WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Dedollarisation : enjeux, regard et perspectives


par Espoir KAHENGA KALEMBO BUTALELE
Université de Lubumbashi - Licence 2014
  

précédent sommaire suivant

II.1.1.2. La motif d'unité de compte

Dans un système monétaire avec une seule monnaie, la fonction d'unité de compte est inséparable de la fonction d'échange : ``c'est parce que la monnaie est la contre-valeur dans la quasi-totalité des échanges qu'elle sert en même temps de mesure générale des valeurs'' (Poulon 1990, P.179).

Cependant, dans une situation de concurrence entre deux monnaies, il est utile d'isoler la fonction d'unité de compte associée à la monnaie étrangère.36(*) Nous dénommons l'usage du dollar entant qu'unité de fixation des prix (unité de compte) par le terme de ``dollarisation de compte''.37(*) La dollarisation de compte recouvre donc toutes les situations où les prix de biens et services et des facteurs de production sont exprimés en dollars.

La dollarisation de compte ne se confond pas toujours à la dollarisation des paiements. Effectivement, en général, si une transaction réelle s'effectue en dollars, le prix associé est exprimé en dollars. Autrement dit, la dollarisation de compte s'assimile dans ce cas à la dollarisation des paiements. Cependant, assimiler la dollarisation de compte à la dollarisation des paiements peut conduire à sous-estimer la première. En effet, dans une économie dollarisée, il est possible qu'une transaction s'effectue en monnaie nationale alors même que le prix est exprimé en dollars. Autrement dit, la dollarisation de compte n'implique pas forcément la dollarisation des paiements. Une mesure de l'ampleur de la dollarisation de compte passe alors par une étude institutionnelle portant sur le mode de fixation des prix et des salaires dans l'économie.

Nous passons maintenant à l'étude de dollarisation partielle selon sa forme : billets ou dépôts. Nous justifions, en particulier, l'importance de prendre en compte, à côté des dépôts en dollars dans le système bancaire nationale, les dépôts en dollars à l'étranger.

II.1.2. LA DOLLARISATION PARTIELLE SELON SA FORME

La détention de la monnaie étrangère s'effectue soit sous la forme de monnaie manuelle (pièces et surtout billets), soit sous la forme de dépôts libellés en dollars dans le système bancaire. Nous dénommons la détention de billets en dollars par le terme de ``dollarisation des billets'' et, suivant certains auteurs, nous dénommons le seconde forme de détention par le terme de ``dollarisation financière''.38(*)

II.1.2.1. La dollarisation des billets

La détention du public en billets en dollars ne fait pas l'objet d'un enregistrement statistique. La plupart des travaux sur la dollarisation partielle sont confrontés à cette absence de données sur les billets en dollars en circulation dans une économie où il existe un processus de dollarisation partielle.

Il existe cependant des exceptions ; étude la plus convaincante étant celle de Kamin et Ericsson (2003).39(*) Ces auteurs proposent une mesure des billets dollars en circulation en Argentine entre 1988 et 1992. Ils se servent des statistiques produites par le département du Trésor des Etats-Unis40(*) qui enregistre, pour l'Argentine, les opérations d'individus ou d'entités transportant au moins 10.000 dollars en billets vers ou hors des Etats-Unis. Une fois posée une hypothèse sur le stock initial de billets, ils proposent une mesure quantitative du stock de billets en dollars en circulation pour la période étudiée. La mesure proposée est soumise à trois critiques. D'abord, les données ne couvrent pas les opérations d'un montant inférieur à 10.000. Ensuite, la mesure ne tient pas compte des flux d'argent illégaux liés, par exemple, au trafic de drogue. Enfin, les données n'enregistrent pas les opérations en billets entre l'Argentine et un pays tiers (c'est-à-dire autres que les Etats-Unis) et qui influencent le stock de billets en dollars en Argentine. Néanmoins, au-delà de ces critiques, la mesure de Kamin er Ericsson est extrêmement instructive. Pour la période étudiée41(*), elle implique que la détention de billets en dollars représente entre 50 et 80% de la détention d'actifs en dollars dans l'économie nationale c'est-à-dire les billets et les dépôts en dollars dans le système bancaire national. Ceci suggère que le système bancaire national n'offrait pas toutes les garanties nécessaires pour le public détienne une part plus importance de leurs actifs en dépôts en dollars.

* 36 En particulier pour étudier l'effectivité réelle de la dévaluation nominale.

* 37Ize et Levy Yeyati 2003 et Nicolô et al 2003 utilisent l'expression de ``dollarisation réelle''

* 38Honohan et Shi (2001), Ize et Levy Yeyati (2003), de Nicolô et al (2003)

* 39Mongardini et Mueller 2000, proposent aussi une mesure pour la République du Kirghizistan issue d'une estimation faite par les autorités locales à partir des informations communiquées par les bureaux de change. Cette mesure risque néanmoins de sous-estimer le stock de billets en dollars dans l'économie

* 40 Currency and Monetary Instrument Reports (CMIRs)

* 41 Caractérisée par un contexte monétaire extrêmement détérioré

précédent sommaire suivant