WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Dedollarisation : enjeux, regard et perspectives


par Espoir KAHENGA KALEMBO BUTALELE
Université de Lubumbashi - Licence 2014
  

précédent sommaire suivant

I.1.2.10. CRISE ÉCONOMIQUE

Une crise économique est une dégradation brutale de la  situation économique et des perspectives économiques. Son étendue  sectorielle, temporelle et géographique peut aller d'un seul secteur d'une seule région pour une brève période à l'ensemble de l'économie mondiale pendant plusieurs années ; on parlera alors de  ralentissement économique ou, plus grave, de  récession économique. Une telle crise comporte souvent (mais pas systématiquement) des répercussions sur le niveau des  salaires et la valeur du capital (valeurs boursières), provoque des  faillites et du  chômage, accroît les tensions sociales, et peut même avoir des répercussions sanitaires.27(*)

La crise, pour certains comme  Gottfried Haberler cité par Christian De BOISSIEU, est le moment de retournement d'un  cycle économique. Dans la  théorie marxiste, si la crise est entendue comme entraînant la chute du  capitalisme, les crises sont interprétées comme le moyen par lequel le capitalisme se réorganise. Usuellement, en langue anglaise, le terme crise économique est compris au sens marxiste et est peu utilisé. Il lui est préféré les termes plus économiques de  dépression (économie) ou de  récession.28(*) C'est ainsi que la  crise de 1929 s'appelle  Grande Dépression ou que la  crise économique de 2008-2010 est appelée Great Recession. En français, usuellement, le terme crise comporte l'idée, proche du marxisme, qu'une page se tourne et qu'il convient que le capitalisme soit réformé. Dans cette optique, la crise économique est parfois vue comme un phénomène qui ne se termine qu'avec l'adoption d'une nouvelle structure économique.

I.1.2.11. RECESSION

En  économie, une récession est un phénomène de ralentissement du rythme de la  croissance économique.29(*) Lors d'une récession, la croissance devient inférieure à la croissance potentielle et l' écart de production augmente ; le phénomène inverse est une  expansion.

Stricto sensu, une diminution du niveau de production est une « décroissance », une « régression » ou encore une «  contraction », mais le terme « récession » est fréquemment utilisé avec ce sens, par  anglicisme.30(*)

La notion est aussi à distinguer de la  dépression économique, chute importante et durable de l'activité.

Pour l' Organisation De Coopération Et De Développement Économiques (OCDE), une récession est une période d'au moins deux ans pendant laquelle l' écart de production cumulé atteint au moins 2 % de  Produit intérieur brut (PIB) et la production devient inférieure d'au moins 1 % à la  production potentielle durant une année au moins.31(*)

Selon un critère plus simple, une récession économique survient lorsque le  taux de croissance du  PIB diminue tout en restant positif pendant deux ou trois trimestres consécutifs (s'il n'y a qu'un trimestre de baisse puis une reprise au trimestre suivant, on ne parle pas de récession économique).

* 27 De BOISSIEU Christian, "Crise économique", Dictionnaire des Sciences économiques, PUF, 2001, P. 229.

* 28 Idem.

* 29Alain BEITONE et al, Dictionnaire des sciences économiques, Armand Colin, 2001.

* 30 OLIVIER BLANCHARD et  DANIEL COHENMacroéconomie, Pearson Éducation, P. 22.

* 31Perspectives économiques de l'OCDE, Volume 2008, Numéro 2, P. 31.

précédent sommaire suivant







Rassembler les contraires c est creer l harmonie