmonie